Direct démarré à 06H40

DIRECT : la Maison-Blanche évoque "une nouvelle phase de la guerre" à Gaza avec Israël

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan a discuté avec le ministre israélien des Affaires stratégiques Ron Dermer de "la transition vers une nouvelle phase de la guerre pour se concentrer sur des cibles importantes du Hamas", à Gaza, ce mardi 26 décembre, selon un responsable américain. "Les étapes pratiques pour améliorer la situation humanitaire et minimiser le mal fait aux civils" et les "efforts" pour favoriser la libération des otages toujours aux mains du mouvement islamiste palestinien Hamas ont également été évoqués.

Partager
Image
La fumée s'élève à la suite d'un bombardement israélien dans la bande de Gaza, vu du sud d'Israël, le mardi 26 décembre 2023.

La fumée s'élève à la suite d'un bombardement israélien dans la bande de Gaza, vu du sud d'Israël, le mardi 26 décembre 2023.

(Photo AP/Léo Correa)
11
nouvelle(s) publication(s)
16h00
réaction

Pour le président turc Erdogan, il n'y a "aucune différence" entre Netanyahu et Hitler

Le président turc Recep Tayip Erdogan a estimé qu'il "n'y a aucune différence" entre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et Adolf Hitler.

"En quoi êtes-vous différent d'Hitler ?" a lancé Recep Tayip Erdogan à l'adresse du dirigeant israélien, lors d'une cérémonie à Ankara. Le Premier ministre israélien n'a pas tardé à répondre. 

"Erdogan, qui commet un génocide contre les Kurdes et qui détient le record mondial d'emprisonnement de journalistes qui s'opposent à son régime, est la dernière personne à pouvoir nous prêcher la morale", a-t-il rétorqué dans un communiqué. 

Accusant le président turc d'accueillir les dirigeants du Hamas, Benjamin  Netanyahu a défendu l'opération militaire israélienne à Gaza.

Recep Tayyip Erdogan répondant aux questions des journalistes à l'issue du sommet de l'Otan à Vilnius ce 12 juillet 2023.

Recep Tayyip Erdogan répondant aux questions des journalistes à l'issue du sommet de l'Otan à Vilnius ce 12 juillet 2023.

© AP Photo/Pavel Golovkin
14h49
Iran

Haut gradé tué en Syrie: l'Iran menace Israël de représailles avec l'aide de ses alliés

Les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de l'Iran, ont prévenu que Téhéran riposterait à l'assassinat par Israël d'un de leurs commandants par une "action directe" et d'autres menées par des groupes pro-iraniens dans la région.

Téhéran a accusé Israël d'avoir assassiné en Syrie le général de brigade Razi Moussavi, un important commandant de la Force Qods, la branche des opérations étrangères et l'unité d'élite des Gardiens. 

"Notre réponse à l’assassinat de Moussavi sera une combinaison d’action directe et d'autres menées par le front de la résistance", a déclaré le porte-parole des Gardiens de la révolution, Ramazan Sharif, cité par l'agence locale Mehr. 

Razi Mousavi

Des personnes participent aux funérailles du général Seyed Razi Mousavi, à Najaf, en Irak, le 27 décembre 2023. 

AP Photo/Anmar Khalil
13h00

le ministère de la Santé du Hamas annonce un nouveau bilan de 21.110 morts

Le ministère de la Santé du Hamas palestinien a annoncé mercredi que les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza avaient fait 21.110 morts depuis le début de la guerre, le 7 octobre.

Ce bilan comprend 195 personnes tuées lors des 24 dernières heures, a précisé le ministère, qui a également fait état de 55.243 blessés depuis le 7 octobre.

09h00

Liban: trois morts, dont une femme, dans une frappe israélienne

Une femme et deux hommes ont été tués dans une frappe aérienne israélienne dans une ville frontalière du sud du Liban, où les affrontements sont quotidiens entre Israël et le Hezbollah pro-iranien, a indiqué un média d'Etat mercredi.

"Des avions ennemis ont mené un raid (..) sur une habitation (..) dans le centre de Bint Jbeil", à environ deux km de la frontière avec Israël, a indiqué l'Agence nationale d'information (ANI, officielle).

