Direct terminé le 26 avril 2024 à 20h30
Live démarré le 26 avril 2024 à 5H00

DIRECT - Tensions Israël-Hezbollah, discussions pour une trêve à Gaza

L'armée israélienne et le Hezbollah libanais ont échangé des tirs de missiles dans la nuit de jeudi à vendredi. Une délégation égyptienne est également attendue en Israël aujourd'hui, dans l'espoir de faire avancer les pourparlers pour une trêve et la libération d'otages à Gaza.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU).

Partager
Image
Fumée dans le ciel dans la bande de Gaza

De la fumée s'élève dans le ciel après une explosion dans la bande de Gaza, vue depuis le sud d'Israël, jeudi 25 avril 2024.

AP Photo/Leo Correa
15
nouvelle(s) publication(s)
19h52
Justice

Enquête sur l'UNRWA : plusieurs dossiers classés ou suspendus faute de preuves par Israël

L'ONU annonce avoir classé ou suspendu cinq dossiers sur 19 visant des employés de son agence pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) accusés par Israël d'être impliqués dans les attaques sanglantes du Hamas le 7 octobre. Ces accusations ont plongé l'UNRWA dans la tourmente et provoqué une baisse de ses financements, au moment où la bande de Gaza, assiégée et bombardée par Israël, est confrontée à un désastre humanitaire, notamment un risque de famine à grande échelle.

Le Bureau des services de contrôle interne (BSCI) a "enquêté sur 19 membres du personnel de l'UNRWA", les 12 premiers accusés par Israël en janvier et dont les contrats ont été "résiliés" ainsi que sept autres ayant été signalés par la suite, a annoncé le bureau du porte-parole du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Sur les 12 premiers, "un dossier a été classé, Israël n'ayant fourni aucune preuve à l'appui des accusations formulées à l'encontre de l'employé", et trois autres ont été "suspendus, les informations fournies par Israël n'étant pas suffisantes pour permettre au BSCI de procéder à une enquête", a-t-il précisé dans un communiqué.

19h49
Conflit armé

Des Américains à Gaza

Jamais les forces américaines ne s'étaient approchées si près de la Bande de Gaza. Décryptage de notre éditorialiste Slimane Zeguidour.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
16h12
Justice

Soupçons d'activités au profit de Moscou : l'ambassadeur russe à Londres convoqué

Le ministère britannique des Affaires étrangères a annoncé avoir convoqué vendredi l'ambassadeur russe à Londres Andreï Kelin après l'inculpation d'un Britannique de 20 ans soupçonné d'attaques contre des "entreprises liées à l'Ukraine". "Le Royaume-Uni reste profondément préoccupé par les accusations d'activités malveillantes orchestrées par la Russie" sur le sol britannique, a déclaré dans un communiqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères. "Nous appelons à la fin immédiate de ces activités et nous continuerons à travailler avec nos alliés pour dissuader et se défendre contre tout le spectre des menaces émanant de Russie", ajoute la diplomatie britannique.

15h08
Diplomatie

Une délégation égyptienne en Israël pour discuter d'une trêve à Gaza

Une délégation égyptienne est arrivée vendredi en Israël pour tenter de relancer les négociations sur une trêve dans la bande de Gaza associée à une libération d'otages, pendant que se prépare une offensive israélienne sur Rafah, selon des médias égyptiens et israéliens. La guerre entre Israël et le Hamas, qui fait rage depuis le 7 octobre dans le territoire palestinien, a fait au moins 51 morts en 24 heures, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste. Un correspondant de l'AFP a été le témoin vendredi d'un tir de missiles sur une maison de la ville de Gaza, qui a fait au moins trois morts.

La guerre s'accompagne d'une flambée des violences à la frontière nord d'Israël avec le Liban, où l'armée israélienne a annoncé vendredi la mort d'un civil. Israël se prépare pendant ce temps à lancer une offensive terrestre dans la ville surpeuplée de Rafah, frontalière avec l'Egypte, dans le sud de la bande de Gaza, que le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, considère comme le dernier grand bastion du Hamas.

14h59
Justice

La CIJ se prononce mardi dans l'affaire du Nicaragua contre l'Allemagne à propos du "génocide"à Gaza

La plus haute juridiction de l'ONU annonce  qu'elle se prononcera mardi sur un recours du Nicaragua qui accuse l'Allemagne d'avoir violé la convention sur le génocide de 1948 en fournissant des armes à Israël pour la guerre à Gaza. Ce pays d'Amérique centrale a introduit une requête devant la Cour internationale de Justice (CIJ), qui siège à La Haye, demandant notamment aux juges d'imposer des mesures d'urgence pour que Berlin cesse de fournir des armes et d'autres aides à Israël.

