Direct terminé le 18 décembre 2023 à 21H15 TU
Direct démarré le 18 décembre 2023 à 12H15 TU

DIRECT : L'aide américaine à l'Ukraine risque de se tarir

"Nous n'avons plus qu'une enveloppe d'aide" avant que les fonds dédiés à l'Ukraine "ne s'épuisent", a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité John Kirby, refusant de préciser le montant de cette enveloppe attendue dans le courant du mois de décembre.

Les horaires sont affichés en temps universel.
 

Partager
Image
Le porte-parole Conseil de sécurité nationale John Kirby.

Le porte-parole Conseil de sécurité nationale John Kirby.

© AP Photo/Andrew Harnik
14
nouvelle(s) publication(s)
20H24
Aide américaine

L'aide américaine à l'Ukraine sur le point d'expirer, avertit la Maison Blanche

La Maison Blanche a prévenu que les États-Unis ne disposaient de fonds que pour seulement une seule enveloppe d'aide supplémentaire à l'Ukraine cette année. Le Congrès américain bloque l'envoi d'un nouveau volet d'aide à Kiev.

"Nous n'avons plus qu'une enveloppe d'aide" avant que les fonds dédiés à l'Ukraine "ne s'épuisent", a déclaré le porte-parole John Kirby, refusant de préciser le montant de cette enveloppe attendue dans le courant du mois de décembre.

Le parlement américain a engagé plus de 110 milliards de dollars depuis le début de l'invasion russe en février 2022, mais les républicains du Congrès bloquent une importante enveloppe d'aide, réclamant des changements majeurs à la politique migratoire des États-Unis, notamment son durcissement au niveau de la frontière avec le Mexique.

A quelques jours des vacances parlementaires, les législateurs ont approuvé un budget de la défense pour 2024, débloquant ainsi 300 millions de dollars pour Kiev, un montant minime par rapport aux 61 milliards demandés par la Maison Blanche.

"Lorsqu'elle sera envoyée, nous n'aurons plus d'autorisation (...). Et nous aurons besoin que le Congrès agisse sans délai", a déclaré John Kirby.
"Il en va clairement de notre intérêt national et notre aide est indispensable pour que l'Ukraine puisse poursuivre son combat pour la liberté", a ajouté le porte-parole américain.

Le président Joe Biden "est prêt à négocier de bonne foi et à faire des compromis", a déclaré Kirby, soulignant que le gouvernement était "en train de négocier avec les membres du Congrès sur la sécurité aux frontières et, bien sûr, sur le financement de l'Ukraine et d'Israël".

18H03
Coopération militaire

La Finlande renforce ses liens militaires avec Washington après l'avertissement de Poutine

La Finlande a signé un accord pour renforcer sa coopération militaire avec les États-Unis, au lendemain d'un avertissement de Vladimir Poutine annonçant un renforcement militaire russe en réponse à l'entrée du pays scandinave dans l'Otan.

De gauche à droite, la ministre des Affaires étrangères finlandaise, Elina Valtonen, le ministre de la Défense finlandais Antti Häkkänen, et le secrétaire d'État Antony Blinken à Washington ce 18 décembre 2023.

De gauche à droite sur la photo, la ministre des Affaires étrangères finlandaise, Elina Valtonen, le ministre de la Défense finlandais Antti Häkkänen, et le secrétaire d'État Antony Blinken à Washington ce 18 décembre 2023.

© AP Photo/Susan Walsh

L'accord, qui formalise des liens plus étroits entre Washington et Helsinki, a été salué par le ministre de la Défense finlandais comme "un signe fort de l'engagement des États-Unis pour la défense de la Finlande et de toute l'Europe du Nord".
"Nous n'attendons pas des États-Unis qu'ils s'occupent de la défense de la Finlande", a ajouté Antti Hakkanen"mais cet accord améliore de manière importante notre capacité à agir ensemble dans toutes les situations".

La Finlande, qui a repoussé une invasion soviétique à l'hiver 1939-1940, a évité pendant des décennies d'adhérer à l'Otan par crainte de contrarier son géant voisin. Mais leurs relations se sont considérablement détériorées depuis février 2022, et l'offensive russe en Ukraine a conduit la Finlande, inquiète pour sa sécurité, à rejoindre l'Otan en avril 2023.

