Direct démarré à 06h40

DIRECT : un bombardement russe fait au moins un mort et quatre blessés à Kherson

Un bombardement russe ayant touché la gare de Kherson mardi 26 décembre a fait au moins un mort et quatre blessés, selon le ministre ukrainien de l'Intérieur. Des civils se préparaient alors à évacuer la ville du sud de l'Ukraine. 

Partager
Image
A Kherson, des sacs de sable en protection d'un bureau de poste. 10 novembre 2023

À Kherson, des sacs de sable en protection d'un bureau de poste. 10 novembre 2023

© AP Photo/Efrem Lukatsky
3
nouvelle(s) publication(s)
20h47
Aide internationale

Washington débloque sa dernière tranche d'aide militaire disponible pour l'Ukraine

Les Etats-Unis annoncent le déblocage de 250 millions de dollars d'aide militaire pour l'Ukraine, leur dernière tranche disponible sans un nouveau vote au Congrès américain.

"Il est impératif que le Congrès agisse dès que possible pour faire prévaloir nos intérêts en matière de sécurité nationale en aidant l'Ukraine à se défendre", a affirmé le secrétaire d'Etat Antony Blinken dans un communiqué.

  • Voir aussi : L'armée ukrainienne veut mobiliser 500 000 soldats supplémentaires
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
11h04

La Russie assure avoir presque entièrement redirigé ses exportations de pétrole vers l'Asie

La Russie a presque totalement redirigé ses exportations de pétrole vers la Chine et l'Inde, engrangeant des recettes à un niveau comparable à celui de 2021, a annoncé mercredi son vice-Premier ministre de l'Energie Alexandre Novak.

Selon lui, la Russie, visée par une multitude de sanctions occidentales en raison de son offensive en Ukraine, notamment sur ses hydrocarbures, vend aujourd'hui 45-50% de son pétrole à la Chine et 40% à l'Inde.

"Si, auparavant, nous fournissions à l'Europe 40 à 45% du volume total des exportations de pétrole et de produits pétroliers, nous nous attendons à ce que ce chiffre ne dépasse pas 4 à 5% d'ici la fin de l'année", a expliqué Alexandre Novak dans une interview à la chaîne de télévision russe Rossia 24.

Il s'est félicité que, malgré les restrictions imposées par les Occidentaux, qui veulent un plafonnement du prix de vente du pétrole russe, "le complexe énergétique et pétrolier russe se soit développé avec succès en 2023".

"Beaucoup de gens veulent acheter du pétrole et des produits pétroliers russes. Il s'agit de pays d'Amérique latine, de pays africains et d'autres pays de la région Asie-Pacifique", a affirmé Alexandre Novak.

Selon lui, les recettes pétrolières et gazières de la Russie s'élèveront à près de 9.000 milliards de roubles (environ 88 milliards d'euros) cette année, soit "à peu près le niveau de 2021", avant les sanctions.

L'industrie des hydrocarbures représente 27% du PIB (produit intérieur brut) de la Russie et leur vente à l'étranger environ 57% des exportations totales du pays, a-t-il ajouté.

La Russie avait décidé fin novembre, de concert avec les autres pays de l'Opep+ (l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés), dont l'Arabie saoudite, d'accentuer sa réduction de production de pétrole afin de stimuler les prix. Un moyen pour Moscou d'augmenter ses recettes issues de la vente des hydrocarbures.

Pour ce qui est du gaz, Alexandre Novak a affirmé que le gigantesque projet Arctic LNG 2 avait démarré malgré les sanctions américaines qui mettaient en péril son lancement.

"L'usine Arctic LNG 2 est actuellement en cours de construction, et la première étape a déjà commencé à fonctionner. Nous nous attendons à ce que les premières livraisons de ce projet aient lieu dès le premier trimestre de l'année prochaine", a rapporté le vice-Premier ministre russe.

Selon des médias, le géant gazier russe Novatek, qui détient 60% du mégaprojet, a invoqué plus tôt en décembre le cas de "force majeure", une clause juridique qui permet aux entreprises de suspendre les livraisons en raison de facteurs indépendants de leur volonté.

20h30

Un mort et quatre blessés dans un bombardement russe sur une gare de Kherson

Au moins une personne a été tuée et quatre autres blessées mardi lors d'un bombardement russe ayant touché une gare de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, où des civils se préparaient à évacuer, a affirmé le ministre de l'Intérieur.

"Kherson, dans la soirée. Environ 140 civils attendent à la gare le départ du train d'évacuation. C'est à ce moment-là que l'ennemi a commencé un bombardement massif de la ville", a indiqué sur Telegram Igor Klymenko.

Un policier a été tué et deux civils et deux policiers ont été blessés par des éclats d'obus, a-t-il précisé.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué de son côté que "de nombreux civils étaient sur place" au moment de la frappe. "Tous les services (de secours) sont maintenant sur place", a-t-il ajouté.

La compagnie ukrainienne des chemins de fer Ukrzaliznytsia a indiqué sur Telegram que la gare et le train avaient été endommagés. "La situation est sous contrôle et le chemin de fer est prêt à continuer à fonctionner", a-t-elle assuré néanmoins.

La ville de Kherson avait été occupée pendant plusieurs mois par l'armée russe en 2022 avant son retrait de l'autre côté du fleuve Dniepr, chaque camp contrôlant désormais une rive. La cité est depuis régulièrement visée par des bombardements russes meurtriers.

Le chef de l'administration militaire de Kherson, Roman Mrochko, avait déjà fait état plus tôt mardi de plusieurs bombardements russes sur la ville au cours des dernières 24 heures, qui ont fait selon lui quatre blessés, dont un grave.

Qui anime ce direct ?