Direct terminé le 6 juin 2024 à 20h15 TU
Direct démarré le 6 juin 2024 à 5h10 TU

DIRECT - le président Biden réaffirme que les États-Unis et l'OTAN ne laisseront pas tomber l'Ukraine

Dans un discours vibrant, évoquant l'action exemplaire des Alliés il y a 80 ans, le président Joe Biden a reaffirmé le soutien des États-Unis et de l'OTAN à l'Ukraine. "Les États-Unis, l'Otan et une coalition de plus de 50 pays se tiennent aux côtés de l'Ukraine" a-t-il martelé, en rappelant que "nous ne pouvons pas nous incliner devant les dictateurs."

Les horaires sont affichés en temps universel.

Partager
Image
Le président Joe Biden et Jill Biden lors des commémorations du débarquement du 6 juin saluent un vétéran américain.

Le président Joe Biden et Jill Biden lors des commémorations du débarquement du 6 juin saluent un vétéran américain.

© AP Photo/Evan Vucci
11
nouvelle(s) publication(s)
18H00
D-Day

Emmanuel Macron redit que la France est avec l'Ukraine

Clôturant les cérémonies du 80e anniversaire du débarquement en Normandie, le président Macron a souligné l'importance, en cette heure solennelle, de soutenir l'Ukraine.

Au moment où il prononçait son discours, la scène installée sur la plage d'Omaha a été survolée par la patrouille de France.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"Face au retour de la guerre sur notre continent, face à la remise en cause de tout ce pourquoi ils se sont battus, face à ceux qui prétendent changer les frontières par la force, pour réécrire l'histoire, soyons dignes de ceux qui débarquèrent ici. Votre présence ici en ce jour, Monsieur le président d'Ukraine, dit tout cela." À la droite du président Zelensky, le président de la République tchèque, Petr Pavel. 6 juin 2024

15H18
armes américaines

Les armes américaines en Ukraine ne serviront pas à frapper Moscou, assure Joe Biden

Les armes que les États-Unis ont autorisé l'Ukraine à utiliser sur le territoire russe ne serviront pas à frapper Moscou ou le Kremlin, assure Joe Biden dans un extrait d'interview publié aujourd'hui par la chaîne ABC.

Le président des États-Unis avait donné la semaine dernière son feu vert, sous conditions, à l'utilisation d'armes américaines par Kiev contre des cibles en Russie situées près de la région de Kharkiv (nord-est de l'Ukraine).

Interrogé sur le fait de savoir si ces armes avaient déjà été utilisées par Kiev, Joe Biden n'a pas directement répondu mais assuré que les États-Unis ne permettaient pas qu'elles servent "à frapper à 300 km à l'intérieur du territoire russe ou à Moscou ou sur le Kremlin".
"Elles doivent être utilisées à proximité de la frontière en cas d'attaques sur des cibles ukrainiennes lancées" depuis la Russie, a-t-il dit.

À la question de savoir s'il était "inquiet" après les propos de Vladimir Poutine sur le sujet des livraisons d'armes occidentales à Kiev, Joe Biden a expliqué : "Je le connais depuis 40 ans. Il m'inquiète depuis 40 ans. Ce n'est pas un homme bien, c'est un dictateur et il lutte pour maintenir son emprise sur son pays pendant qu'il mène cet assaut (sur l'Ukraine)."

Le reste de l'entretien d'ABC avec le président américain, enregistré en France où Joe Biden assiste aux commémorations des 80 ans du Débarquement des forces alliées en Normandie, doit être diffusé aujourd'hui.

14H30
D-DAY

Zelensky vient de rejoindre la cérémonie de commémoration du débarquement

Le président ukrainien s'est entretenu avec un vétéran. Il a rejoint les cérémonies de commémoration du débarquement. 

Le président ukrainien Volodomyr Zelensky avec un vétéran de la 2eme Guerre mondiale. (Capture d'écran France 2)

Le président ukrainien Volodomyr Zelensky avec un vétéran de la 2eme Guerre mondiale. (Capture d'écran France 2)

14H00
D-DAY

Zelensky accueilli par Emmanuel Macron

Volodomyr Zelensky et sa femme, Olena, ont été accueilli pour les cérémonies sur la plage de Coleville.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Un journaliste a demandé à Zelensky alors qu'il se prêtait au jeu des photographes sur le tapis rouge : "vous êtes ici pour le débarquement de Normandie, espérez-vous un jour, des débarquements en Ukraine ?"

