Direct débuté à 05h30 TU.

DIRECT - Selon Kiev, l'armée russe va poursuivre son offensive au-delà d'Avdiïvka

Les troupes russes lancent de multiples attaques dans l'est de l'Ukraine en essayant d'avancer au-delà d'Avdiïvka, ville symbole de la résistance ukrainienne dans le Donbass depuis dix ans. Après le retrait ukrainien, Moscou a revendiqué, hier, la prise totale d'Avdiïvka.  

Les horaires sont affichés en temps universel (TU).

Partager
Image
soldat ukrainien Avdiïvka

Un soldat ukrianien porte un drone non loin de la ligne de front près d'Avdiïvka, dans la région de Donetsk. Ukraine, 17 février 2023. 

AP/LIBKOS
10
nouvelle(s) publication(s)
20h22
attaques multiples

La Russie poursuit son offensive après la prise d'Avdiïvka.

Les militaires ukrainiens ont "repoussé" dimanche 14 attaques près de Lastotchkyné, petit village situé à moins de deux kilomètres des quartiers nord d'Avdiïvka, et 23 autres dans la zone de Mariïnka, plus au sud, a indiqué sur Telegram le général Oleksandre Tarnavsky, commandant du secteur.

18h49
crimes

L'Ukraine enquête sur l'exécution présumée de huit prisonniers de guerre.

Le parquet ukrainien a ouvert des enquêtes sur l'exécution présumée par des militaires russes de huit prisonniers de guerre dans l'est de l'Ukraine, notamment près d'Avdiïvka, au lendemain du retrait des forces de Kiev de cette ville. "L'exécution par balle de prisonniers de guerre ukrainiens à Avdiïvka et à Vesselé : des investigations ont commencé", a déclaré sur Telegram le bureau du procureur général d'Ukraine.

Plus tôt dans la journée, la chaîne Telegram DeepState, proche de l'armée ukrainienne, a affirmé que l'armée russe avait exécuté par balle six militaires ukrainiens, dont quatre blessés, encerclés sur une position au sud d'Avdiïvka, sans doute jeudi, avant le retrait ukrainien complet de cette cité industrielle.
"Les forces armées vérifient les circonstances de la mort d'un groupe de militaires ukrainiens capturés au moment où ils quittaient la position de Zenit à la périphérie sud d'Avdiïvka", a dit dimanche soir à la télévision Dmytro Lykhoviy, le porte-parole militaire ukrainien de cette zone.

13h52
kiev accuse

L'Ukraine accuse la Russie d'avoir exécuté deux prisonniers de guerre ukrainiens.

L'armée ukrainienne assure que la Russie a exécuté par balles deux prisonniers de guerre ukrainiens dans l'est du pays. "Les Russes ont une nouvelle fois montré leur attitude envers le droit humanitaire international en exécutant par balles deux prisonniers de guerre ukrainiens", ont déclaré dimanche matin déclaré sur Telegram les forces terrestres du pays.

12h42
Conférence sur la sécurité

La Chine assure ne pas vendre "d'armes létales" à la Russie.

Lors d'une rencontre à Munich, en marge de la Conférence sur la sécurité, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a assuré à son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba, que la Chine "ne vend pas d'armes létales" à la Russie.

Tweet URL

La Chine "continue de pousser pour des pourparlers de paix et ne jette pas d'huile sur le feu", a indiqué le ministre. Pékin "ne profite pas (de la situation) pour engranger des bénéfices et ne vend pas d'armes létales aux zones de conflit ou aux parties au conflit", a-t-il souligné, selon un communiqué publié par la diplomatie chinoise.

Malgré le conflit, la Chine reste une partenaire commerciale et diplomatique très importante de la Russie. Les deux pays partagent l'ambition commune de faire contrepoids à l'influence occidentale sur la scène internationale. La Chine a été critiquée par les Occidentaux sur le dossier ukrainien. Car si elle appelle au respect de l'intégrité territoriale de tous les pays, elle n'a jamais condamné publiquement la Russie.

Pékin cherche en outre à se positionner comme une partie neutre dans la guerre. "Quelle que soit l'évolution de la situation internationale, la Chine espère que les relations Chine-Ukraine se développeront normalement et continueront à profiter aux deux peuples, a fait savoir Wang Yi à son interlocuteur. Nous continuerons à jouer un rôle constructif afin de mettre fin à la guerre et de rétablir la paix au plus vite. Même s'il ne subsiste qu'une lueur d'espoir pour la paix, la Chine n'abandonnera pas ses efforts."

09h08
Interview

L'Ukraine, "une question de vie ou de mort" pour la Russie, selon Vladimir Poutine.

Au cours d'une interview avec le journaliste, Pavel Zaroubine, le président russe, Vladimir Poutine, a estimé que son invasion en Ukraine revêtait une importance vitale pour la Russie. "Pour (l'Occident), il s'agit d'une amélioration de leur position tactique. Mais pour nous, c'est notre destin, c'est une question de vie ou de mort", a-t-il affirmé. 

Il a ajouté qu'il était "important" pour les Russes comme les étrangers "de comprendre notre état d'esprit, de comprendre à quel point ce qui se passe autour de l'Ukraine est sensible et important pour notre pays". 

