Direct débuté à 4h30 TU

DIRECT - Niger : des putschistes affirment avoir renversé Mohamed Bazoum

Des militaires putschistes, réunis autour du colonel-major Amadou Abdramane, ont annoncé dans la nuit du mercredi 26 juillet au jeudi 27 juillet, à la télévision nationale, avoir renversé le président démocratiquement élu Mohamed Bazoum. Ils ont annoncé la suspension de "toutes les institutions issues de la 7ème République." Les frontières du pays ont été fermées et un couvre-feu a été instauré. L’état-major des forces armées nigériennes a annoncé qu’il se rangeait derrière les putschistes.

 

 

Partager
Image
Amadou Abdramane

Sur cette capture d'écran d'une vidéo fournie par la télévision publique nigérienne ORTN, neuf militaires entourent le colonel-major Amadou Abdramane (assis au centre), qui annonce le renversement du régime de Mohamed Bazoum. 

21
nouvelle(s) publication(s)
18h36
ingérence ?

"Pas de preuve" d'ingérence russe selon Paris.

Des manifestants favorables aux putschistes ont brandi jeudi des drapeaux russes dans les rues de Niamey, sur fond d'influence grandissante de Moscou dans le Sahel via les mercenaires de Wagner, une source diplomatique française a affirmé que Paris n'avait "pas de preuves" d'une implication quelconque de cette organisation paramilitaire dans le coup d'État. "Mais la Russie a un bon historique d'utilisation opportuniste de ce genre de situation", a-t-elle ajouté.

La France, qui a mis fin à l'opération antiterroriste Barkhane et s'est retirée du Mali sous la pression de la junte de Bamako, a actuellement 1.500 militaires déployés au Niger.

18h36
"sortie de crise urgente"

Paris "condamne fermement le coup de force" au Niger et demande la libération de Bazoum.

Paris "condamne fermement le coup de force contre les autorités civiles et démocratiques" du Niger et appelle à la "libération du président Mohamed Bazoum et de sa famille" séquestrés par les putschistes, a déclaré jeudi le ministère français des Affaires étrangères.

"Nous appelons au respect et à la restauration immédiate de l'intégrité des institutions démocratiques du Niger", poursuit le Quai d'Orsay. "Nous apportons notre soutien aux efforts régionaux en vue d'une sortie de crise urgente qui respecte le cadre démocratique nigérien et permette le rétablissement immédiat de l'autorité civile", ajoute le ministère.

18H05
Le niger et ses mines

Le groupe minier français Orano suit la situation "heure par heure".

Le groupe français minier Orano suit "heure par heure" la situation de ses mines au Niger au lendemain d'un coup d'État militaire, a indiqué jeudi l'entreprise à l'AFP. L'entreprise assure que ses activités "se poursuivent" sans difficulté.

"Depuis hier (mercredi), on est toujours en lien avec les autorités locales sur place pour suivre l'évolution de la situation (...) On regarde la situation au jour le jour et heure par heure", a expliqué une porte-parole de l'entreprise à l'AFP.

La sécurité des sites d'Orano au Niger, "assurée habituellement par les forces de sécurité intérieures (gendarmerie, police et armée), n'a pas fait l'objet de renfort supplémentaire", a affirmé le groupe après des vérifications auprès des équipes concernées.

Le sujet d'une éventuelle évacuation "ne s'est pas posé pour le moment" pour ces salariés expatriés, qui "sont toujours sur place", a ajouté la direction.
 

Que représente Orano au Niger ? 

Orano (ex-Areva), spécialisée dans le cycle du combustible nucléaire, exploite depuis 50 ans deux mines d'uranium dans le nord du Niger. Orano mène en outre des études en vue d'exploiter le site d'Imouraren, l'un des plus grands gisements d'uranium au monde, également dans le nord du Niger, dont les réserves ont été estimées à environ 200.000 tonnes.

Orano emploie 900 salariés au Niger, essentiellement des personnels locaux, répartis entre Niamey et Arlit. Ces deux sites accueillent "une petite dizaine d'expatriés et de missionnaires en permanence".

