Live démarré le 16 février 2024 à 9h50

DIRECT : le Sénégal plongé dans l'incertitude après l'invalidation du report de la présidentielle

Nouveau rebondissement dans la crise politique qui secoue le Sénégal depuis quinze jours. Le 15 février, le Conseil constitutionnel a invalidé sa décision de reporter l'élection présidentielle, initalement prévue le 25 février.

Partager
Image
Profil Macky Sall

Le président sénégalais, Macky Sall, en octobre 2023 à Bruxelles (Belgique).

REUTERS/Johanna Geron/File Photo/File Photo
7
nouvelle(s) publication(s)
17h31
Entretien

"La réhabilitation du processus électoral doit être effective"

Le Conseil constitutionnel a invalidé jeudi 15 février le report de la présidentielle du 25 février au 15 décembre et le maintien du président Macky Sall au pouvoir au-delà de son mandat. Elimane Kane, co-initiateur de Aar Sunu Election ("Protégeons notre élection"), un collectif citoyen à l'origine de plusieurs manifestations. 

15h48
déclaration

Le président Sall s'engage à organiser la présidentielle "dans les meilleurs délais"

Le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall s'est engagé à organiser la présidentielle "dans les meilleurs délais", après le veto mis par le Conseil constitutionnel à sa décision de reporter l'élection initialement prévue fin février.

Le Conseil constitutionnel a invalidé l'ajournement de la présidentielle au 15 décembre et a demandé aux autorités de tenir le vote "dans les meilleurs délais". Macky Sall "entend faire pleinement exécuter la décision du Conseil" et "mènera sans tarder les consultations nécessaires pour l'organisation de l'élection présidentielle dans les meilleurs délais", ont dit ses services dans un communiqué.

Communiqué de la présidence de la république du Sénégal du 16 février 2024.

Communiqué de la présidence de la république du Sénégal du 16 février 2024.

DR
13h50
PRISON

Plus de 130 opposants détenus ont été libérés depuis hier

Cent trente-quatre membres de l'opposition et de la société civile qui étaient détenus au Sénégal ont été libérés depuis hier, et environ 90 devaient l'être dans la journée aujourd'hui, selon les chiffres du ministère de la Justice.


Ces libérations interviennent alors que des gestes d'apaisement du président Macky Sall étaient attendus pour sortir de la crise liée à son annonce du report de l'élection présidentielle, une décision invalidée jeudi soir par le Conseil constitutionnel.


Souleymane Djim, membre du Collectif des familles de détenus politiques, a lui affirmé que "156 détenus ont été libérés" jeudi "et 500 au total doivent l'être" prochainement. "La pression internationale fait que le président Macky Sall ordonne des libérations".

12h49
DIPLOMATIE

L'UE appelle à respecter l'invalidation du report de la présidentielle

L'Union européenne appelle "toutes les parties" au Sénégal à respecter l'arrêt du Conseil constitutionnel qui a invalidé la veille la décision du chef de l’État, Macky Sall, de reporter l'élection présidentielle prévue fin février.


L'UE "appelle toutes les parties à respecter (cette) décision et à mettre tout en oeuvre pour organiser les élections selon la décision du Conseil, c'est-à-dire dans les meilleurs délais", a déclaré Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, ajoutant que l'UE dénonce "un recours inutile et disproportionné à la force contre les manifestations et des restrictions de l'espace civique".

Pour Babacar Gueye, un constitutionnaliste coordinateur du collectif de la société civile Aar Sunu Election ("Protégeons notre élection"), qui a mobilisé contre le report, l'invalidation du report est "historique". Face à l'inquiétude partagée par les partenaires étrangers du Sénégal, le système a "finalement montré qu'il avait des ressorts pour surmonter de très grosses crises".

12h10
POUVOIR

La Cédéao exhorte à respecter la décision prise par le Conseil constitutionnel

Dans un communiqué publié ce matin, la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest indique prendre "acte de la décision pris par le Conseil constitutionnel du Sénégal le 15 février 2024 relative au report de l'élection présidentielle au Sénégal".

Plus loin, l'organisation "exhorte toutes les parties prenantes à respecter la décision du Conseil constitutionnel, et demande aux autorités compétentes de fixer la date pour la tenue de l'élection présidentielle".

Tweet URL
11h14
LIBERATION

Des opposants sont sortis de prison

Hier, plusieurs opposants ont été libérés de prison. "La plupart de mes clients dans les dossiers montés pour des considérations politiques sont libérés", a indiqué l'avocat Cheikh Koureissy Bâ, assurant que cela concernait plusieurs dizaines de détenus.


Selon une liste diffusée par un collectif de familles de détenus et un autre avocat qui suit ces dossiers, plusieurs figures du mouvement de contestation contre Macky Sall, également soutiens de la figure de l'opposition Ousmane Sonko, ont été relâchés. Parmi eux, Aliou Sané, coordinateur du mouvement citoyen "Y'en a marre", Djamil Sané, maire d'une commune de Dakar et plusieurs membres du parti d'opposition dissous Pastef. En revanche, ni Ousmane Sonko, ni son second à la tête du parti Pastef, Bassirou Diomaye Faye, l'un des favoris du scrutin présidentiel, n'ont été libérés.
 

9h50
INVALIDATION

Le Sénégal dans l'inconnu

L'invalidation de ce report hier soir par le Conseil constitutionnel ouvre une nouvelle période de grande incertitude alors que de nouveaux appels à manifester ont été lancés pour aujourd'hui et demain.

Le Conseil a constaté "l'impossibilité d'organiser l'élection présidentielle à la date initialement prévue" du 25 février, compte tenu du retard pris par le processus, et "invite les autorités compétentes à la tenir dans les meilleurs délais".
Il a réaffirmé le principe d'"intangibilité" de la durée de cinq ans du mandat présidentiel.

 

 

Qui anime ce direct ?

avec AFP