08h44
Bilan quotidien

Un nouvel avion russe abattu, selon l'armée ukrainienne.

Dans son point quotidien, l'armée ukrainienne a rapporté qu'un nouvel avion de chasse russe SU-34 a été abattu. Les forces armées ukrainiennes affirment également avoir intercepté 12 drones Shahed et un missile X-59. 

Tweet URL
05h56
Dialogue présidentiel

Joe Biden "confiant" dans le soutien américain à Kiev.

"J'ai parlé à Zelensky cet après-midi pour qu'il sache que j'étais confiant dans le fait que nous allons avoir cet argent", a déclaré, hier, le président américain, Joe Biden à des journalistes. Le président ukrainien a lancé, à Munich, un appel pressant aux Occidentaux pour qu'ils lui livrent plus d'armes.

Tweet URL

Le Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche a estimé que le retrait ukrainien et la chute de la ville d'Avdiïvka étaient la preuve du "coût de l'inaction" du Congrès américain. "Je vais me battre pour qu'ils (les Ukrainiens) aient les munitions dont ils ont besoin", a assuré le président démocrate. Il a qualifié la poursuite du blocage de l'aide militaire par le Congrès d'"absurde" et de "non éthique".

Sans reprise de l'assistance militaire américaine, le dirigeant a évoqué ses craintes qu'une autre ville ukrainienne tombe entre les mains des forces armées russes. 

La porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Adrienne Watson, a sommé les parlementaires américains d'approuver "sans délai" cette assistance de 60 milliards de dollars. Kiev espère depuis des mois le vote de cette aide cruciale décidée par l'administration de Joe Biden, en campagne pour un deuxième mandat, mais entravée par l'opposition républicaine au Congrès, sous influence de Donald Trump.

05h45
Donbass

Au moins deux morts à Kramatorsk suite à une frappe russe.

Un bombardement russe a touché, hier, des maisons à Kramatorsk (est). Au moins deux personnes sont mortes. Les sauveteurs recherchent une troisième personne qui serait encore sous les gravats, selon le gouverneur régional, Vadym Filachkine.

"Les secouristes ont retiré des décombres le corps d'une femme née en 1977" ainsi que celui d'un homme de 23 ans, a-t-il précisé, après avoir dans un premier temps évoqué la "probable" présence sous les décombres d'une famille de quatre personnes.

Tweet URL

Dernière grande ville du Donbass sous contrôle ukrainien, Kramatorsk est située à environ 20 kilomètres de la ligne de front.

05h35
Soutien

Les trois quarts des Français pour la poursuite de l'aide à Kiev, selon un sondage Ipsos.

Une majorité de Français souhaitent maintenir ou augmenter l'aide de Paris à l'Ukraine, selon un sondage Ipsos pour l'hebdomadaire La Tribune Dimanche publié samedi soir. L'enquête d'opinion a été réalisée du 13 au 15 février auprès d'un échantillon représentatif de 1.000 personnes, âgées de 18 ans et plus, résidentes de France métropolitaine.

Pour près des trois quarts des personnes interrogées en France, la livraison à Kiev de matériel humanitaire (médicaments, nourriture...) doit être maintenue (44% des sondés) ou augmentée (32%). La livraison d'armes françaises à l'Ukraine devrait quant à elle se poursuivre (41%) ou augmenter (21%), contre 38% d'avis défavorables. Les partisans de l'aide militaire française sont toutefois en recul de 10 points de pourcentage par rapport à juin 2023.

Des soldats ukrainiens tirent un obusier automoteur français CAESAR en direction des positions russes près d'Avdiivka, dans la région de Donetsk, en Ukraine, lundi 26 décembre 2022.

Des soldats ukrainiens tirent au canon français Caesar en direction des positions russes près d'Avdiïvka, le 26 décembre 2022.

Libkos (AP)

Par ailleurs, l'opinion publique approuve en majorité (70%) les sanctions économiques imposées à la Russie, contre 30% qui estiment qu'il faudrait les réduire.

Quant à l’accueil des réfugiés ukrainiens en France, 46% des sondés souhaitent qu'il se maintienne et 19% qu'il augmente. Quelque 35% veulent que cet accueil se réduise, soit 11 points de plus qu'en juin 2023, d'après le sondage.

05h30
"Importante victoire"

Moscou s'empare d'Avdiïvka, ville symbole de la résistance en ruines.

La Russie a revendiqué, hier, le "contrôle total" d'Avdiïvka, après plusieurs mois de combats acharnés.  

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a informé le président, Vladimir Poutine, de la conquête de cette cité industrielle, qui n'est plus qu'un amas de ruines. Elle représentait "un puissant nœud défensif des forces armées ukrainiennes", selon un communiqué de son ministère. C'est "une importante victoire", a réagi le maître du Kremlin.

Menacée d'encerclement, l'armée ukrainienne a annoncé son retrait dans la nuit de vendredi à samedi. Cela été une "décision juste" destinée à "sauver le plus de vies possibles", a commenté le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à la Conférence de Munich sur la sécurité.

Tweet URL

Qui anime ce direct ?

Avec AFP