Le secrétaire d'État américain a déclaré que la Finlande "sait quasiment mieux que quiconque ce qui est en jeu pour l'Ukraine".

"En 1939, les Finlandais ont également été confrontés à une invasion russe et ont prouvé qu'une nation libre peut opposer une résistance incroyablement puissante", a déclaré Antony Blinken. "Votre histoire nous rappelle également pourquoi il est si important que nous continuions tous à soutenir l'Ukraine", a-t-il ajouté.

Antony Blinken et la ministre finlandaise des Affaires étrangères, Elina Valtonen, ont renouvelé leur soutien à l'entrée dans l'Otan de la Suède, qui a lancé sa candidature aux côtés de la Finlande mais dont le processus d'adhésion est pour l'instant retardé par la Turquie.

16H46
Sanctions

L'UE adopte un 12e paquet de sanctions contre la Russie

L'Union européenne adopte un douzième paquet de sanctions contre la Russie, qui comprend notamment l'interdiction des importations de diamants russes dans l'UE.

Les pays de l'UE avaient déjà approuvé le 15 décembre, en marge d'un sommet européen, ce nouveau paquet de sanctions, mais il n'avait pas pu être formellement adopté, en raison d'une réserve de l'Autriche, désormais levée.

L'interdiction de l'UE concernera les diamants naturels ou synthétiques et les bijoux dès janvier, et les diamants russes taillés dans d'autres pays à partir de septembre 2024.

Il s'agit du 12e paquet de sanctions depuis l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février 2022. "Nous continuons à soutenir l'Ukraine contre vents et marées", a affirmé à cette occasion sur X (ex-Twitter) la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

Tweet URL

Moscou est accusé de financer une partie de sa guerre contre l'Ukraine grâce au commerce lucratif de diamants, qui représente un chiffre d'affaires d'environ quatre à cinq milliards de dollars par an.

La Belgique a levé ses réticences sur ces sanctions, décidées par les pays du G7, et proposé des solutions, notamment par le biais d'un système de traçage pour les rendre efficaces sans pénaliser sa propre industrie, florissante à Anvers (nord-ouest).

Concernant les technologies pouvant être utilisées par l'armée russe, l'UE a décidé d'ajouter 29 nouvelles entités à la liste de celles accusées de soutenir l'effort de guerre russe.

Elles font toutes l'objet de restrictions concernant leurs exportations de produits susceptibles de renforcer l'industrie d'armement de la Russie. Certaines de ces entités, impliquées dans le contournement de sanctions, proviennent de pays tiers, Singapour et l'Ouzbékistan notamment, selon un communiqué de la Commission européenne.

Plusieurs pays, dont le Kazakhstan, ont été accusés d'aider la Russie à importer certaines produits et technologies pouvant être utiles à l'industrie de défense russe.

L'UE cherche aussi à faire mieux appliquer les sanctions visant le pétrole russe. Les pays occidentaux avaient décidé d'interdire toute importation de pétrole russe au-dessus d'un prix fixé à 60 dollars le baril.

La Russie est toutefois parvenue à contourner cette mesure, en développant une flotte "fantôme" de pétroliers et aussi grâce à l'aide de la Chine et de l'Inde, relevait récemment la chercheuse de Carnegie Alexandra Prokopenko.

Un "mécanisme renforcé" d'identification des navires va être mis en place, pour empêcher ces contournements, a précisé lundi le communiqué des 27. Une notification en cas de vente de pétroliers à des pays tiers va également être mise en place, selon ce texte.

15H36
F-16

Lavrov déclare que fournir à l'Ukraine des avions de combat F-16 pourrait étendre le conflit

Le ministre des Affaires étrangères russes a mis en garde sur la fourniture d'avions de combat F-16 à l'Ukraine. Il a souligné "qu'il n'existe pas d'aérodromes en Ukraine qui seraient adaptés à l'entretien de ces avions, tant en termes de qualité des pistes, de leur disposition, qu'en termes d'équipements nécessaires à leur entretien après vols."

