Direct fini le 13 décembre 2023 à 15h20
Direct démarré le 13 décembre 2023 à 7H00

DIRECT : les pays du monde entier approuvent un appel historique à une "transition" hors des énergies fossiles

Les pays du monde entier ont approuvé mercredi par consensus à la COP28 à Dubaï une décision appelant à une "transition" vers l'abandon des énergies fossiles. Dès l'ouverture de la séance plénière de clôture, les délégués ont adopté la décision préparée par les Émirats arabes unis, déclenchant une ovation debout et de longs applauddissements. Les horaires sont affichés en temps universel.

Partager
Image
cop28

Le président de la COP28, Sultan al-Jaber, au centre, applaudit après avoir adopté le bilan mondial lors du Sommet des Nations Unies sur le climat de la COP28, le mercredi 13 décembre 2023, à Dubaï, aux Émirats arabes unis. @Photo AP/Kamran Jebreili.

10
nouvelle(s) publication(s)
14h01
réaction

Von der Leyen salue un accord marquant "le début de l'ère post-fossiles"

L'accord "historique" conclu à la COP28 pour le climat à Dubaï "marque le début de l'ère post-fossiles", a déclaré la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen.

"Le monde a entériné les objectifs de l'UE pour 2030: un triplement des énergies renouvelables et un doublement de l'efficacité énergétique", a-t-elle ajouté dans un message sur X (ex-Twitter), saluant dans une déclaration distincte "une puissante démonstration de la valeur du multilatéralisme pour relever les plus grands défis de notre planète".

Ursula Von der Leyen

La présidente de la Commission européeenne Ursula von der Leyen lors d'une  conférence de presse en Macédoine du Nord le 30 octobre 2023.

AP Photo/Boris Grdanoski
10H51
Déclaration de Laurent Fabius

Laurent Fabius, président français de la COP21, salue un "accord majeur à renforcer rapidement"

Laurent Fabius, président français de la COP21 qui donna naissance à l'accord de Paris, a affirmé à l'AFP que celui adopté à la COP28 de Dubaï sur le climat constituait un "accord majeur" mais "à renforcer rapidement".

L'actuel président du Conseil Constitutionnel avait fait adopter en 2015 le très salué accord de Paris, qui s'était fixé comme objectif le plus ambitieux de contenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5°C, par rapport à l'ère pré-industrielle.

fabius

Le président du Conseil constitutionnel français, Laurent Fabius, s'exprime à l'occasion du 65e anniversaire de la Constitution française de 1958 au Conseil constitutionnel à Paris, France, le mercredi 4 octobre 2023. @Yoan Valat, via AP.

9H50
Réaction de Paris

Emmanuel Macron salue "une étape importante"

Le président français Emmanuel Macron a salué mercredi l'accord adopté à la COP28 de Dubaï sur le climat, "une étape importante" qui "engage le monde dans une transition sans énergies fossiles", tout en appelant à "accélérer" la lutte contre le réchauffement de la planète.

Il s'est aussi félicité sur le réseau social X de la reconnaissance du "rôle-clé du nucléaire", "une première" défendue par la France, parallèlement à la nécessité d'un triplement des énergies renouvelables.

Tweet URL

 


 

9H42
Réaction chinoise

Pour la Chine, "les pays développés doivent prendre les devants" dans la transition énergétique

Les pays développés doivent "prendre les devants" dans la transition énergétique mondiale et "fournir sans délai" un renfort financier et technique pour celle des pays en développement, a déclaré la Chine en conclusion de la COP28 à Dubaï.

COP28

Sommet des Nations Unies sur le climat COP28, le mercredi 13 décembre 2023, à Dubaï, aux Émirats arabes unis. @Photo AP/Kamran Jebreili.

Les pays développés ont une responsabilité historique et incontestable dans le changement climatique : ils doivent prendre les devants pour s'engager sur la voie du 1,5°C" et pour "atteindre la neutralité carbone dès que possible.

Zhao Yingmin, vice-ministre chinois de l'Environnement
 

9H13
"Grand succès"

L'Arabie saoudite exprime sa "gratitude" après l'accord aux Emirats

Le représentant de la délégation saoudienne à la COP28 a salué mercredi "le grand succès" de la conférence sur le climat de l'ONU présidée par les Emirats arabes unis, qui s'est soldée par une décision sur les énergies fossiles ménageant les intérêts des pays exportateurs de pétrole.

"Le groupe arabe exprime sa gratitude envers les grands efforts de la présidence émiratie et de son équipe", a déclaré le Saoudien Albara Tawfiq, qui préside le groupe arabe à l'ONU Climat, en citant des acquis du texte final, comme la mention des technologies de captage et de stockage du carbone, promues par les pays pétroliers pour continuer à produire des hydrocarbures.

 

8H21
Fin des énergies fossiles ?

Le chef de l'ONU affirme que l'ère des fossiles "doit se terminer"

"L'ère des énergies fossiles doit se terminer, et elle doit se terminer avec justice et équité", a déclaré le secrétaire général de l'ONU António Guterres après l'accord de la COP28 à Dubaï, qui acte le principe d'une transition énergétique hors des combustibles fossiles.

Antonio Guterres

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, s'exprime lors d'une conférence de presse pendant le Sommet des Nations Unies sur le climat COP28, le lundi 11 décembre 2023, à Dubaï, aux Émirats arabes unis. @Photo AP/Kamran Jebreili.


