Direct terminé le 1 mars 2024 à 21h30
Direct démarré le 1 mars 2024 à 5H46

DIRECT : les condamnations se multiplient après une distribution d'aide meurtrière à Gaza

La communauté internationale a souligné l'urgence d'un cessez-le-feu humanitaire et réclamé une enquête après des tirs israéliens sur des civils palestiniens et une bousculade pendant une distribution d'aide jeudi à Gaza, qui ont fait plus de 110 morts, selon le Hamas. Les horaires sont affichés en temps universel.

Partager
Image
Gaza

Des Palestiniens inspectent les décombres de bâtiments détruits après une frappe aérienne israélienne dans le camp de réfugiés de Nuseirat, au centre de la bande de Gaza, le jeudi 29 février 2024. @AP Photo/Adel Hana.

18
nouvelle(s) publication(s)
21h21
Humanitaire

À Gaza, l'aide peut tomber du ciel, mais en quantité limitée

Face à une situation humanitaire de plus en plus désespérée à Gaza, où les Nations unies préviennent que la famine est "presque inévitable", des pays donateurs ont commencé à parachuter des secours.  Après cinq mois de guerre, la quantité d'aide humanitaire acheminée par camions a chuté de façon drastique, et les habitants du territoire font face à de graves pénuries de nourriture, d'eau et de médicaments.

Des avions militaires étrangers ont commencé à y parachuter des palettes d'aide humanitaire. Des appareils jordaniens, avec le soutien de pays tels que la Grande-Bretagne, la France et les Pays-Bas, ont pour l'instant organisé la plupart des largages. 

19h23
Humanitaire

Biden annonce que les Etats-Unis vont participer à des largages d'aide humanitaire sur Gaza

Le président américain Joe Biden déclare que les États-Unis vont participer avec des pays partenaires "dans les prochains jours" à des largages d'aide humanitaire dans la bande de Gaza assiégée par l'armée israélienne.

"Dans les prochains jours, nous allons rejoindre nos amis en opérant des largages" humanitaires sur Gaza, a-t-il affirmé en recevant à la Maison Blanche la cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni.

19h15
Justice

L'Allemagne accusée par le Nicaragua de faciliter le "génocide" à Gaza

Le Nicaragua accuse l’Allemagne devant la plus haute juridiction de l'ONU de faciliter un "génocide" dans la bande de Gaza en soutenant Israël et en cessant de financer l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa). 

Ce pays d'Amérique centrale a déposé une requête contre l’Allemagne "en raison de ses manquements supposés aux obligations découlant de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide", déclare la Cour internationale de Justice (CIJ) dans un communiqué. 

18h24
Politique

Le conflit à Gaza bouscule une élection partielle en Angleterre

Un candidat de la gauche radicale à la personnalité controversée a remporté vendredi une élection législative partielle en Angleterre, à l'issue d'une campagne mouvementée, dominée par le conflit entre Israël et le Hamas.

George Galloway, 69 ans, ancien membre du Labour et plusieurs fois député, a fini largement en tête à Rochdale, après avoir placé le conflit à Gaza au coeur de sa campagne, dans cette commune du nord de l'Angleterre où 30% de la population est de confession musulmane. 

À deux semaines du vote, le candidat du Labour Azhar Ali s'était vu retirer son investiture par son parti, après avoir accusé Israël d'avoir volontairement laissé le Hamas mener son attaque meurtrière du 7 octobre.

17h39
Conflit armé

115 morts dans les tirs sur une foule affamée à Gaza

Hier, des témoins ont affirmé que des soldats israéliens avaient tiré sur une foule affamée qui se précipitait vers des camions d'aide humanitaire dans la ville de Gaza, dans le nord. Le bilan est de 115 morts et environ 760 blessés, selon le ministère de la Santé du Hamas. Un responsable de l'armée israélienne a confirmé des "tirs limités" de soldats qui se sentaient "menacés" et évoqué "une bousculade durant laquelle des dizaines d'habitants ont été tués et blessés, certains renversés par les camions d'aide".

