Direct démarré à 5h45

DIRECT : les États-Unis ne veulent pas d'une "escalade" ni d'une "guerre" avec l'Iran

Les États-Unis ne veulent pas d'une "escalade" ni d'une "guerre étendue avec l'Iran", a insisté le porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche, au lendemain d'une attaque inédite de la République islamique sur Israël.

Les horaires sont en temps universel (TU).

Partager
Image
Le conseiller à la Sécurité de la Maison Blanche John Kirby, le 29 mars 2023
Le conseiller à la Sécurité de la Maison Blanche John Kirby, le 29 mars 2023.
© AP Photo/Patrick Semansky
51
nouvelle(s) publication(s)
21h20
réaction

"Ni la région ni le monde ne peuvent se permettre plus de guerre", insiste le chef de l'ONU

"Ni la région ni le monde ne peuvent se permettre plus de guerre", a lancé  le secrétaire général de l'ONU, appelant à la "retenue maximale" lors d'un Conseil de sécurité convoqué après l'attaque de l'Iran contre Israël.

"Le Moyen-Orient est au bord du précipice. Les populations de la région font face à un vrai danger de conflit généralisé dévastateur. C'est le moment du désamorçage et de la désescalade. C'est le moment de montrer une retenue maximale", a insisté Antonio Guterres.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres au Caire le 24 mars 2024.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres au Caire le 24 mars 2024.

© AP Photo/Amr Nabil
20h43
otages

L'armée israélienne affirme que des otages sont retenus à Rafah

L'armée israélienne a affirmé que des otages enlevés lors de l'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas le 7 octobre sont retenus à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où Israël s'est dit déterminé à mener une offensive militaire.

"Nous avons également des otages à Rafah et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour les ramener chez eux", a déclaré le porte-parole de l'armée Daniel Hagari. Une offensive sur Rafah est redouté par la communauté internationale qui craint pour la sécurité des quelque 1,5 millions de Gazaouis qui y sont réfugiés.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

 

20h28
riposte

Les États-Unis ne participeront pas à une éventuelle riposte israélienne contre l'Iran

Les États-Unis ne participeront pas à une éventuelle riposte israélienne contre l'Iran après l'attaque aérienne sans précédent contre Israël, a déclaré dimanche un haut responsable américain.

"Nous ne ferons partie d'aucune réponse qu'ils entendent mener", a affirmé ce responsable à la presse sous couvert d'anonymat. "Nous ne nous voyons pas participer à un tel acte", a-t-il dit.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
20h16
convocation

L'ambassadeur d'Iran en France convoqué

Le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné a annoncé faire convoquer l'ambassadeur d'Iran en France pour "passer un message de fermeté" après les frappes iraniennes menées dans la nuit de samedi à dimanche contre Israël.

"Demain, j'ai demandé aux services du ministère des Affaires étrangères de convoquer l'ambassadeur d'Iran pour passer" ce "message de fermeté", a déclaré le ministre sur la télévision publique France 2. "Il ne faut pas inverser les responsabilités, a-t-il ajouté. "C'est les Iraniens qui ont attaqué Israël. (...) Ça fait maintenant depuis 1979 que l'Iran a mis au cœur de sa diplomatie la haine contre Israël."

Stéphane Séjourné au Conseil de sécurité de l'ONU le 23 janvier 2024.

Stéphane Séjourné au Conseil de sécurité de l'ONU le 23 janvier 2024.

© AP Photo/Yuki Iwamura
20h03
réaction

Le Hezbollah libanais félicite l'Iran pour son attaque sur Israël

Le mouvement libanais Hezbollah a félicité l'Iran pour son attaque massive menée samedi soir sur Israël, affirmant qu'elle avait "atteint" ses objectifs. 

Dans un communiqué, le puissant groupe chiite soutenu par l'Iran a présenté ses "félicitations" à son allié pour son attaque "sans précédent" contre leur ennemi commun Israël, assurant qu'elle avait "atteint" ses objectifs militaires "malgré la participation des Etats-Unis et de leurs alliés internationaux (...) à la riposte".

Le mouvement libanais a également salué la "décision courageuse et sage de Téhéran de répondre fermement à l'attaque sioniste contre le consulat iranien à Damas", en Syrie.