Selon l'ANI, un homme, son frère et sa belle-soeur ont été tués et une quatrième personne de la même famille blessée dans le raid qui a eu lieu tard mardi soir.

L'une des victimes était un Libanais vivant en Australie, Ibrahim Bazzi, "qui était revenu au Liban il y a quelques jours pour emmener sa femme en Australie", a ajouté l'agence.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, déclenchée par une attaque sans précédent du mouvement palestinien sur le sol israélien, les affrontements sont quotidiens entre Israël et le puissant groupe libanais Hezbollah.

Ils ont fait près de 160 morts du côté libanais, dont plus d'une centaine de combattants du Hezbollah, qui dit agir en soutien au Hamas.

Mardi, le Hezbollah a déploré deux nouveaux "martyrs" dans ses rangs.

Du côté israélien de la frontière, au moins 13 personnes ont été tuées, dont neuf soldats, depuis le 7 octobre.

L'armée israélienne avait annoncé mardi que neuf de ses soldats ainsi qu'un civil avaient été blessés par des tirs de missile du Hezbollah, dont un a touché une église dans un village arabe du nord d'Israël.

Les affrontements sont largement limités aux zones frontalières mais Israël a mené des frappes plus en profondeur, jusqu'à une vingtaine de km de la frontière, au cours des derniers jours.

Israël réclame que le Hezbollah, qui ne dispose pas de positions fixes dans la zone frontalière, se retire au nord du fleuve Litani, à une trentaine de km plus au nord.

04H40

Six morts dans un raid israélien en Cisjordanie occupée (ministère palestinien)

Une opération israélienne dans un camp palestinien du nord de la Cisjordanie occupée a fait tôt mercredi six morts et de nombreux blessés, a annoncé le ministère palestinien de la Santé.

"Six martyrs tués par l'occupation (nom donné à Israël par des responsables palestiniens, NDLR) et des blessés graves ont été transportés à l'hôpital gouvernemental Thabet Thabet de Tulkarem", a indiqué le ministère dans un bref communiqué.

Selon l'agence officielle palestinienne Wafa, ces six personnes ont été tuées par des frappes aériennes israéliennes sur le camp de Nour Shams situé à proximité de la ville de Tulkarem, où des militaires israéliens étaient par ailleurs déployés.

Interrogée par l'AFP, l'armée israélienne n'a pas commenté dans l'immédiat ces informations. 

Plus de 300 Palestiniens de Cisjordanie occupée ont été tués par des soldats, et dans certains cas par des colons israéliens, depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza le 7 octobre, selon un décompte de l'Autorité palestinienne.

04H10

Washington évoque avec Israël le passage à "une différente phase" de la guerre à Gaza

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche Jake Sullivan et le ministre israélien des Affaires stratégiques Ron Dermer ont discuté mardi du passage d'Israël à "une différente phase" de sa guerre contre le Hamas à Gaza, selon un responsable américain.

Jake Sullivan a discuté avec ce proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu de "la transition vers une nouvelle phase de la guerre pour se concentrer sur des cibles importantes du Hamas", selon ce responsable de l'exécutif américain, qui a requis l'anonymat.

A également été évoqué lors de cet échange "les étapes pratiques pour améliorer la situation humanitaire et minimiser le mal fait aux civils" et des "efforts" pour favoriser la libération des otages toujours aux mains du mouvement islamiste palestinien Hamas.

Alliés historiques d'Israël, les Etats-Unis insistent de plus en plus pour qu'Israël privilégie des opérations plus ciblées, et le président démocrate Joe Biden a publiquement fait état de ses désaccords avec le gouvernement conservateur de Benjamin Netanyahu.

Plus tôt mardi, tandis que l'armée israélienne intensifiait encore ses frappes meurtrières sur Gaza, son chef d'état-major Herzi Halevi a affirmé que la guerre durera "encore de nombreux mois".

Mardi, ces hauts responsables ont aussi échangé de la nécessité de "préparer le jour d'après, y compris (la question) de la gouvernance et de la sécurité de Gaza, d'un horizon politique pour les Palestiniens et d'une poursuite du travail sur la normalisation", a encore déclaré un responsable de la Maison Blanche.