Il a rappelé que "des dizaines, voire des centaines de spécialistes sont nécessaires" pour leur entretien. Si des bases sur le territoire des pays de l’OTAN voisins de l’Ukraine sont utilisées à cet effet, "c’est une pensée dangereuse" a-t-il ajouté.

Ensuite il a ironisé sur la réaction des Occidentaux par rapport au conflit ay Moyen-Orient, l"'Europe et les États-Unis se précipitent désormais au Moyen-Orient, appelant les Libanais, les Iraniens, les Irakiens et les Syriens à tout faire pour empêcher la guerre à Gaza de s'étendre aux territoires adjacents. Ils doivent probablement faire preuve de la même ferveur pour garantir que cela ne se produise pas en Ukraine."

15H09
Blocage

Les transporteurs polonais reprennent le blocage d'un passage clé vers l'Ukraine

Les transporteurs polonais ont repris le blocage du plus grand passage de fret à la frontière avec l'Ukraine, pour exiger la réintroduction des permis d'entrée dans l'Union européenne pour leurs concurrents ukrainiens.

"La protestation des transporteurs a commencé aujourd'hui, vers 14H00 locales (13H00 TU) au village d'Okopy, sur la route K12 menant vers le passage de frontière à Dorohusk", a déclaré à l'AFP Ewa Czyz, la porte-parole de la police locale.

La semaine dernière les autorités locales de Dorohusk ont interdit le blocage mais cette décision a été levée par un tribunal autorisant les routiers à poursuivre leur mouvement lancé début novembre.

Les garde-frontières ukrainiens ont confirmé la reprise du blocage dans un communiqué. Les organisateurs polonais "prévoient de ne laisser passer qu'un seul camion par heure" par ce poste frontière, ont-ils précisé sur Telegram.
Les protestataires assurent en revanche que le passage des camions "transportant des biens de nature sécuritaire et humanitaire", "des animaux" et "des denrées périssables" ainsi que celui de bus ne sera pas entravé, selon la même source.

L'UE avait renoncé au système de permis d'entrée pour camions ukrainiens, il y a près de deux ans, après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, et selon les routiers polonais cette mesure nuit à leurs revenus.

Environ 1.800 camions faisaient la queue au point de passage de Dorohusk au moment de la reprise de la protestation, la file d'attente s'étendant sur près de 46 kilomètres, selon la police polonaise.

L'Ukraine dépend fortement du transport routier avec la Pologne, membre de l'UE, pour ses exportations et ses importations, en particulier depuis l'invasion russe il y a près de deux ans.

Le nouveau Premier ministre polonais, Donald Tusk, a promis la semaine dernière de résoudre le conflit et a accusé le gouvernement précédent d'avoir abandonné les camionneurs protestataires.

Mais les négociations entre le nouveau gouvernement et les routiers polonais protestataires n'ont toujours pas permis de trouver une solution à ce conflit.

14H58
Tanks

Le Danemark donne, avec la Suède, des chars à l'Ukraine

Le Danemark va participer à la donation de la Suède de chars légers suédois CV90 à l'Ukraine, pour un montant de 1,8 milliard de couronnes (241 millions d'euros), annonce aujourd'hui Copenhague.

"Le gouvernement, en collaboration avec le gouvernement suédois, a décidé de cofinancer la donation déjà en cours de véhicules de combat d'infanterie CV90 ainsi que la production de chars supplémentaires", a écrit le ministère danois de la Défense dans un communiqué.

L'enveloppe comprend également des pièces détachées, des munitions et un accord de maintenance après livraison.
La semaine dernière, le gouvernement danois avait présenté un "nouveau paquet" d'aides militaires à l'Ukraine d'une valeur proche d'un milliard d'euros, au lendemain d'une rencontre entre les dirigeants nordiques et le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Outre ces dernières enveloppes, le Danemark a déjà octroyé une aide bilatérale du Danemark à l'Ukraine de quelque 20,5 milliards de couronnes (2,7 milliards d'euros) pour l'aide militaire et d'environ 2,8 milliards de couronnes pour l'aide civile.