Liban Hassan Nasrallah chef du Hezbollah

Le chef du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, s'exprime via une liaison vidéo lors d'une cérémonie marquant l'anniversaire du prophète Mahomet, dans le sud de Beyrouth, au Liban, le 2 octobre 2023. (Photo AP/Hassan Ammar)

AP/Hassan Ammar
18h28
réaction

Le G7 "prêt à prendre des mesures" face à "d'autres initiatives de déstabilisation"

Les dirigeants des pays du G7 réunis par vidéoconférence dimanche se sont dits "prêts à prendre des mesures" contre l'Iran "en réponse à de nouvelles initiatives de déstabilisation", selon un communqiué diffusé par la présidence italienne.

"Nous exigeons que l'Iran et ses alliés cessent leurs attaques, et nous sommes prêts à prendre de nouvelles mesures maintenant en réponse à de nouvelles initiatives de déstabilisation", affirment les dirigeants du G7, qui réunit les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, l'Italie et le Japon.

les ministres des affaires étrangères des pays membres du G7

Les ministres des affaires étrangères des pays membres du G7 réaffirment leur soutien à Kiev, à Tokyo, le 8 novembre 2023.

AP Photo/Eugene Hoshiko
16h18
Suspension

Lufthansa suspend ses vols à destination et en provenance de Tel Aviv et deux villes au Moyen-Orient

La compagnie aérienne allemande Lufthansa a annoncé dimanche la suspension jusqu'à lundi inclus de ses vols à destination et en provenance de Tel Aviv ainsi que d'Erbil en Irak et Amman en Jordanie, "dans le contexte de la situation actuelle". 

Après les frappes iraniennes contre Israël samedi, la compagnie dit "surveiller en permanence la situation au Moyen-Orient", a indiqué un porte-parole du groupe à l'AFP. Lufthansa prévoit actuellement de reprendre le trafic aérien régulier vers ces trois destinations à partir de mardi.

Les vols vers Beyrouth et Téhéran resteront eux "suspendus jusqu'au 18 avril au moins", a ajouté cette source. Lufthansa avait décidé vendredi de ne plus survoler l'espace aérien iranien jusqu'à jeudi prochain, suspendant ainsi temporairement ses liaisons aériennes vers Téhéran.

Israël a annoncé la réouverture dimanche matin de son espace aérien, de même que la Jordanie et le Liban, pays voisins d'Israël, ainsi que l'Irak, frontalier de l'Iran. En conséquence le groupe Lufthansa utilise à nouveau ces espaces aériens.

Des avions Lufthansa à l'aéroport de Francfort, en Allemagne, le 7 mars 2024.

Des avions Lufthansa à l'aéroport de Francfort, en Allemagne, le 7 mars 2024. 

AP Photo/Michael Probst
15h38
réaction

L'Iran a usé de son "droit à l'autodéfense", selon Damas

La Syrie a estimé que l'Iran, son allié, avait exercé son "droit à l'autodéfense" en menant des frappes inédites sur Israël dans la nuit en riposte à un raid sur son consulat à Damas.

"La réponse iranienne (...) est un droit légitime à l'autodéfense", a affirmé le ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Mekdad, cité par l'agence officielle Sana, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian.

Le ministre des Affaires étrangères Faisal Mekdad à Téhéran, le 31 juillet 2023

Le ministre des Affaires étrangères Faisal Mekdad à Téhéran, le 31 juillet 2023

AP Photo/Vahid Salemi
14h15
réaction

Attaque iranienne contre Israël: réunion d'urgence mardi des ministres des Affaires étrangères de l'UE

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a convoqué une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères de l'UE par visioconférence, à la suite de l'attaque menée par l'Iran contre Israël, a-t-il annoncé dimanche.

"Notre objectif est de contribuer à la désescalade et à la sécurité de la région", a-t-il indiqué sur le réseau social X.

Tweet URL
14h42
réaction

Les États-Unis ne veulent pas d'une "escalade" ni d'une "guerre" avec l'Iran (Maison Blanche)

Les États-Unis ne veulent pas d'une "escalade" ni d'une "guerre étendue avec l'Iran", a insisté le porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche, au lendemain d'une attaque inédite de la République islamique sur Israël.