La guerre Israël/Hamas a mis en suspend les discussions sur un possible accord de normalisation entre Israël et l'Arabie saoudite, dont le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane avait dit en septembre se "rapprocher" de jour en jour.

01H20

L'ONU nomme une ministre néerlandaise pour coordonner l'aide humanitaire à Gaza

L'ONU a annoncé mardi la nomination d'une ministre néerlandaise sortante, Sigrid Kaag, au poste de coordinatrice de l'aide humanitaire et de la reconstruction à Gaza, après une résolution du Conseil de sécurité sur l'aide dans le territoire palestinien bombardé et assiégé par Israël.

Sigrid Kaag "facilitera, coordonnera, contrôlera et vérifiera les envois d'aide humanitaire à Gaza" et aura aussi pour tâche de mettre "en place un mécanisme des Nations unies pour accélérer les envois d'aide humanitaire à Gaza par l'intermédiaire d'Etats non parties au conflit", a précisé le porte-parole du secrétaire général Antonio Guterres dans un communiqué.

Elle doit prendre ses fonctions le 8 janvier, a-t-il ajouté.

Une nomination saluée par les Etats-Unis, qui souhaitent une coordination "sur les efforts visant à accélérer et à rationaliser l'acheminement de l'aide humanitaire vitale aux civils palestiniens à Gaza", a fait savoir le porte-parole du département d'Etat Matthew Miller dans un communiqué.

Sigrid Kaag, ministre des Finances et vice-Première ministre dans le gouvernement sortant de Mark Rutte, a été nommée en vertu de la résolution du Conseil de sécurité adoptée vendredi et qui exige l'acheminement "à grande échelle" de l'aide humanitaire à Gaza, mais pas un cessez-le-feu, dont ne veulent pas les Etats-Unis, principal soutien d'Israël.

La guerre a forcé 1,9 million de personnes à fuir leur foyer dans la bande de Gaza, soit 85% de la population selon l'ONU. La famine menace dans le territoire et la plupart des hôpitaux sont hors service.

L'aide internationale arrive en quantité insuffisante à Gaza, soumise par Israël à un siège total depuis le 9 octobre après déjà plus de 16 ans de blocus israélien.

23H00

Les Etats-Unis abattent de nombreux drones et missiles Houthis en mer Rouge

L'armée américaine a annoncé mardi avoir intercepté dans le sud de la mer Rouge de nombreux drones et missiles tirés par les Houthis, un groupe rebelle yéménite soutenu par l'Iran qui dit avoir visé un bateau ainsi qu'Israël.

Les Etats-Unis patrouillent cette région stratégique du globe aux côtés d'une coalition internationale pour protéger le trafic maritime des attaques des Houthis, qui se disent solidaires du Hamas palestinien dans sa guerre contre Israël dans la bande de Gaza.

Mardi, les forces armées américaines déployées dans la région ont "abattu 12 drones d'attaque, 3 missiles balistiques anti-navires et 2 missiles de croisière dans le sud de la mer Rouge, tirés par les Houthis" dans une période "d'environ 10 heures", a déclaré le Commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom).

Certaines interceptions ont été réalisées par des avions de combat opérant depuis le porte-avions USS Eisenhower présent sur place, a précisé le Centcom.

"Il n'y a eu aucun dégât sur les bateaux présents dans la zone et aucun blessé n'a été rapporté", précise le Centcom dans un communiqué publié sur X (anciennement Twitter).

22H00

Paris "gravement préoccupé" par l'intensification et la prolongation des combats à Gaza

La France est "gravement préoccupée par l'annonce des autorités israéliennes d'une intensification et d'une prolongation des combats à Gaza", a affirmé mardi le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué. 

Paris "réitère avec force son appel à une trêve immédiate conduisant à un cessez-le-feu", a ajouté le Quai d'Orsay, déplorant "les bombardements systématiques (qui) ont encore fait de très nombreuses victimes civiles ces derniers jours" et appelant Israël à "prendre des mesures concrètes pour protéger la vie de la population civile à Gaza".

Saluant une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée vendredi, la France a également appelé Israël à "faciliter l'acheminement de l'aide dans l'ensemble de la bande de Gaza et à prendre des mesures urgentes pour garantir un accès humanitaire complet, sûr et sans entraves".

