Live démarré le 27 janvier 2023 à 10h00 TU

DIRECT - Plusieurs civils ukrainiens tués au cours d'attaques russes

La guerre entre la Russie et l'Ukraine fait de nombreuses victimes parmi les civils. Ce samedi, les autorités locales ukrainiennes ont rapporté la mort de plusieurs personnes tuées lors d'attaques russes. Selon les Nations unies, au moins 10.000 civils ont été tués en Ukraine depuis le début de la guerre.

Partager
Image
frappes russes à sloviansk

Un civil ukrainien examine les restes d'un bâtiment industriel détruit dans une attaque nocturne à la roquette russe à Sloviansk, en Ukraine, samedi 27 janvier 2024. 

AP/Efrem Lukatsky
6
nouvelle(s) publication(s)
18h34
questions

Kiev met en doute la version russe du crash d'un avion militaire.

Le chef du renseignement militaire ukrainien (GUR) Kirill Boudanov s'est interrogé samedi sur l'absence d'images des corps des soldats ukrainiens tués lors du récent crash d'un avion militaire, que Moscou impute à Kiev. "Il y a un certain nombre d'éléments qui ne sont pas clairs", a déclaré Kirill Boudanov lors d'une interview à la télévision d'État ukrainienne.

"Tout d'abord, ils n'ont pas montré de champs couverts de cadavres et de restes", a-t-il détaillé. "Si cela s'est passé comme le prétend la Russie, pourquoi la Russie continue-t-elle à cacher les corps?", a-t-il interrogé. "Il n'y a pas de cadavres. Il n'y a rien", a commenté M. Boudanov.

La Russie accuse l'Ukraine d'avoir abattu mercredi un avion de transport militaire dans une région russe frontalière, tuant selon Moscou 65 prisonniers de guerre ukrainiens qui allaient être échangés ce jour-là. Si l'Ukraine n'a ni confirmé ni infirmé son implication, elle a exprimé des doutes sur la présence de prisonniers ukrainiens à bord.

16h45
10.000 civils tués

Deux Ukrainiens abattus dans un raid sur leur village.

Deux civils ukrainiens ont été abattus dans leur village, frontalier de la Russie, lors d'une incursion d'un groupe de soldats russes, ont annoncé les autorités locales.
L'attaque s'est produite dans la région de Sumy, à l'intérieur d'une zone de cinq kilomètres bordant la frontière avec la Russie, que Kiev avait demandé aux habitants d'évacuer.

"Ce matin, un groupe ennemi de reconnaissance et de sabotage a brutalement et cyniquement tué par balles un de nos frères et une de nos sœurs", a déclaré l'administration régionale dans un communiqué. Cela s'est passé dans le village d'Andriivka, à 4 km de la frontière avec la région russe de Koursk, a-t-elle précisé.
Dans une déclaration séparée, le procureur général de l'Ukraine a indiqué que les victimes étaient un homme de 54 ans et une femme de 68 ans tués alors qu'ils circulaient à bord d'une voiture. Il a diffusé une photo de ce qu'il a présenté comme étant leur véhicule, montrant des vitres avant et arrière explosées.

Bien que peu fréquentes, ce genre d'attaque a lieu de temps à autre depuis le début de la guerre. Les autorités ukrainiennes ont renouvelé samedi leur appel aux habitants de ces zones à quitter leur village. "Les terroristes russes continuent à tuer des civils. En quittant ces zones dangereuses, vous sauverez votre vie", a déclaré le gouverneur de la région de Sumy, Volodymyr Artyukh.

Par ailleurs, trois autres civils ont été tués dans des attaques russes dans l'est et le sud du pays, ont indiqué samedi les autorités locales. Une personne a été tuée par un explosif lancé par un drone à Beryslav, sur le Dniepr, dans la région de Kherson (sud), et deux par une attaque d'artillerie dans la région de Donetsk (est).

Le gouverneur de Donetsk, Vadim Filachkine, a par ailleurs déclaré samedi que les corps de cinq personnes tuées lors d'un bombardement russe sur le village de New York il y a deux semaines avaient été retirés des décombres.

Moscou n'a pas fait de commentaire, mais nie depuis le début de la guerre s'en prendre aux civils, en dépit des nombreuses preuves du contraire. Selon les Nations unies, au moins 10.000 civils ont été tués en Ukraine depuis le début de la guerre.

13h46
"agression de la russie"

Rencontre entre Joe Biden et Olaf Sholz à Washington le 9 février.

Le président américain Joe Biden va recevoir le chancelier allemand Olaf Scholz à Washington le 9 février pour échanger notamment autour de l'Ukraine, a annoncé samedi la Maison Blanche. Les deux dirigeants "vont réaffirmer leur solide soutien envers la défense par l'Ukraine de ses terres et de son peuple face à la guerre d'agression de la Russie", relève le communiqué de l'exécutif américain.

L'annonce de cette rencontre intervient alors que Joe Biden et les républicains du Congrès négocient pied à pied un texte qui doit financer à nouveau de l'aide militaire pour Kiev et, parallèlement, durcir la politique migratoire des États-Unis.