17h18
Conflit armé

Sept otages sont morts dans des frappes israéliennes à Gaza selon le Hamas

La branche armée du Hamas affirme que sept otages retenus dans la bande de Gaza avaient péri au cours des dernières semaines dans des "bombardements" israéliens sur le territoire palestinien. "Au cours des dernières semaines, nous avons confirmé la mort d'un certain nombre de nos combattants et celle de sept prisonniers ennemis dans la bande de Gaza à la suite des bombardements sionistes", déclare dans un communiqué Abou Obeida, le porte-parole des brigades al-Qassam, la branche armée du mouvement islamiste Hamas.

Les combattants du Hamas ont affirmé que trois otages, dont le mouvement islamiste avait diffusé une vidéo jeudi, figuraient parmi ces sept morts. Ils ont précisé que les noms des quatre autres otages décédés allaient être révélés lorsqu'ils seraient "confirmés".

15h55
Humanitaire

Les 50 millions d'euros de l'UE pour l'UNRWA tombent "à point nommé"

L'UE va débloquer "en début de semaine prochaine" 50 millions d'euros d'aide à l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) avant un possible déblocage de 32 millions supplémentaires à terme, a annoncé vendredi la Commission européenne. Cette décision "tombe à point nommé", réagit sur X (ex-Twitter) le commissaire général de l'Unrwa, Philippe Lazzarini, huit jours après avoir indiqué que son organisation avait atteint un "point de rupture avec les appels répétés d'Israël à son démantèlement et le gel des financements de donateurs face à des besoins humanitaires à Gaza sans précédent".

L'agence est fragilisée depuis qu'Israël a accusé en janvier 12 de ses employés d'être impliqués dans l'attaque du 7 octobre lancée par le Hamas et ayant déclenché la guerre en cours entre Israël et ce mouvement islamiste palestinien qui tenait Gaza au début des hostilités

12H28
"Unir" les voix

Après leur réunion à Moscou, les factions palestiniennes plaident pour "l'unité"

Les factions palestiniennes incluant les rivaux du Hamas et du Fatah ont annoncé vendredi leur intention de remettre sur les rails des pourparlers pour "unir" leurs voix sous la bannière de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), au lendemain de leur réunion à Moscou.

La Russie a réuni jeudi à Moscou des dirigeants du Hamas, du Jihad islamique, du Fatah et d'autres mouvements palestiniens pour des pourparlers sur la guerre à Gaza qui oppose depuis le 7 octobre Israël au Hamas, et l'après-guerre.

Peu avant cette rencontre à Moscou, le gouvernement de l'Autorité palestinienne, mené par le Fatah qui siège en Cisjordanie occupée, a remis sa démission, ouvrant ainsi la voie à la formation d'un gouvernement de technocrates réunissant des acteurs des personnalités de plusieurs tendances dans le contexte de l'après-guerre à Gaza, selon des analystes.
 

13h07
Alerte de l'ONU

"Une famine est quasiment inévitable, si rien ne change"

Une famine dans la bande de Gaza "est quasiment inévitable, si rien ne change", a alerté une nouvelle fois l'ONU vendredi, les statistiques officielles faisant déjà état d'au moins 10 enfants morts de faim.

L'ONU et les agences humanitaires ont des critères très précis pour déterminer un état de famine et elle n'a pas encore été déclarée pour le territoire palestinien malgré une situation catastrophique.

Mais "une fois qu'une famine est déclarée, il est trop tard pour trop de gens", a insisté le porte-parole de l'agence de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), Jens Laerke.

gaza hunger

Des Palestiniens se rassemblent pour la distribution de nourriture à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le mercredi 8 novembre 2023. @AP Photo/Hatem Ali.

11H56
Aide financière

L'UE va débloquer 50 millions d'euros pour l'UNRWA

L'UE va débloquer "en début de semaine prochaine" 50 millions d'aide à l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), a annoncé vendredi la Commission européenne, une tranche supplémentaire de 32 millions étant prévue ultérieurement.

L'UE avait réclamé fin janvier un audit sur le fonctionnement de l'Unrwa, après les accusations sur la possible implication de certains de ses employés dans l'attaque du 7 octobre en Israël. Bruxelles a "salué" vendredi l'enquête ouverte par l'ONU et a indiqué "avoir trouvé un accord" avec l'agence onusienne.