"Le recours à l'ensemble des voies d'accès et de circulation doit être facilité, y compris à travers la mise en service intégrale et urgente du point de passage de Kerem Shalom", entre Israël et la bande de Gaza, a précisé le ministère.

La résolution du Conseil de sécurité exige l'acheminement "à grande échelle" de l'aide humanitaire à Gaza, mais pas un cessez-le-feu, dont ne veulent pas les Etats-Unis, principal soutien d'Israël.

21h30

Une église touchée et neuf soldats blessés en Israël par des tirs depuis le Liban

L'armée israélienne a annoncé mardi que neuf de ses soldats ainsi qu'un civil avaient été blessés par des tirs de missile du Hezbollah libanais, dont un a touché une église dans un village arabe du nord d'Israël.

"Le Hezbollah a attaqué l'église orthodoxe grecque de Sainte-Marie d'Iqrit, dans le nord d'Israël", a affirmé l'armée dans un communiqué.

"Un missile antichar en provenance du Liban a frappé directement l'église, blessant un civil. Cette attaque constitue non seulement une violation flagrante de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU, mais aussi une atteinte à la liberté de culte", a-t-elle poursuivi.

L'armée a ensuite annoncé que neuf soldats avaient été blessés, dont un sérieusement, par un nouveau tir du Hezbollah en portant secours au civil blessé dans l'église.

En "attaquant sans discernement des lieux de culte", le Hezbollah "commet des crimes de guerre", a déclaré Daniel Hagari, porte-parole de l'armée israélienne.

Le Hezbollah, qui dit agir en soutien au mouvement islamiste palestinien Hamas, a annoncé la mort de deux ses combattants mardi. 

La résolution 1701, adoptée pour mettre fin à la guerre entre Israël et le Hezbollah en 2006, stipule que seules l'armée libanaise et la Force intérimaire de l'ONU au Liban (Finul) soient déployées entre la frontière et le fleuve Litani.

Le Hezbollah a par ailleurs revendiqué mardi plusieurs tirs sur des positions militaires dans le nord d'Israël, affirmant notamment avoir visé une caserne avec des "missiles de type Burkan".

Le mouvement chiite libanais "met en péril la stabilité de la région au profit du Hamas", a accusé M. Hagari.

Les habitants d'Iqrit avaient été chassés de leurs terres par l'armée israélienne peu après la fondation de l'Etat d'Israël en 1948.

04h30

Israël multiplie les frappes sur Gaza, la guerre pourrait durer "de nombreux mois"

L'armée israélienne multiplie mercredi les frappes sur la bande de Gaza dans le cadre de son opération contre le Hamas qui pourrait selon elle durer encore de "nombreux mois" en dépit des vives préoccupations humanitaires.

Nouveau signe d'une régionalisation croissante du conflit, les Etats-Unis ont intercepté en mer Rouge des drones et missiles tirés par les rebelles yéménites Houthis qui menacent les intérêts israéliens en "soutien" à Gaza.

Dans ce territoire palestinien, les forces israéliennes "combattent à Khan Younès" (sud) et "étendent" leurs opérations dans des camps du centre, a indiqué mardi soir le porte-parole de l'armée, Daniel Hagari.

L'armée a lancé un ordre d'évacuation aux habitants du camp d'al-Bureij (centre) et ses alentours. Certains avaient déjà fui jusqu'à Rafah, où ils sont arrivés avec leurs bagages empilés sur le toit de leurs voitures.

Plus de 240 personnes ont été tuées lors des 24 dernières heures, a indiqué mardi le ministère de la Santé du Hamas. Des corps de Palestiniens ont été transportés dans un camion vers une fosse commune à Rafah où ils ont été enterrés.


"Nous avons reçu un conteneur contenant un grand nombre de martyrs. Certains étaient des corps complets, tandis pour d'autres c'étaient des restes humains", a déploré Marwan al-Hams, chef du comité d'urgence sanitaire à Rafah.

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme s'est à nouveau dit "profondément inquiet des bombardements israéliens continus sur le centre de Gaza" et a appelé à "faire la distinction" entre civils et combattants.

Qui anime ce direct ?