"Je l'espère bien" a-t-il répondu.

12H30
D-DAY

Joe Biden affirme que l'OTAN n'abandonnera pas l'Ukraine

Le président des États-Unis, Joe Biden, a lancé un appel passionné à la défense de la liberté et de la démocratie à l'occasion du 80e anniversaire du débarquement en Normandie. Il a appellé les puissances occidentales à maintenir le cap sur l'Ukraine et à ne pas céder à la tyrannie russe.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"L'Ukraine a été envahie par un tyran qui veut la dominer. Les Ukrainiens combattent avec un courage extraordinaire, supportent des pertes considérables, mais ne lâchent rien."

Lors d'une cérémonie conjointe avec le président français Emmanuel Macron et des vétérans américains au cimetière américain de Normandie, Biden a déclaré qu'il était "tout simplement impensable" de se rendre à l'agression russe et il a promis de ne pas relâcher son soutien à l'Ukraine.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"Les États-Unis, l'OTAN et une coalition de plus de 50 pays sont solidaires de l'Ukraine. Nous ne nous retirerons pas, car si nous le faisons, l'Ukraine sera soumise, et cela ne s'arrêtera pas là. Les voisins de l'Ukraine seront menacés, toute L'Europe sera menacée."

Il a exhorté les alliés occidentaux et de l’OTAN à retrouver l’esprit du jour J et à travailler ensemble à un moment où, selon lui, la démocratie était plus menacée qu’à aucun autre moment depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il a ajouté : 

"Ne vous y trompez pas, les autocrates du monde entier surveillent de près ce qui se passe en Ukraine, pour voir si nous laissons cette agression illégale se dérouler sans contrôle. Nous ne pouvons pas laisser cela se produire, céder aux tyrans, nous incliner devant les dictateurs - c'est tout simplement impensable."

11H34
Barrage de Kakhovka

La société de production d'hydroélectricité Ukrhydroenergo, gérée par la Russie, demande un arbitrage international sur la destruction par la Russie, du barrage de Kakhovka

La société de production hydroélectrique gérée par la Russie, Ukrhydroenergo, a déclaré dans un communiqué ce jeudi qu'elle avait lancé un arbitrage international demandant des dommages-intérêts pour la destruction par la Russie du barrage et de la centrale électrique de Kakhovka en juin 2023.

Ukrhydroenergo a estimé les dégâts à 2,5 milliards d'euros (2,72 milliards de dollars).

Le barrage de Kakhovka, l'un des six barrages sur le fleuve Dnipro qui traverse le centre et le sud de l'Ukraine, a été capturé au début de l'invasion de Moscou en février 2022.

Voir Ukraine : 1 mois après la destruction du barrage de Kakhovka

Les forces russes ont fait sauter le barrage de Kakhovka dans la nuit du 6 juin 2023, inondant de vastes étendues de terres arables, laissant des dizaines de milliers de personnes sans eau potable et privant la plus grande centrale nucléaire d'Europe de suffisamment d'eau pour refroidir les réacteurs.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

À Malokaterynivka, dans la région de Zaporijjia, une grande prairie verte recouvre ce qui était le Dniepr dont aperçoit plus loin le cours asséché, 5 juin 2024.

L'électricité produite par les centrales hydroélectriques ukrainiennes était une source d'énergie clé pour l'Ukraine, et les centrales de l'entreprise ont été soumises à plusieurs reprises aux attaques de missiles russes.

Ukrhydroenergo a déclaré que depuis le début de l'invasion, la Russie avait tiré plus de 110 missiles sur les stations de l'entreprise.

09H34
OTAN

Stoltenberg exhorte les alliés à être régulier dans leur soutien militaire à l'Ukraine

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a rappelé aux alliés de veiller à ce que les défaillances dans le soutien militaire à l'Ukraine ne se reproduisent pas.

S'exprimant lors d'une visite en Finlande, Stoltenberg a déclaré que l'Ukraine avait besoin de "prévisibilité et responsabilité" de la part des alliés de l'OTAN en termes de soutien militaire.

Tweet URL

"Au cours des derniers mois, nous avons constaté des lacunes, des retards dans la fourniture du soutien militaire à l'Ukraine", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse aux côtés du président finlandais Alexander Stubb. "Nous devons faire en sorte que cela ne se reproduise plus."

Stoltenberg a également déclaré qu’il ne voyait pas de menace militaire de la part de la Russie contre les pays nordiques ou baltes pour le moment.