14H49
extrémiste

L'écrivain Boris Akounine ajouté à la liste des "terroristes et extrémistes"

La Russie a placé l'écrivain Boris Akounine, qui vit en exil depuis en 2014, sur sa liste des personnalités "terroristes et extrémistes", dernière illustration en date de la répression visant les détracteurs du Kremlin.

De son vrai nom Grigori Tchkhartichvili, l'auteur a été ajouté sur cette liste tenue par Rosfinmonitoring, le service russe des renseignements financiers, a constaté l'AFP. "Les terroristes m'ont déclaré terroriste", a-t-il réagi sur Facebook.

Une enquête le visant pour discrédit de l'armée avait été ouverte la semaine dernière a par ailleurs rapporté lundi une source au fait du dossier à l'agence Interfax.

Né en 1956 en Géorgie, alors république soviétique, le romancier est un écrivain connu en Russie pour ses romans policiers historiques, notamment la saga à succès "Les enquêtes d'Éraste Fandorine", un héros vivant à l'époque tsariste.
Il a également rédigé "Histoire de l'État russe", une compilation en neuf tomes qui retrace les développements de l'Etat russe jusqu'à la révolution de 1917.

Akounine s'était prononcé en 2014 contre l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée, avant de partir en exil à Londres, où il réside depuis.
Le 24 février 2022, il avait déploré sur Facebook le déclenchement d'"une guerre absurde". "La folie a gagné", écrivait-il alors. "La Russie est dirigée par un dictateur mentalement dérangé et, pire encore, elle obéit à sa paranoïa", dénonçait encore l'homme de lettres.

Dans la foulée il avait co-fondé le projet "Nastoïachtchaïa Rossia" ("La vraie Russie"), soutenu par plusieurs personnalités de la culture en exil opposées à l'assaut russe en Ukraine et censé aider les réfugiés ukrainiens.

Plusieurs ONG et médias ont dénoncé depuis 2022 une épuration culturelle en Russie avec la rétrogradation, le licenciement ou la fuite à l'étranger d'artistes ayant critiqué l'assaut russe en Ukraine ou n'ayant pas soutenu publiquement le pouvoir. D'autres ont également été emprisonnés.

À l'inverse, le pouvoir encourage, finance et met en valeur les artistes et productions culturelles soutenant son assaut contre l'Ukraine voisine et son discours de plus en plus conservateur et nationaliste.

14H12
Espionnage ?

Le bureau des assistants du général de l'état-major ukrainien sur écoute.

L'Ukraine révèle ce lundi la découverte de micros dans un bureau d'assistants du commandant en chef des armées ukrainiennes Valery Zaloujny. Hier, des micros ont été découverts dans un futur bureau de ce dernier.

Cet incident s'est produit alors que des médias font état de tensions croissantes entre le commandant Zaloujny et le président Volodymyr Zelensky, sur fond d'échec de la contre-offensive des forces de Kiev lancée cet été et d'effritement du soutien occidental.

Valery Zaloujny, lors des cérémonies du premier anniversaire de l'attaque de l'Ukraine par la Russie, le 24 février 2023

Valery Zaloujny, lors des cérémonies du premier anniversaire de l'attaque de l'Ukraine par la Russie, le 24 février 2023, à Kiev.

© présidence ukrainienne via AP

"Des équipements d'écoute ont été installés dans des bureaux prévus pour le travail du commandant en chef des forces armées ukrainiennes et d'employés de son cabinet", a indiqué dans un communiqué l'état-major de l'armée ukrainienne.

Il s'agit de "deux bureaux, celui du commandant en chef et celui d'assistants", a précisé à l'AFP une source proche du dossier. Ce dispositif a été découvert lors d'une "vérification de routine" sur un site, a de son côté ajouté l'état-major.
Pour sa part, le commandant Zaloujny estime qu'aucune information secrète ne pouvait être divulguée avec l'aide du l'équipement découvert. "Je ne le crois pas", assure-t-il.

Le général a indiqué que le dispositif d'écoute avait été découvert dans un local où il était censé se rendre ce matin. "J'ai plusieurs endroits où je travaille. Cela s'est passé dans l'un d'eux. Je ne m'y suis pas rendu depuis longtemps", a-t-il affirmé dans une vidéo publiée par plusieurs médias.