La CIJ annonce qu'elle rendra son ordonnance le 30 avril à 15H00 (13H00 GMT). Les avocats des deux pays ont présenté leurs arguments au cours d'une audience au début du mois.  Le Nicaragua a critiqué l'Allemagne pour son soutien à Israël, jugeant "pathétique" de donner des armes au gouvernement israélien tout en fournissant simultanément de l'aide à Gaza, une présentation jugée par Berlin "grossièrement biaisée". L'Allemagne a rétorqué que la sécurité d'Israël était "au cœur" de sa politique étrangère.

14h15
Diplomatie

L'ONU estime qu'il y a 37 millions de tonnes de débris à déblayer à Gaza

L'ONU estime à 37 millions de tonnes la masse des débris et gravats à déblayer dans la bande de Gaza, soumise à un pilonnage intensif et de violents combats depuis le début de la guerre d'Israël contre le Hamas. "Nous avons estimé à 37 millions de tonnes de débris, soit environ 300 kilos de débris par mètre carré" dans la bande de Gaza, qui avant la guerre était très densément peuplée et urbanisée, a expliqué Pehr Lodhammar, un responsable de l'UNMAS, l'agence de l'ONU chargée du déminage.

En partant de l'hypothèse de l'utilisation d'une centaine de camions, il "faudrait 14 ans pour déblayer", a-t-il souligné lors du point de presse régulier de l'ONU à Genève. Il a insisté sur le fait que des munitions non explosées se trouvaient mélangées aux gravats, compliquant grandement la tâche.

14h24

Paris confirme le décaissement de 33 millions d'euros pour l'UNRWA

La France confirme qu'elle va décaisser 33 millions d'euros pour l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) si celle-ci met pleinement en oeuvre les mesures demandées par le rapport d'audit indépendant la concernant. "La France confirme le décaissement de sa contribution annuelle au programme humanitaire de l'Unrwa, qui s'élève à 33 millions d'euros pour l'année 2024", a déclaré Christophe Lemoine, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, sans préciser la date du décaissement.

"Notre soutien à l'Unrwa s'accompagne d'une exigence : celle de la pleine mise en oeuvre des mesures demandées par le rapport d'audit externe indépendant conduit par Catherine Colonna", ancienne ministre française des Affaires étrangères. La France attache "une importance particulière (...) aux procédures pour vérifier la neutralité du personnel et des installations de l'Unrwa, au bannissement des discours de haine et antisémite des manuels scolaires et à la réforme des syndicats et de l'encadrement du personnel", ajoute-t-il encore. 

14h14
Humanitaire

Bande de Gaza : un port temporaire pour faciliter l'aide humanitaire

À Gaza, la construction d'une jetée et d'un port temporaire a débutée. Un projet américain, exigé par Joe Biden, destiné à faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire à plus de deux millions de personnes confrontées à une crise alimentaire aigüe.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
11h35
Bilan humain

Gaza : le ministère de la Santé du Hamas annonce un nouveau bilan de 34 356 morts

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé vendredi un nouveau bilan de 34 356 morts dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre.

En 24 heures, au moins 51 morts supplémentaires ont été recensés, selon un communiqué du ministère qui fait état de 77 368 blessés en plus de 200 jours de guerre.

11h20
Blinken en Chine

La Chine peut aider à "apaiser les tensions" au Moyen-Orient, selon Blinken

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré vendredi que la Chine pouvait "apaiser les  tensions" au Moyen-Orient, notamment grâce à son influence sur l'Iran. 

Je pense que les relations que la Chine entretient peuvent être positives pour tenter d'apaiser les tensions, d'empêcher l'escalade et d'éviter une propagation du conflit

Antony Blinken, secrétaire d'État américain

Antony Blinken a ajouté que le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, avait accepté de rester en contact sur la question du Moyen-Orient.

11h10
États-Unis

Les manifestations sur les campus américains font partie de la "démocratie", selon Blinken

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré vendredi que les manifestations sur les campus qui secouent les Etats-Unis à propos du Moyen-Orient faisaient partie de la "démocratie". 

C'est une caractéristique de notre démocratie que nos citoyens fassent connaître leurs opinions, leurs préoccupations, leur colère, à tout moment.

Antony Blinken, secrétaire d’État américain, à des journalistes en Chine.

10h20
Vers la paix ?

L'Egypte envoie une délégation en Israël, pour parler d'une trêve à Gaza selon des médias

Une délégation venue d’Égypte, l'un des trois pays médiateurs avec le Qatar et les États-Unis, est attendue vendredi en Israël pour discuter de questions de "sécurité", selon une source proche du gouvernement.

Mais selon des médias israéliens, la délégation doit tenter de relancer les négociations et plaider pour un accord de trêve entre Israël et le Hamas impliquant la libération de "dizaines" d'otages.

D'après le site israélien Walla, qui cite un haut responsable israélien, les discussions portent sur une proposition pour libérer dans un premier temps 20 otages considérés comme des cas "humanitaires". 