"Nous ne voulons pas d'escalade. Nous ne voulons pas d'une guerre étendue avec l'Iran", a déclaré John Kirby sur la chaîne de télévision américaine NBC.

Photo de John Kirby
13H20
réaction

La Turquie appelle l'Iran à éviter une "nouvelle escalade" (source diplomatique)

La Turquie appelle Téhéran à éviter une "nouvelle escalade" après les frappes iraniennes qui ont visé Israël dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué une source diplomatique turque.

"Le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan a eu un entretien téléphonique aujourd'hui avec son homologue iranien (...) et a déclaré que nous ne souhaitons pas une nouvelle escalade dans la région", a déclaré cette source sous couvert d'anonymat.

13H15
réaction

Zelensky appelle à une réponse mondiale "unie" face à la "terreur" de l'Iran et de la Russie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé dimanche à une réponse mondiale "résolue et unie" face à la "terreur" de l'Iran et de la Russie, en condamnant l'attaque menée par Téhéran contre Israël dans la nuit.

"Les actions de l'Iran menacent l'ensemble de la région et du monde, tout comme les actions de la Russie menacent d'un conflit plus vaste, et la collaboration évidente entre les deux régimes pour répandre la terreur doit faire l'objet d'une réponse résolue et unie de la part du monde", a-t-il écrit, appelant à tout faire pour éviter une "escalade" au Moyen-Orient.

Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky répond aux questions des médias lors d'une conférence de presse à Kiev, en Ukraine, le dimanche 25 février 2024.

AP Photo/Evgeniy Maloletka
13H10
ressortissants

La France recommande à ses ressortissants de "quitter temporairement l'Iran"la France recommande à ses ressortissants de "quitter temporairement l'Iran"

Le ministère français des Affaires étrangères recommande dimanche à ses ressortissants de "quitter temporairement l'Iran", du fait d'un "risque d'escalade militaire" après les frappes iraniennes qui ont visé Israël dans la nuit de samedi à dimanche.

"En raison du nouveau palier franchi", l'ambassade de France à Téhéran "recommande aux Français résidents en Iran qui en ont la possibilité (...) de quitter temporairement le pays. Il est demandé de faire preuve de la plus grande prudence dans les déplacements" et "d'éviter tout rassemblement", selon le site du ministère.

13H05
réaction

L'Irak appelle à ne pas "étendre" le conflit au Moyen-Orient (président)

Le président irakien a plaidé dimanche pour une "réduction des tensions" au Moyen-Orient tout en appelant à ne pas "étendre le conflit", au lendemain d'une attaque sans précédent menée par Téhéran contre Israël.

Evoquant "les derniers développements dans la région et leurs répercussions", le président Abdel Latif Rachid a également souligné dans un communiqué "la nécessité de stopper l'agression contre la bande de Gaza et de trouver une solution à la question palestinienne, étant donné qu'il s'agit d'un élément fondamental à la stabilité de la région".

11h18
Chercher la "désescalade"

L'ancien président français François Hollande réagit

L'ancien président de la République François Hollande a estimé dimanche que "la France doit assurer à Israël son soutien", mais également "chercher les moyens de la désescalade", quelques heures après l'attaque lancée par l'Iran en Israël.

"La seule question qui doit être posée, c'est: Est-ce qu'il y aura maintenant une réponse des Israéliens à l'attaque de l'Iran", a interrogé l'ancien leader socialiste sur France 3. "Clairement, c'est une hypothèse", a-t-il répondu. 

"C'est la raison pour laquelle l'ensemble de la communauté internationale demande qu'il n'y ait pas de reprise des hostilités", a-t-il ajouté, se félicitant que cette ligne rassemble également "les soutiens de l'Iran, même la Russie et la Chine" et "les pays de la région".

"La France, si elle est attaquée - elle pourrait l'être par l'Iran - devra forcément répondre", a ajouté l'ancien locataire de l'Elysée, en faisant valoir qu'elle "doit forcément protéger ses intérêts vitaux".

Le président Francois Hollande à l'hôtel des Invalides à Paris, Friday, le 5 janvier 2024.

Le président Francois Hollande à l'hôtel des Invalides à Paris, Friday, le 5 janvier 2024.

Stephanie Lecocq, Pool via AP

Qui anime ce direct ?