Valery Zaloujny a confirmé que son bureau n'est pas le seul concerné, tout en précisant que l'incident ne s'est pas produit dans les locaux de l'état-major de l'armée ukrainienne. "Nous n'(y)e travaillons plus depuis longtemps", a-t-il ajouté.

Interrogé pour savoir comment il considérait cet incident, Valery Zaloujny s'est borné à répondre: "comme la guerre". "L'enquête établira" l'objectif de cette opération, a-t-il promis.

Les services ukrainiens de sécurité (SBU) ont annoncé hier soir l'ouverture d'une enquête pour "utilisation illégale de moyens techniques spéciaux pour obtenir des informations".

Aucune piste sur l'origine de ce dispositif d'écoute n'a à ce stade été avancée.
En tant que commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valery Zaloujny décide du déroulé global des opérations sur le front, sous l'autorité du président Volodymyr Zelensky.
 

13H09
Renforcement du front balte

L'Allemagne va déployer 5000 soldats en Lituanie

Boris Pistorius, le ministre de la Défense allemand est à Vilnius pour finaliser le déploiement de la brigade allemande qui débutera l'année prochaine, le processus principal de déploiement étant prévu entre 2025 et 2026.

Les ministres lituanien et allemand ont souligné que l'objectif est d'avoir une brigade complètement opérationnelle en 2027.

Tweet URL

Environ 5 000 soldats et civils allemands serviront à Rudninkai et Rukla, tandis que des logements pour les familles seront fournis dans les villes de Vilnius et Kaunas.

Le ministre allemand de la Défense a souligné qu'il s'agissait du premier déploiement permanent de la Bunderswehr à cette échelle. Le ministre Pistorius a déclaré que cette décision montre que l'Allemagne comprend les nouvelles réalités en matière de sécurité, étant donné que la frontière orientale de l'OTAN s'est déplacée vers l'est après la fin de la guerre froide et l'élargissement de l'OTAN.

Selon le ministère lituanien de la Défense, l’Allemagne va déployer une brigade lourde composée de trois bataillons de manœuvre et de tous les moyens nécessaires, y compris des unités de soutien au combat et de ravitaillement. Ce bataillon sera formé d'unités déjà existantes et de nouvelles.

Le 203e bataillon blindé basé en Rhénanie du Nord-Westphalie et le 122e bataillon d'infanterie blindée actuellement basé en Bavière seront transférés en Lituanie.

Le groupement tactique du bataillon de présence avancée renforcée en Lituanie sera transformé en bataillon multinational et fera partie intégrante de la brigade.

11H53
Gaz

Sofia renonce à une taxe sur le gaz russe

Le Parlement a voté lundi l'abandon d'une taxe exceptionnelle sur le gaz russe acheminé via son territoire vers la Hongrie et la Serbie. Cette mesure entrée en vigueur le 13 octobre, se chiffrait à 20 levas (10 euros) par mégawattheure (MWh) de gaz trasporté par le gazoduc TurkStream.

Il s'agissait initialement de "réduire les profits" de Gazprom, mais elle s'est avérée compliquée à mettre en oeuvre et le géant russe n'a jamais versé la somme due.

Budapest et Belgrade, dépendants des hydrocarbures russes et soucieux de garder des liens avec le Kremlin, avaient fustigé "une mesure hostile mettant en danger l'approvisionnement énergétique des deux pays".

Le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto avait même menacé de bloquer l'entrée de la Bulgarie dans Schengen en cas de maintien de la taxe.
"Si la Hongrie respecte ce qu'elle a promis, le veto doit être levé tout de suite", a déclaré le Premier ministre Nikolay Denkov, interrogé à la télévision.
L'accession à la zone de libre circulation semble enfin à portée de main pour la Bulgarie, membre de l'UE depuis 2007.

10H42
pays "amical" et "fraternel"

Le Kremlin "se félicite" de la victoire revendiquée par le parti du président Vucic

Le Kremlin "se félicite" de la victoire revendiquée la veille par le parti du président Aleksandar Vucic aux élections législatives en Serbie, pays "amical" et "fraternel" selon Moscou.

