Live démarré le 16 février 2024 à 07h31

DIRECT : Joe Biden affirme qu'il "faut un cessez-le-feu temporaire" à Gaza

Joe Biden a dit qu'il "fallait un cessez-le-feu temporaire" dans la bande de Gaza "pour faire sortir les otages", ajoutant qu'il avait "toujours l'espoir que cela puisse se réaliser".

Partager
Image
Le président Joe Biden délivre un discours lors de la mort de l'opposant russe Alexei Navalny, à Washington le 16 février 2024.

Le président Joe Biden délivre un discours lors de la mort de l'opposant russe Alexei Navalny, à Washington le 16 février 2024.

AP Photo/Evan Vucci
10
nouvelle(s) publication(s)
20h27
Cour internationale de Justice

La CIJ rejette la nouvelle requête sud-africaine contre Israël

La Cour internationale de Justice (CIJ), plus haute instance judiciaire des Nations unies, a rejeté la requête additionnelle de l'Afrique du Sud contre Israël, qui a annoncé une offensive d'envergure contre Rafah, dans la bande de Gaza, estimant que l'Etat hébreux devait respecter les mesures déjà ordonnées.

"Cette situation alarmante exige la mise en œuvre immédiate et effective des mesures conservatoires indiquées par la Cour dans son ordonnance du 26 janvier 2024, qui sont applicables à l’ensemble de la bande de Gaza, y compris Rafah, et ne nécessitent pas l’indication de mesures additionnelles", a estimé la CIJ.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
19h21
opération sur Rafah

Israël assure qu'il se coordonnera avec l'Egypte avant l'opération à Rafah

Israël se coordonnera avec l'Egypte avant son opération militaire à Rafah, dans l'extrême sud de la bande de Gaza, a assuré à Munich le ministre israélien des Affaires étrangères.

"L'Egypte est notre alliée. Nous avons un accord de paix avec l'Egypte et nous opèrerons de façon à ne pas nuire aux intérêts égyptiens", a déclaré Israël Katz au cours de la Conférence sur la sécurité de Munich, dans le sud de l'Allemagne.

L'opération militaire sera menée "après nous être coordonnés avec l'Egypte", a-t-il ajouté, assurant aussi qu'Israël "tiendrait au courant" le président américain Joe Biden de l'offensive militaire.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
18h43
déclaration des Etats-Unis

Joe Biden dit qu'il "faut un cessez-le-feu temporaire" à Gaza

Joe Biden a dit qu'il "fallait un cessez-le-feu temporaire" dans la bande de Gaza "pour faire sortir les otages", ajoutant qu'il avait "toujours l'espoir que cela puisse se réaliser".

"J'espère qu'en attendant, les Israéliens ne procèderont pas à une invasion terrestre massive", a ajouté le président américain, qui était interrogé sur une possible offensive militaire sur la ville de Rafah, à la frontière avec l'Egypte.

Le président Joe Biden donne une conférence de presse au palais présidentiel ce 13 juillet à Helsinki.

Le président Joe Biden donne une conférence de presse au palais présidentiel ce 13 juillet à Helsinki.

© AP Photo/Susan Walsh
17h11
vie des otages

Le Hamas affirme que les otages à Gaza "luttent pour leur survie"

Les otages dans la bande de Gaza "luttent pour leur survie" car ils sont exposés aux mêmes "souffrances" que la population dans ce territoire palestinien bombardé, a déclaré vendredi la branche armée du Hamas.

"Les prisonniers ennemis blessés et malades vivent une situation très difficile et luttent pour leur survie, et cela n'est pas surprenant car tout ce dont souffre notre peuple - que ce soit la faim, la soif, ou le manque de médicament - ils en souffrent aussi", a déclaré Abou Obeida, le porte-parole des brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas.

"Nous nous efforçons toujours de garder (en lieu sûr) les prisonniers ennemis par tous les moyens possibles et nous avons déjà alerté des dizaines de fois sur les risques auxquels ils sont exposés (...) mais le temps presse", a-t-il ajouté.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
15h40
frontière libanaise

Le Hezbollah fera payer à Israël "par le sang" le prix des civils tués au Liban

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a juré qu'il ferait payer à Israël "par le sang" le prix des civils tués au Liban cette semaine, assurant que les missiles de précision de son parti pouvaient atteindre l'extrémité sud du pays ennemi.

"Nos femmes et nos enfants qui ont été tués (...), l'ennemi paiera le prix de leur sang versé", a déclaré le chef du mouvement islamiste libanais dans une allocution télévisée.

Ses propos sont intervenus après des frappes israéliennes meurtrières contre le sud du Liban mercredi, qui ont fait au moins 15 morts, dix civils et cinq combattants du Hezbollah. Ces frappes avaient été menées en représailles à un tir de roquette non revendiqué depuis le Liban sur une base militaire du nord d'Israël, qui a tué une soldate.

Des enquêteurs se tiennent dans l’immeuble touché par la frappe

Des enquêteurs se tiennent dans l’immeuble touché par la frappe dans la banlieue sud de Beyrouth, mercredi 3 janvier. AP/ Hussein Malla.