11H02
30.228 morts, selon le Hamas

Le ministère de la Santé du Hamas annonce un nouveau bilan

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé vendredi un nouveau bilan de 30.228 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

Il a également fait état, dans un communiqué, de 193 morts et 920 blessés au cours des dernières 24 heures, et d'un total 71.377 blessés depuis le 7 octobre.
 

11H02
Appel à une "trêve humanitaire"

Berlin demande une "enquête complète"

La ministre des Affaires étrangères allemande a appelé vendredi les autorités militaires israéliennes à "mener une enquête complète" après la mort de plus de 110 personnes, selon le Hamas, suite à des tirs israéliens jeudi lors d'une distribution d'aide à Gaza.

Berlin, un des principaux soutiens d'Israël dans sa guerre contre le Hamas, demande "à ce que l'armée israélienne mène une enquête complète sur la manière dont sont survenus le mouvement de panique et les tirs", a déclaré sur le réseau social X Annalena Baerbock, appelant une nouvelle fois à une "trêve humanitaire".

Tweet URL
10H41
Condamnation européenne

Ursula von der Leyen "profondément troublée"

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est dite vendredi "profondément troublée par les images" montrant des tirs israéliens et une vaste bousculade lors d'une distribution d'aide à Gaza, où plus de 110 Palestiniens ont trouvé la mort selon le Hamas.

"Tous les efforts doivent être faits pour enquêter sur ce qui s'est passé en assurant la transparence. L'aide humanitaire est une bouée de sauvetage pour ceux qui en ont besoin, son accès doit être garanti", a-t-elle indiqué sur X.

Tweet URL

Le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell, a pour sa part dénoncé un "nouveau carnage" et des morts "totalement inacceptables".
 

10H19
Communiqué de l'OSDH

Au moins un mort dans une frappe israélienne sur la côte syrienne

Au moins un membre d'un groupe pro-iranien a été tué par une frappe aérienne attribuée à Israël visant, pour la première fois, la ville de Banyas, sur la côte syrienne, a indiqué vendredi une ONG locale.

Trois violentes explosions ont retenti vendredi à l'aube, résultant d'une frappe aérienne vraisemblablement israélienne, sur une villa à Banyas, hébergeant un groupe affilié à l'Iran.

Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH)

Selon l'ONG, basée au Royaume-Uni et qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, la frappe a visé l'intérieur de la ville de Banyas, une première, tuant au moins une personne non syrienne dans la villa qui a été complètement détruite.

Israël a intensifié ses frappes sur la Syrie depuis le début de la guerre à Gaza en octobre 2023 entre Israël et le Hamas palestinien. Ces frappes visent notamment les groupes proches de l'Iran, dont le mouvement islamiste libanais Hezbollah, allié du Hamas.

Syrie

Un immeuble résidentiel frappé par une attaque israélienne, selon la télévision d'État syrienne. Damas, en Syrie, le mercredi 21 février 2024. @Photo AP/Omar Sanadiki.


 

10H18
"Profonde indignation"

Condamnation de la Grande mosquée de Paris

La Grande mosquée de Paris a dit vendredi sa "profonde indignation" et appelé à la prière après la mort, annoncée par le Hamas, de plus de 110 personnes lors d'une distribution d'aide alimentaire à Gaza après des tirs israéliens.

"La Grande mosquée de Paris exprime sa profonde indignation face aux événements tragiques" survenus lors de cette distribution, a affirmé dans un communiqué le recteur Chems-eddine Hafiz, en déplorant "les images insoutenables de la foule affamée et désespérée, ciblée par des tirs israéliens et piétinée dans une bousculade meurtrière".

Gaza

Des Palestiniens blessés lors d'une frappe israélienne alors qu'ils attendent une aide humanitaire sur la plage de la ville de Gaza sont soignés à l'hôpital Shifa, le jeudi 29 février 2024. @AP Photo/Mahmoud Essa.

S'associant aux "nombreuses voix qui se sont élevées pour condamner ces actes criminels", le recteur a estimé que les déclarations d'Emmanuel Macron "sont des pas dans la bonne direction".
Le président français a exprimé sa "plus ferme réprobation" et exigé "la vérité, la justice et le respect du droit international" après cet événement.

Qui anime ce direct ?

AFP