Le président serbe Aleksandar Vucic à Belgrade, le 17 décembre 2023.

Le président serbe Aleksandar Vucic à Belgrade, le 17 décembre 2023.

© AP Photo/Darko Vojinovic

"Nous nous félicitons du succès de M. Vucic", a déclaré à la presse le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov. "Nous espérons que la trajectoire d'un renforcement de l'amitié et de notre coopération (...) se poursuivra", a-t-il ajouté.

Dimanche soir, le président serbe Aleksandar Vucic, en poste depuis 2017, avait revendiqué la victoire de son parti (SNS, droite nationaliste) aux élections législatives, un scrutin qui faisait office de référendum sur sa personne.

Moscou et Belgrade entretiennent des relations historiques et la Serbie, qui aspire à rejoindre l'UE, avait condamné aux Nations Unies l'assaut russe de l'Ukraine, tout en refusant de prendre part aux sanctions contre Moscou.

En même temps, Belgrade compte sur le soutien de la Russie - et de la Chine - au Conseil de sécurité de l'ONU pour empêcher le Kosovo, son ancienne province qui a proclamé en 2008 son indépendance, à obtenir une place au sein de l'organisation internationale.

Souvent accusé de faire le jeu du Kremlin en Europe, Aleksandar Vucic, 53 ans, s'était entretenu fin août en Grèce avec son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, dont le pays n'a jamais reconnu l'indépendance du Kosovo.

Les Occidentaux, États-Unis en tête, voient d'un mauvais oeil les bonnes relations entre la Russie et la Serbie, où une partie de la population soutient Moscou et partage sa vision critique de l'OTAN.

Début novembre, le directeur prorusse des services de renseignement serbes (BIA), Aleksandar Vulin, avait démissionné de son poste, quatre mois après avoir été visé par des sanctions américaines pour son implication présumée dans le "crime organisé transnational".

Aleksandar Vulin, directeur des services de renseignement serbes (BIA),

Aleksandar Vulin, directeur des services de renseignement serbes (BIA), Belgrade 8 octobre 2022. En juillet, les États-Unis ont imposé des sanctions l'accusant de vente illégale d'armes, de trafic de drogue et de malversations.

© AP Photo/Darko Vojinovic, File

Washington l'avait aussi accusé d'avoir aidé la Russie à étendre son influence dans les Balkans, au détriment de la sécurité régionale.

Proche du président Vucic, Aleksandar Vulin, a été l'un des rares responsables politiques européens à s'être rendu à Moscou, en tant que ministre de l'Intérieur, après le début de l'offensive militaire russe en Ukraine en février 2022.

10H10
Opposant

Une experte de l'ONU alarmée par la "disparition forcée" d'Alexeï Navalny

Mariana Katzarova, rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme en Russie, s'alarme de la "disparition forcée" de la figure de proue de l'opposition russe Alexeï Navalny et exige que Moscou le libère immédiatement.

Navalny

Le leader de l'opposition russe Alexei Navalny et ses avocats, lors d'une audience dans la colonie, à Melekhovo, dans la région de Vladimir, au nord-est de Moscou, en Russie, le vendredi 4 août 2023.@Photo AP.

 

Les partisans de Navalny, qui a été emprisonné en 2021 après avoir survécu à une tentative d'assassinat par empoisonnement, ont tiré la sonnette d'alarme depuis le début du mois, quand il a été vu pour la dernière fois.

Ses avocats n'ont pas pu le rencontrer depuis le 6 décembre et il ne s'est pas présenté à l'audience prévue le 15 décembre dernier.
 

"Cela m'inquiète beaucoup que les autorités russes ne révèlent pas où se trouve Alexei Navalny et quel est son état de santé pendant une période aussi prolongée, ce qui équivaut à une disparition forcée", a affirmé Mariana Katzarova.

Elle indique dans un communiqué qu'elle avait fait part de ses inquiétudes aux autorités russes.