Selon la chaîne Al-Araby, il s'agit aussi d'appuyer les efforts déployés par l’Égypte pour empêcher une offensive sur Rafah.

Un responsable politique du Hamas, Ghazi Hamad, a assuré jeudi à l'AFP depuis le Qatar qu'un assaut sur Rafah ne permettrait pas à Israël d'obtenir "ce qu'il veut", c'est-à-dire "éliminer le Hamas ou récupérer" les otages.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, affirme qu'une offensive sur Rafah est nécessaire pour vaincre le Hamas et libérer les otages, les deux principaux objectifs affichés de l'offensive en cours.

8h50
Tensions Israël-Hezbollah

Israël: l'armée dit que des missiles tirés du sud du Liban ont tué un Israélien

L'armée israélienne a annoncé vendredi qu'un civil israélien avait été tué dans la nuit près de la frontière libanaise par des missiles tirés du sud du Liban, où elle a détruit des infrastructures du mouvement islamiste libanais Hezbollah.

De son côté, le Hezbollah affirme avoir détruit dans ce même secteur deux véhicules israéliens, des affirmations que l'armée israélienne n'a pas commenté.

Des médias israéliens ont identifié la victime comme étant un chauffeur de camion arabe israélien. La police israélienne a indiqué à l'AFP que le corps n'avait pas été formellement identifiée, mais qu'il s'agissait de celui de l'unique occupant du camion touché.

7H50
États-Unis

Mouvement de soutien à Gaza : l'université américaine Columbia ajourne l'évacuation du campus

L'université américaine Columbia a ajourné la date limite de vendredi fixée aux étudiants pro-palestiniens pour évacuer le campus, occupé pour protester contre la guerre à Gaza, un mouvement qui s'est généralisé sur les campus américains.

Le bureau de la présidence de l'université new-yorkaise, d'où est parti le mouvement de soutien à Gaza il y a plus d'une semaine, est revenu sur l'échéance de minuit heure locale (04H00 TU vendredi), fixée pour démanteler un village de tentes où quelque 200 étudiants pro-palestiniens se sont rassemblés.

"Les négociations ont progressé et se poursuivent comme prévu", a affirmé le bureau de la présidente de l'université, Minouche Shafik, dans un communiqué diffusé à 23H07 (03H07 TU vendredi).

(Re)lire Le mouvement de soutien à Gaza se généralise sur les campus américains

"Nous avons nos demandes, ils ont les leurs", poursuit le bureau de la présidence, en démentant qu'une intervention de la police ait été réclamée.

"Ils nous traitent de terroristes, ils nous traitent de violents. Mais le seul outil dont nous disposons ce sont nos voix", a déclaré une des étudiantes présente au rassemblement pro-palestinien, se présentant sous le nom de Mimi.

Des dizaines d'arrestations

Le mouvement d'étudiants américains pro-palestiniens, qui s'est généralisé sur les campus américains, est parti de l'université Columbia à New York.

Des dizaines d'arrestations y ont été effectuées la semaine dernière après le recours à la police effectué par les responsables de l'université pour mettre fin à une occupation accusée par plusieurs personnalités d'attiser l'antisémitisme. Les manifestations pro-palestiniennes se sont ensuite poursuivies mercredi sur le campus.

Certaines des universités les plus prestigieuses au monde sont concernées par ce mouvement d'étudiants américains, telles Harvard, Yale ou encore Princeton.

5H00

Tensions Israël-Hezbollah, discussions pour une trêve à Gaza

L'armée israélienne et le Hezbollah libanais ont échangé des tirs de missiles dans la nuit de jeudi à vendredi. Une délégation égyptienne est également attendue en Israël aujourd'hui, dans l'espoir de faire avancer les pourparlers pour une trêve et la libération d'otages à Gaza.

L'armée israélienne a fait état de "deux tirs de missiles anti-chars" ayant touché le nord d'Israël depuis le Liban dans la nuit et dit avoir ciblé les "sources de ces frappes" avec des tirs d'artillerie.  

Des avions militaires ont frappé des "infrastructures" du Hezbollah dans le secteur de Kfarchouba, a précisé l'armée israélienne dans un bref communiqué.

De son côté, le Hezbollah libanais, mouvement soutenu par l'Iran et allié du Hamas palestinien, a revendiqué dans un communiqué des tirs ayant "touché" les forces israéliennes à la frontière. 

L'armée israélienne avait annoncé mercredi mener une "action offensive" sur le sud du Liban, d'où le Hezbollah mène des attaques contre l'armée israélienne qui frappe, elle, des positions du mouvement chiite allié du Hamas palestinien. 

Le Hamas et Israël sont engagés depuis plus de six mois dans une guerre dans la bande de Gaza, où l'armée israélienne se prépare à une opération terrestre à Rafah, "dernier" bastion du mouvement islamiste située dans le sud du territoire.