14h50
réfugiés palestiniens

L'Egypte construit une zone sécurisée fermée au Sinaï pour les déplacés

L’Égypte construit un camp fermé et sécurisé dans le Sinaï pour accueillir les Palestiniens de Gaza fuyant la guerre, en cas d'offensive israélienne sur Rafah, selon un média américain et une ONG égyptienne.

Le Wall Street Journal affirme, citant des responsables égyptiens et des experts en sécurité, qu'"un enclos fermé de 13 km2" est construit à la frontière avec le territoire palestinien dévasté par plus de quatre mois de guerre entre Israël et le Hamas.

Ce campement fait ainsi partie des "plans d'urgence" pour l'accueil de ces réfugiés, après l'annonce du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d'une prochaine offensive militaire sur Rafah, et pourrait abriter "plus de 100 000 personnes", selon le quotidien américain,

Depuis le début de la guerre, Le Caire met en garde contre tout "déplacement forcé" de la population palestinienne vers le Sinaï, alors que 1,4 million de personnes, la plupart ayant fui les combats, s'entassent dans cette ville adossée à la frontière fermée avec l’Égypte.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
14h19
"violence aveugle"

La justice française reconnaît une "violence aveugle" à Gaza, justifiant l'asile

L'institution judiciaire française chargée d'examiner les recours des personnes déboutées du droit d'asile a annoncé qu'elle considérait que la bande de Gaza connaissait "une situation de violence aveugle d’intensité exceptionnelle", ouvrant la voie à une protection des Palestiniens de cette région.

Par une décision du 12 février, la Cour nationale du droit d'asile (CNDA) a accordé l’asile à un ressortissant originaire de Khan Younès, en estimant qu’il courrait, en cas de retour sur place, et "du seul fait de sa présence en tant que civil", un "risque réel de subir une menace grave contre sa vie ou sa personne", a indiqué la Cour dans un communiqué.

La CNDA voit là "la conséquence d'une situation de violence, résultant du conflit armé entre les forces du Hamas et les forces armées israéliennes susceptible de s’étendre indistinctement aux civils ainsi que de la situation humanitaire".

  • Voir aussi : Risque de génocide à Gaza : que dit le droit international ?
11h35
CONFLIT

7 octobre : l'armée israélienne dit avoir arrêté à Gaza plus de 20 suspects des attaques

L'armée israélienne a affirmé vendredi avoir arrêté "plus de 20 terroristes qui ont participé" aux attaques du Hamas en Israël le 7 octobre, parmi des "dizaines de suspects" interpellés à l'hôpital Nasser de Khan Younès, dans la bande de Gaza.

"Les troupes (israéliennes) ont trouvé des armes à l'intérieur de l'hôpital et appréhendé des dizaines de suspects de terrorisme, dont plus de 20 terroristes qui ont participé aux massacres du 7 octobre" en Israël, a indiqué l'armée israélienne dans un communiqué. Elle ajoute poursuivre son opération dans cet hôpital utilisé selon elle ces dernières semaines par les combattants du Hamas pour tirer sur les forces israéliennes.
 

Tweet URL
8h21
CINEMA

Hiam Abbass, actrice palestinienne donne vie à l'histoire de sa famille dans "Bye bye Tibériade"

Pour la première fois, l'actrice palestinienne Hiam Abbass s'est sentie mal à l'aise devant la caméra. Car on ne lui demandait pas de jouer un rôle mais de se raconter et raconter l'histoire de sa famille, déchirée par l'exil de 1948.


Exit le bling-bling hollywoodien pour l'actrice de 63 ans que le public a notamment pu voir dans la série américaine à succès "Succession". La voici à l'affiche d'un documentaire intimiste, "Bye bye Tibériade", réalisé par sa fille, Lina Soualem, en salles en France mercredi 14 février 2024.
"Lorsque nous avons commencé à filmer, je me suis dis: oh là là, qu'est ce que je vais dire et surtout qu'est ce que je ne vais pas dire ?", confie-t-elle. Le documentaire, qui prend comme point de départ la Nakba, la "catastrophe" qu'a constituée pour les Palestiniens la création d'Israël en 1948.

Hiam Abbass

Hiam Abbass arrive à la 28e cérémonie annuelle des Screen Actors Guild Awards au Barker Hangar le dimanche 27 février 2022, à Santa Monica, en Californie.

7h33
DIPLOMATIE

La communauté internationale tente de dissuader Israël de lancer une attaque sur Rafah

La communauté internationale, États-Unis en tête, redouble aujourd'hui ses appels pour dissuader Israël de lancer une offensive à grande échelle à Rafah, où près d'un million et de demi de Palestiniens sont piégés à la frontière avec l'Egypte.


Après quatre mois de guerre entre Israël et le Hamas, les violences se concentrent sur le sud de la bande de Gaza assiégée et dévastée, entre la ville de Khan Younès, où l'armée israélienne a annoncé jeudi mener une "opération ciblée" dans l'hôpital Nasser qui abrite des milliers de déplacés, et celle de Rafah.


Le président américain Joe Biden a réitéré au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, lors d'un appel téléphonique, son opposition à une opération militaire à Rafah "sans un plan crédible et réalisable assurant la sécurité des civils à Rafah", selon la Maison Blanche.
 

Qui anime ce direct ?

avec AFP