La famille et les avocats d'Alexei Navalny ont envoyé des lettres à toutes les colonies pénitentiaires pour tenter d'identifier où se trouve l'opposant au Kremlin, qui purge une peine de 19 ans de prison, a déclaré Mariana Katzarova.
"En réponse, ils ont reçu des informations initiales selon lesquelles il pourrait se trouver dans une colonie pénitentiaire d'Omsk, mais ces informations ont ensuite été démenties", précise t-elle.

09H12
Diplomatie

Le Premier ministre russe attendu en Chine mardi

Le Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine sera en Chine à partir de demain pour une visite de travail de deux jours, ont annoncé conjointement Pékin et Moscou.

La Chine et la Russie partagent une volonté commune de contrer ce qu'ils présentent comme l'hégémonie américaine. Les deux pays voisins se sont notoirement rapprochés sur les plans politique et économique depuis l'intervention russe en Ukraine, que Pékin n'a pas condamné.

"Le Premier ministre de la Fédération de Russie Mikhaïl Michoustine se rendra en Chine les 19 et 20 décembre à l'invitation de [son homologue chinois] Li Qiang pour participer à la 28e réunion régulière des Premiers ministres chinois et russe", a indiqué un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin.

Outre une rencontre avec son homologue chinois, Mikhaïl Michoustine s'entretiendra avec le président chinois Xi Jinping et les échanges porteront principalement sur l'économie, a de son côté précisé le gouvernement russe.

00H00
Espionnage ?

Un dispositif d'écoute découvert dans l'un des bureaux du commandant de l'armée

Un dispositif d'écoute a été découvert dans l'un des futurs bureaux du commandant en chef de l'armée ukrainienne Valery Zaloujny, ont annoncé dimanche les services de sécurité de Kiev, tout en précisant que l'appareil n'était "pas opérationnel".

"L'équipement n'a pas été trouvé directement dans le bureau de Valery Zaloujny, mais dans l'un des locaux qu'il pourrait utiliser pour son travail à l'avenir", ont précisé les services ukrainiens sur Telegram.

Une enquête a été ouverte pour "utilisation illégale de moyens techniques spéciaux pour obtenir des informations", ont-ils ajouté sans avancer de pistes sur l'origine de ce dispositif d'écoute.

"L'appareil trouvé n'était pas opérationnel. Aucun dispositif de stockage de données ou de transmission audio à distance n'a été trouvé. Ce dispositif technique sera envoyé pour examen", ont encore indiqué les services ukrainiens.

En tant que commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valery Zaloujny décide du déroulé global des opérations sur le front, sous l'autorité du président Volodymyr Zelensky.

Qui anime ce direct ?

avec agences
Les faits

Un système d'écoute a été découvert dans les bureaux de l'état-major ukrainien alors que des médias font état de tensions croissantes entre le chef de l'armée ukrainienne, Valery Zaloujny et le président Volodymyr Zelensky.

Le Kremlin se félicite de la victoire du parti pro-russe du président Aleksandar Vucic aux élections législatives en Serbie, pays "amical" et "fraternel" selon Moscou.

Mariana Katzarova, rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme en Russie s'alarme de la "disparition forcée" de l'opposant Alexeï Navalny et exige que Moscou le libère immédiatement.

5000 soldats allemands vont être déployés en Lituanie dans le cadre d'un plan qui devrait se prolonger jusqu'en 2027. Le ministre de la Défense allemand s'est déplacé à Vilnius où il a rencontré aussi le président Nauseda. Trois bataillons et une brigade de chars seront déployés.

La Bulgarie va instaurer à partir de mars l'embargo européen sur le pétrole russe transporté par voie maritime, renonçant à l'exemption dont elle bénéficiait. Les députés ont voté cette loi "afin de priver Loukoïl et par là-même le Kremlin de nouveaux profits alimentant potentiellement l'offensive menée en Ukraine".

Les transporteurs polonais ont repris le blocage du plus grand passage de fret à la frontière avec l'Ukraine.

Le Danemark va participer à la donation de la Suède de chars légers suédois CV90 à l'Ukraine, pour un montant de 1,8 milliard de couronnes.

L'Union européenne adopte un douzième paquet de sanctions contre la Russie, qui comprend notamment l'interdiction des importations de diamants russes dans l'UE.