Live démarré le 10 juin 2024 à 11h20 (TU)

DIRECT - Ukraine : Zelensky dément toute avancée russe dans la région de Soumy

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dément ce lundi la prise par les forces russes du village de Ryjivka, dans la région de Soumy (nord-est), qui a été revendiquée plus tôt par le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov. Une poussée des soldats russes dans ce secteur frontalier fait craindre l'ouverture d'un nouvel axe d'offensive.

Partager
Image
Immeuble d'habitation détruit

Sur cette photo fournie par le service d'urgence ukrainien le mercredi 13 mars 2024, le personnel des services d'urgence travaille dans un immeuble d'habitation détruit par une attaque russe à Sumy, en Ukraine. 

Service d'urgence ukrainien via AP
6
nouvelle(s) publication(s)
16H00
Finlande

La Finlande soupçonne un avion militaire russe d'avoir violé son espace aérien

Un avion militaire russe est soupçonné d'avoir violé lundi 10 juin au matin l'espace aérien finlandais au large de la côte du golfe de Finlande, a indiqué le ministère finlandais de la Défense.

Cet incident intervient alors que les relations entre la Finlande et la Russie se sont nettement tendues depuis l'adhésion de la Finlande à l'Otan l'an dernier, émaillées de quelques incidents frontaliers.

L'avion est resté environ deux minutes dans l'espace aérien finlandais au large de la ville de Loviisa (sud), à une profondeur d'environ 2,5 km à l'intérieur du territoire du pays nordique, a précisé le ministère finlandais dans un communiqué.

12h30
Avancée russe

La Russie revendique la prise d'un village dans le sud-est de l'Ukraine

La Russie a revendiqué lundi la prise d'un village dans le sud-est de l'Ukraine, dans l'un des rares secteurs où les troupes ukrainiennes avaient réalisé une progression au cours de leur difficile contre-offensive l'été dernier.

"Les unités du groupe de troupes Est ont continué à avancer profondément dans la défense ennemie et ont libéré la localité de Staromaïorské", a annoncé le ministère russe de la Défense dans son rapport quotidien.

L'armée ukrainienne avait pris ce village en juillet, au plus fort de sa grande contre-offensive estivale, qui s'était globalement soldée par un échec mais avait permis de reprendre un peu de terrain dans certains secteurs, notamment dans le sud.

Staromaïorské se trouve dans le sud de la région orientale de Donetsk.

Les troupes russes ont grignoté du terrain ces derniers mois, le président russe Vladimir Poutine ayant revendiqué la semaine dernière 880 km2 de terrain conquis depuis le début de l'année et une cinquantaine de localités. Elles ont aussi déclenché le 10 mai une offensive dans la région de Kharkiv (nord-est), s'emparant de plusieurs localités avant d'être freinées par des renforts dépêchés par Kiev.

Les autorités ukrainiennes craignent aussi un nouvel assaut dans la région de Soumy, voisine de celle de Kharkiv, où elles ont dit lundi avoir repoussé une apparente incursion russe.

Une avancée russe

Dans la région de Donetsk, où l'armée russe progresse dans les zones orientales de Tchassiv Iar et en direction de Pokrovsk notamment, des soldats interrogés dimanche par l'AFP ont décrit une situation au mieux "difficile", au pire démoralisante, face aux assauts quotidiens.

Pour Oleksandre, un tankiste de 36 ans, "les combats les plus féroces ont lieu ici", autour des villes de Pokrovsk et de Tchassiv Iar.

Danylo Madiar, un soldat de 23 ans répondant au nom de guerre de "Macron", avoue que la situation est "assez dure" depuis l'automne. Les troupes russes ont "fortement avancé" et, côté ukrainien, "il y a eu beaucoup de pertes, c'était difficile de tenir les lignes", dit-il.

Cet opérateur de drones voit le pessimisme gagner nombre de ses camarades, "après tout ce qu'ils ont vu". "Pour beaucoup, c'est compliqué de rester optimiste", lâche-t-il.