D'un côté, la Somaïr (Société des mines de l'Aïr) et de l'autre la Compagnie des mines d'Akokan (Cominak). Même si cette dernière a fermé en 2021, elle fait l'objet d'un vaste projet de réaménagement.

En vertu d'un accord entre le groupe et le gouvernement nigérien en mai, la Somaïr va poursuivre ses activités jusqu'en 2040.
17h06
crise humanitaire

L'ONU annonce la suspension des opérations humanitaires au Niger en raison du putsch.

Les opérations humanitaires de l'ONU au Niger "sont suspendues" en raison du coup d'État, a annoncé jeudi le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric.

Pourtant, le pays fait déjà face à une situation humanitaire "complexe". Selon le Bureau des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), le nombre de personnes ayant besoin d'une assistance humanitaire au Niger est passé de 1,9 million en 2017 à 4,3 millions en 2023.

Toujours selon l'ONU, le nombre de personnes victimes d'insécurité alimentaire sévère devrait atteindre 3 millions lors de la saison de soudure (juin à août) avant la prochaine récolte.

16h58

Manifestation des supporters des putschistes à Niamey.

Une manifestation a été organisée à Niamey jeudi 27 juillet en soutien aux putschistes qui ont initié le coup d'État militaire au Niger. D'après les journalistes d'agence de presse présents sur place, certains manifestants ont brandi des pancartes où l'on pouvait notamment lire des slogans pro russes. 

NIGER manifestations niamey 27072023

Des partisans de soldats mutins manifestent à Niamey, au Niger, le jeudi 27 juillet 2023. Sur certaines pancartes on peut lire : « Le peuple nigérien exige sans condition le départ de toutes les troupes étrangères basées au Niger » et « Vive la coopération Russie-Niger ».

AP
16h38

Suspension des opérations humanitaires de l'ONU dans tout le pays.

Les opérations humanitaires de l'ONU "suspendues" dans le pays annonce un porte-parole des Nations-Unies. 
 

14H30
Niamey

Manifestation devant le siège du parti au pouvoir

Des manifestants se sont rendus au siège du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS, au pouvoir), où ils ont mis le feu à des voitures aux alentours. C'est ce qu'a constaté notre correspondante à Niamey.

Tweet URL
13H30

Les putschistes accusent la France d'être "passée outre" la fermeture des frontières

Les militaires putschistes qui ont pris le pouvoir au Niger, accusent la France d'être "passée outre" leur décision de fermer les frontières en faisant atterrir à Niamey un avion militaire.

En raison à la décision annoncée mercredi soir "relative à la fermeture des frontières aériennes et terrestres, il a été constaté que le partenaire français est passé outre pour faire atterrir un avion militaire de type A400 M à l'aéroport international de Niamey ce matin (jeudi) à 06H30" (05H30 GMT), affirme les putschistes dans un communiqué, en appelant "une fois pour toute au respect strict des dispositions" prises par la junte.

Tweet URL

 

12H30

Des centaines de personnes manifestent leur soutien aux putschistes

Selon notre correspondante au Niger Anne-Fleur Lespiaut plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant l'Assemblée nationale. Certains brandissaient des slogans anti-français et pro russes. Ils demandent le départ des troupes françaises.

Tweet URL
11H15

L'état major des armées soutient les putschistes

Dans un communiqué publié ce 27 juillet 2023, le commandement militaire des Force armées nigériennes (FAN) a « décidé de souscrire à la déclaration des Forces de défense et de sécurité » putschistes afin de « préserver l’intégrité physique du Président de la République et de sa famille, d’éviter une confrontation meurtrière entre les différentes Forces qui, au-delà de ces dernières, pourrait provoquer un bain de sang ». Le communiqué est signé par le général de division Abdou Sidikou Issa.

Tweet URL
10h22

Le chef d'état-major de l'armée se rallie aux putschistes.

Le chef d'état-major des armées annonce "souscrire à la déclaration" des putschistes.