Le Kremlin a mis en garde ce jeudi les pays occidentaux qui fournissent à l'Ukraine des armes pour frapper directement la Russie et qu'ils en subiraient les conséquences.

6h52
Diplomatie

Les ingérences russes peuvent être "notre nouvelle guerre mondiale" selon le Premier ministre français

Les ingérences de la Russie dans la vie intérieure des Etats sont "un poison qui cherche à manipuler l'opinion" et peuvent être "notre nouvelle guerre mondiale", prévient le Premier ministre français Gabriel Attal. "On a vu ces mains rouges sur le mémorial de la Shoah, on a vu ces étoiles de David taguées sur des murs. On a vu encore récemment les cercueils qui ont été déposés sous la Tour Eiffel", énumère-t-il sur la chaîne France 2, en référence à plusieurs affaires en France sur lesquelles planent des soupçons de manipulation étrangère.

Je le dis, ces ingérences, ça peut être notre nouvelle guerre mondiale. Parce qu'en plus, ce sont des manipulations qui viennent de l'extérieur et qui cherchent à nous diviser.

Gabriel Attal, Premier ministre français

"Le premier à avoir alerté sur ces menaces, c'est le président de la République lui-même en 2017, face à Vladimir Poutine qui était à ses côtés. Ces ingérences, c'est un poison. C'est un poison qui cherche à manipuler l'opinion publique, qui cherche à nous diviser, qui cherche à atteindre notre sécurité avec une nouvelle forme, une forme hybride". 


 

3h00
Diplomatie

Comment Biden veut-il affirmer son leadership à propos de l'Ukraine ?

Le 30 mai, un responsable américain a annoncé que Joe Biden avait donné son feu vert pour que l'Ukraine puisse utiliser des armes américaines, sous certaines conditions, afin de frapper des cibles sur le sol russe. Un grand changement pour un président qui s'est longtemps inquiété que cette guerre ne déclenche un conflit nucléaire.

Joe Biden semble être arrivé à la conclusion qu'il n'y avait pas d'autre choix que d'autoriser l'Ukraine à élargir sa capacité de riposte face à la nouvelle offensive russe. Une offensive favorisée par une suspension de l'aide américaine, qu'avaient bloquée les républicains au Congrès.

1h30
Histoire

Les Alliés sans la Russie mais avec Zelensky attendus à Omaha Beach pour les 80 ans du D-Day

Huit décennies plus tard, sur la même plage d'Omaha la "sanglante", contre "l'agresseur" : les Alliés se retrouvent sans la Russie en Normandie mais au côté de l'Ukrainien Volodymyr Zelensky, pour célébrer la victoire sur le nazisme alors que la guerre sévit de nouveau en Europe. Les présidents américain Joe Biden, français Emmanuel Macron, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le chancelier allemand Olaf Scholz sont attendus, parmi une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement.

Le Débarquement, organisé dans le plus grand secret par les Américains, les Britanniques et les Canadiens, allait ouvrir la voie à la libération de la France et à la défaite de l'Allemagne nazie. Mais 80 ans après cette opération titanesque, tous les regards seront tournés vers l'Ukraine, théâtre depuis février 2022 d'une offensive russe meurtrière dont l'issue semble encore très éloignée.

1h09
Conflit armé

Une frappe ukrainienne touche une raffinerie du sud de la Russie

la suite d'une attaque par drone, un incendie s'est déclaré à la raffinerie de Novoshakhtinsk. Les services d'urgence sont sur place" et "le travail a été suspendu", indique sur la messagerie Telegram le gouverneur local, Vasily Golubev. Il fait état d'un sinistre limité de "100 m2".

Considérée comme une des plus importantes installations pétrolières du sud de la Russie, la raffinerie de Novoshakhtinsk, située à une dizaine de kilomètres à l'est de la frontière, est régulièrement ciblée par des attaques ukrainiennes. Parallèlement, une autre frappe de drone a détruit dans la nuit un réservoir de pétrole dans un dépôt de Stary Oskol, au nord de la frontière ukrainienne, indique Vyacheslav Gladkov, gouverneur de la région de Belgorod. L'incendie a été "rapidement éteint" et il n'y a "pas de victime", ajoute cette source. L'Ukraine, confrontée à l'offensive russe depuis deux ans, réplique régulièrement en attaquant des régions russes et en visant notamment des sites énergétiques.

Qui anime ce direct ?

Margot Hutton et Elena Lionnet