Par ailleurs, un homme a été tué et deux autres blessés dans le village de Dergatchiv, dans la région de Kharkiv, qui fait l'objet d'une vaste offensive terrestre depuis un mois. "Selon les premières informations, l'ennemi a utilisé une arme antiaérienne", a expliqué le gouverneur de la région, Oleg Synegoubov, sur Telegram.

De son côté, l'état-major des forces armées ukrainiennes a annoncé sur ses réseaux sociaux avoir détruit des "systèmes de missiles antiaériens russes" S-400 et S-300 en Crimée occupée, une information que l'AFP n'a pas pu vérifier de source indépendante.

"Aucun de nos missiles n'a été intercepté par la défense aérienne 'très efficace' de l'ennemi", a raillé l'état-major ukrainien dans son communiqué.

12h20
Condamnation

Russie : 3 ans de détention pour insulte à un garçon portant un bonnet pro-offensive en Ukraine

Alexandre Neoustroïev a été condamné lundi à une peine de trois ans de détention pour avoir insulté, en avril 2023, un enfant de 11 ans portant un chapeau frappé d'un "Z", symbole des partisans de l'assaut lancé par la Russie contre l'Ukraine. L'incident a eu lieu dans la ville d'Ekaterinbourg, dans l'Oural. Cette condamnation est une nouvelle illustration de la répression qui s'abat sur tous ceux qui critiquent ou dénoncent l'offensive russe.

Selon le procureur local, l'accusé a été condamné pour "hooliganisme", un terme regroupant des actes de vandalisme ou de harcèlement en droit pénal russe. Il doit purger sa peine dans un village pénitentiaire, une forme de détention moins stricte que les pénitenciers.

La mère de l'enfant, s'exprimant dans les médias russes, avait raconté que l’incident avait laissé son fils en larmes. Le garçon portait le bonnet noir frappé d'un Z blanc car il était fier que son père serve au sein de la Garde nationale russe en Ukraine, avait-elle expliqué.

L'auteur des insultes avait été retrouvé grâce à des images de vidéosurveillance, avant d'être arrêté par une unité d'assaut de la police. Dans une vidéo diffusé par la suite, il s'était excusé.

Alexandre Neoustroïev avait été d'abord condamné à une amende, mais des responsables locaux étaient intervenus pour réclamer une peine plus lourde. Le procureur avait en conséquence fait appel et demandé un nouveau procès.

La Russie est engagé dans une répression sans merci des détracteurs du pouvoir et de l'assaut contre l'Ukraine. De nombreux Russes, célèbres et anonymes, ont déjà écopé de très lourdes peines de prison.

Plusieurs procès sont aussi en cours. Une pédiatre moscovite de 68 ans, Nadejda Bouïanova est actuellement jugée après avoir été accusée par la mère d'un patient de paroles désobligeantes sur son mari, mort au combat en Ukraine.

L'accusation a jugé ces propos insultants pour l'armée russe, un crime passible de 10 ans de prison.

12h10

Russie : sept blessés près de la frontière avec l'Ukraine, selon le gouverneur régional

Sept personnes ont été blessés lundi dans une ville russe frontalière de l'Ukraine, dont quatre lors de l'explosion d'une mine et les trois autres lors d'un bombardement ukrainien. C'est ce qu'a rapporté le gouverneur de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov.

Quatre personnes ont sauté sur une mine dans la ville de Chebekino, dont trois membres de la défense territoriale et un employé de la chaîne de télévision Rossia-24.

Viatcheslav Gladkov, gouverneur de la région de Belgorod, sur Telegram.

Le caméraman a été transporté "dans un état grave", a-t-il précisé, "blessé par des éclats à l'abdomen et à l'épaule gauche".

L'une des trois autres victimes "a été transportée en ambulance à l'hôpital" et les deux dernières "ont reçu une assistance médicale", a ajouté Viatcheslav Gladkov.