"Je tiens à dire que la sortie des combustibles fossiles est inévitable, qu'ils le veuillent ou non. Espérons qu'elle n'arrive pas trop tard", a souligné le patron de l'ONU dans un communiqué en s'adressant à "ceux qui se sont opposés à une référence claire" sur cette notion d'élimination, dans le texte de la COP28. "Le monde ne peut se permettre des retards, de l'indécision ou des demi-mesures", a-t-il insisté.

8H20
Déclaration de John Kerry

La COP28 est "une raison d'être optimiste" dans un monde en conflit

L'émissaire américain pour le climat, John Kerry, a salué mercredi l'accord obtenu à la COP28 à Dubaï, y voyant "une raison d'être optimiste" dans un monde en conflit.

John Kerry

John Kerry, envoyé spécial du président américain pour le climat, s'adresse aux médias lors du Sommet des Nations Unies sur le climat COP28, le mardi 12 décembre 2023, à Dubaï, aux Émirats arabes unis. @Photo AP/Rafiq Maqbool.

Je pense que tout le monde sera content que, dans un monde secoué par la guerre en Ukraine et au Moyen-Orient et tous les autres défis d'une planète qui patauge, il y ait une raison d'être optimiste, d'avoir de la gratitude et de se féliciter tous ensemble ici.

John Kerry, émissaire américain pour le climat

7H42
Douloureuses négociations

Appel inédit pour abandonner progressivement les énergies fossiles,

Dubaï un compromis qualifié d'historique pour son appel inédit à abandonner progressivement les énergies fossiles, principales responsables du réchauffement climatique.

Le texte issu de douloureuses négociations a été adopté par consensus à Dubaï, aucune voix ne s'élevant parmi les quelque 200 nations représentées en séance plénière avant le coup de maillet entérinant son adoption.

De longs applaudissements un ovation debout ont accueilli l'adoption de ce texte qui, pour la première fois dans l'histoire des conférences sur le climat des Nations unies, mentionne toutes les énergies fossiles, largement responsables du changement climatique.

cop28

Le président de la COP28, Sultan al-Jaber, à gauche, applaudit après avoir adopté le bilan mondial lors du Sommet des Nations Unies sur le climat de la COP28, le mercredi 13 décembre 2023, à Dubaï, aux Émirats arabes unis. @Photo AP/Kamran Jebreili.

Il s'agit d'une décision "historique pour accélérer l'action climatique", a déclaré Sultan Al Jaber, président émirati de la conférence de l'ONU.

La France a salué "une victoire du multilatéralisme et de la diplomatie climatique", par la voix de sa ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, présente à Dubaï.
 

7H06
"Un pas significatif"

La COP28 pourrait marquer "le début de la fin des énergies fossiles"

La COP28 pourrait marquer "le début de la fin des énergies fossiles", a jugé mercredi le commissaire européen chargé du Climat, Wopke Hoekstra, avant d'entrer en séance plénière à Dubaï.

Pour la première fois en 30 ans, nous pourrions maintenant approcher le début de la fin des énergies fossiles. Nous faisons un pas très, très significatif" pour limiter le réchauffement à 1,5°C.

Wopke Hoekstra, commissaire européen chargé du Climat

07h07
Vers un compromis ?

Un texte qualifié d'historique

Les pays du monde entier se réunissent mercredi à Dubaï à la COP28 pour débattre et éventuellement approuver un compromis qualifié d'historique par des Européens pour son appel inédit à abandonner progressivement les énergies fossiles.

COP28

Le président de la COP28, Sultan al-Jaber, fait des gestes alors qu'il arrive pour une séance plénière au Sommet des Nations Unies sur le climat de la COP28, le mercredi 13 décembre 2023, à Dubaï, aux Émirats arabes unis. @Photo AP/Kamran Jebreili.

Le document préparé par le président émirati de la conférence, dont la publication a été attendue toute la nuit par des négociateurs privés de sommeil, propose pour la première fois dans l'histoire des conférences sur le climat des Nations unies de mentionner toutes les énergies fossiles, largement responsables du changement climatique, dans une décision à adopter par tous les pays.

Le ministre danois du Climat, Dan Jørgensen, a qualifié mercredi le texte d'"historique" juste avant de se rendre en séance plénière de la COP.

"Cela peut être un moment historique qui pour la première fois en 30 ans identifie, pointe la source du problème et appelle au changement et à s'y attaquer", a réagi le ministre irlandais de l'Environnement, Eamon Ryan.

Le texte, dont chaque mot a été négocié par les Emiratis, appelle à "transitionner hors des énergies fossiles dans les systèmes énergétiques, d'une manière juste, ordonnée et équitable, en accélérant l'action dans cette décennie cruciale, afin d'atteindre la neutralité carbone en 2050 conformément aux préconisations scientifiques". L'appel à accélérer l'action dès la décennie en cours était une exigence de l'Union européenne et de nombreux autres pays.

En choisissant le terme de "transitioning away" ("transitionner hors de", "s'éloigner", "abandonner" selon les traductions possibles en français), le texte ne parle plus de "phase-out" ("sortie") du pétrole, du gaz et du charbon, un terme devenu depuis des mois la bannière derrière laquelle se rangeaient plus d'une centaine de pays et des milliers d'ONG.

Reste à voir à quel point la nuance fera débat à la COP. Une source proche de la présidence émiratie estime que le texte a été finement "calibré" pour tenter de réconcilier des points de vues opposés, et notamment éviter un blocage de l'Arabie saoudite. Tout en laissant volontairement un peu d'ambiguïté dans les formulations pour que chacun y trouve son compte.
 

Qui anime ce direct ?

AFP