Côté allemand, le chancelier refuse pour l'instant d'envoyer à l'Ukraine des missiles à longue portée que Kiev demande pour faire face aux Russes. L'Allemagne, a cependant déclaré mercredi Olaf Scholz, fait "beaucoup plus" que les autres pays européens.

13h29
négocier

Le nouveau parti allemand de gauche radicale appelle Kiev à négocier avec Moscou.

Sahra Wagenknecht, coprésidente du nouveau parti populiste de gauche radicale allemand, a appelé samedi à négocier avec Moscou pour terminer la guerre en Ukraine, lors du premier congrès de cette nouvelle formation qui porte son nom.

Elle a également plaidé pour que l'Allemagne cesse ses livraisons d'armes à Kiev, devant les quelque 450 membres fondateurs de ce parti, réunis au Kosmos, ancien cinéma de RDA, situé dans l'avenue Karl Marx à Berlin. "Nous livrons des armes à l'Ukraine pour une victoire à laquelle hélas même les généraux ukrainiens ne croient plus (...) cette guerre doit être terminée et très rapidement par le biais de négociations", a-t-elle lancé sous les applaudissements.

Quand on prône la paix, on est estampillé d'extrême droite, quand on défend les fermes et les paysans, on est d'extrême droite, (...) quand on appelle à la limitation de l'immigration et qu'on s'inquiète des sociétés islamistes parallèles, on est d'extrême droite.

Sahra Wagenknecht 

Ce que l’on sait du tout nouveau parti allemand de gauche radicale 

Ce parti, dont le nom complet est "Alliance Sahra Wagenknecht (BWS) - pour la raison et la justice" a été lancé le 8 janvier dernier autour de cette personnalité charismatique. 

Âgée de 54 ans, Sahra Wagenknecht  est née à Iena dans ce qui était encore l'Allemagne communiste. Restée communiste après la chute du mur de Berlin, Sahra Wagenknecht partage avec beaucoup d'Allemands de l'est leur méfiance vis-à-vis de l'occident et reproche à l'Ukraine et non à la Russie de provoquer une guerre pour sa survie.

C'est principalement dans l'ex-RDA que Sahra Wagenknecht est populaire. Dans son discours samedi elle s'est clairement adressée aux électeurs qui pourraient être sensibles à certaines idées défendues par l'AfD, particulièrement plébiscité à l'est.

Elle a quitté en octobre dernier avec neuf autres collègues le parti de la Gauche radicale (Die Linke), scellant la scission de cette formation héritière du parti communiste de l'Allemagne de l'est. 

Deux opportunités électorales s'offrent au nouveau parti cette année: le scrutin européen du 9 juin prochain et ceux de trois régions de l'est en septembre. Dans les deux cas est attendue une percée du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD).
12h45

Deux Ukrainiens abattus dans un raid sur leur village

Deux civils ukrainiens ont été abattus dans leur village, frontalier de la Russie, lors d'une incursion d'un groupe de soldats russes, ont annoncé les autorités locales.

L'attaque s'est produite dans la région de Sumy, à l'intérieur d'une zone de cinq kilomètres bordant la frontière avec la Russie, que Kiev avait demandé aux habitants d'évacuer.

"Ce matin, un groupe ennemi de reconnaissance et de sabotage a brutalement et cyniquement tué par balles un de nos frères et une de nos soeurs", a déclaré l'administration régionale dans un communiqué.

Cela s'est passé dans le village d'Andriivka, à 4 km de la frontière avec la région russe de Koursk, a-t-elle précisé. Bien que peu fréquentes, ce genre d'attaque a lieu de temps à autre depuis le début de la guerre.

Les autorités ukrainiennes ont renouvelé, ce matin, leur appel aux habitants de ces zones à quitter leur village. "Les terroristes russes continuent à tuer des civils. En quittant ces zones dangereuses, vous sauverez votre vie", a déclaré le gouverneur de la région de Sumy, Volodymyr Artyukh.

Par ailleurs, trois autres civils ont été tués dans des attaques russes dans l'est et le sud du pays, ont indiqué samedi les autorités locales. 

10h25

Poutine promeut une nouvelle "élite" devant des étudiants russes

Le président russe Vladimir Poutine a estimé que les vétérans de l'offensive contre l'Ukraine allaient former la nouvelle "élite" du pays, les opposant aux stars dénudées du show-business qui ont récemment fait scandale à Moscou.

"Ce sont les gens dont nous allons devoir faire à l'avenir l'élite du pays", a dit Vladimir Poutine après avoir rencontré à Saint-Pétersbourg des étudiants russes engagés dans l'armée pour l'opération en Ukraine.

"Pas ceux qui, pardonnez-moi, exposent leurs organes génitaux ou montrent leur derrière", a-t-il ajouté, selon les images d'une réunion gouvernementale à la télévision russe.

Il faisait allusion à diverses célébrités ayant participé à une soirée privée à thème "presque nus", dont des images passées sur les réseaux sociaux avaient fait scandale au début du mois à Moscou, au moment où le pouvoir russe s'efforce de promouvoir les valeurs de la "famille traditionnelle" et une vision de plus en plus conservatrice de la société, face à un Occident considéré comme décadent.

Qui anime ce direct ?

avec agences