09H30

Une histoire jalonnée de coups d’État

L'histoire du Niger est jalonnée de coups d’État. Depuis l'indépendance de cette ex-colonie française en 1960, il y en a eu quatre, le premier en avril 1974 contre le président Diori Hamani, le dernier en février 2010 qui a renversé le président Mamadou Tandja. Sans compter les tentatives de putsch, nombreuses.

En avril 2022, Ousmane Cissé, ancien ministre nigérien de l'Intérieur d'un régime de transition militaire (2010-2011), avait été écroué pour son implication présumée dans un putsch raté en 2021.

En février, il a été relaxé faute de preuves, mais cinq des militaires présentés comme les principaux meneurs de la tentative de putsch de 2021, ont été condamnés à 20 ans de prison.

06h26

Le président, Mohamed Bazoum, s'est exprimé sur les réseaux sociaux.

Séquestré depuis hier par les militaires putschistes, le président du Niger, Mohamed Bazoum, s'est exprimé sur son compte Twitter. 

Dans un bref message, il assuré que "les acquis obtenus de haute lutte seront sauvegardés."

Tweet URL
06h07

"Nous sommes les autorités légitimes et légales", affirme Le chef de la diplomatie nigérienne.

Le chef de la diplomatie et chef du gouvernement nigérien par intérim, Hassoumi Massoudou, a rejeté jeudi le coup d’État au Niger. Dans un entretien à France 24, il affirme que son gouvernement représente "les autorités légitimes et légales."

"Le pouvoir légal et légitime est celui exercé par le président élu du Niger Mohamed Bazoum", a-t-il martelé. Il ajouté que Mohamed Bazoum était "en bonne santé".

Sur son compte Twitter, il en appelle "à tous les démocrates, à tous les patriotes, pour mettre en échec cette aventure porteuse de tous les périls pour notre pays."

Tweet URL
06h01

Patrice Talon doit se rendre au Niger aujourd'hui pour servir de médiateur.

Selon des informations de RFI, le président béninois, Patrice Talon, devrait se rendre aujourd'hui au Niger pour servir de médiateur. 

Hier, le président nigérian, Bola Tinubu, qui dirige actuellement le bloc régional ouest-africain de la Cédéao, a affirmé qu'il "va là-bas maintenant". Les deux hommes venaient de se rencontrer à Abuja. 

"La situation est suffisamment préoccupante pour que la Cédéao et le président Tinubu, le président du Nigeria, voisin du Niger, avec le Bénin, voisin du Niger également, nous prenions la chose au sérieux et agissions rapidement, a déclaré Patrice Talon après sa rencontre avec Bola Tinubu. avant son départ. La situation est suffisamment préoccupante pour que la Cédéao et le président Tinubu, le président du Nigeria, voisin du Niger, avec le Bénin, voisin du Niger également, nous prenions la chose au sérieux et agissions rapidement."

"Je crois que tous les moyens seront utilisés, au besoin pour que l'ordre constitutionnel soit rétabli au Niger, mais l'idéal serait que tout se passe dans la paix et dans la concorde donc les actions de médiations seront renforcées ce soir même pour que cette situation s'arrange dans la paix, a-t-il ajouté. Même quand ce qui n'est pas acceptable se fait, il faut que dans la paix on puisse corriger cela. C'est notre première option. Nous pensons que ce sera avec succès."

13.515185353053, 2.1125961

Qui anime ce direct ?

Les faits

Le Niger, pays partenaire privilégié de la France dans le Sahel en proie à la violence djihadiste dans plusieurs parties de son territoire, est dirigé par le président démocratiquement élu Mohamed Bazoum, au pouvoir depuis avril 2021. L'histoire de ce pays vaste, pauvre et désertique est jalonnée de coups d'État.

Depuis l'indépendance de cette ex-colonie française en 1960, il y en a eu quatre. Le premier en avril 1974 contre le président Diori Hamani, le dernier en février 2010 qui a renversé le président Mamadou Tandja.