Chebekino est une ville de 40 000 habitants située tout près de la frontière avec l'Ukraine, à moins de 100 km de Kharkiv, deuxième ville ukrainienne dont la région éponyme est la cible d'une offensive des forces russes depuis le 10 mai.

La région de Belgorod, dans laquelle se trouve Chebekino, est la cible régulière d'attaques ukrainiennes, Kiev disant viser sur le sol russe des sites militaires utilisés par l'armée russe pour frapper les villes et le réseau énergétique d'Ukraine. Ces attaques font régulièrement des victimes civiles.

Plus tôt dans la journée, Viatcheslav Gladkov avait annoncé un bilan de trois blessés dans un incident séparé. "La ville de Chebekino a été attaquée par les forces armées ukrainiennes", faisant trois blessés, a-il écrit sur Telegram.

Un homme et deux femmes ont été évacués vers l'hôpital, a détaillé Viatcheslav Gladkov, selon lequel "l'alimentation électrique dans la ville de Chebekino est partiellement coupée".

11h45
Avancée russe

La Russie revendique la prise d'un village dans le sud-est de l'Ukraine

La Russie a revendiqué lundi la prise d'un village dans le sud-est de l'Ukraine, dans l'un des rares secteurs où les troupes ukrainiennes avaient réalisé une progression au cours de leur difficile contre-offensive l'été dernier.

Les unités du groupe de troupes Est ont continué à avancer profondément dans la défense ennemie et ont libéré la localité de Staromaïorské.

Le ministère russe de la Défense, dans son rapport quotidien.

11h20

Zelensky dément toute avancée russe dans la région de Soumy, en Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a démenti ce lundi la prise par les forces russes du village de Ryjivka, dans la région de Soumy (nord-est), qui a été revendiquée plus tôt par le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov.

Une poussée des soldats russes dans ce secteur frontalier fait craindre l'ouverture d'un nouvel axe d'offensive au moment où les troupes ukrainiennes, qui manquent d'hommes et de munitions, ont déjà dû dépêcher de précieuses réserves dans la région voisine de Kharkiv.

S'agissant du village de Ryjivka, l'occupant a tenté d'y mener une opération de propagande. Depuis ce matin, le drapeau russe [hissé dans le] village a été détruit et il n'y a aucune présence de l'occupant.

Volodymyr Zelensky, sur Telegram.

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, un fidèle de Vladimir Poutine qui a envoyé des combattants en Ukraine, avait assuré dimanche soir sur Telegram que les troupes russes s'étaient emparées de cette localité située à la frontière avec la Russie.

Selon Ramzan Kadyrov, les soldats du bataillon tchétchène Akhmat, "ainsi que les militaires d'autres unités russes ont mené des opérations tactiques et libéré" cette localité, infligeant "des pertes significatives" aux Ukrainiens, qui ont "battu en retraite".

Volodymyr Zelensky affirme de son côté que les "forces (ukrainiennes) contrôlent totalement la situation" dans la région de Soumy, qui n'avait pas été la cible d'une attaque terrestre russe majeur depuis le début du conflit en 2022.

Dans la région de Donetsk, dans l'est, où se concentre toujours l'essentiel des combats, la situation est "plus difficile", a reconnu le président ukrainien.

Ioury Zarko, à la tête de la municipalité de Bilopillia à laquelle est rattaché Ryjivka, a aussi démenti à la télévision la chute de cette localité, déclarant qu'aucun soldat russe ne s'y trouvait.

En mai, Volodymyr Zelensky avait dit craindre un deuxième assaut russe le long de la frontière, après le premier déclenché le 10 mai dans la région de Kharkiv, où les assaillants sont parvenus à s'emparer de plusieurs villages avant d'être freinés par des renforts ukrainiens.

Les autorités ont évacué ces dernières semaines les habitants de certaines localités frontalières de la région de Soumy face à l'intensification des bombardements russes.