Direct terminé le 26 mars 2024 à 21H30
Direct démarré le 26 mars 2024 à 6H15

DIRECT - Une experte de l'ONU affirme qu'il "existe des motifs raisonnables" de croire qu'Israël a commis des "actes de génocide" dans le cadre de la guerre à Gaza

La Rapporteure spéciale pour les territoires palestiniens affirme dans son rapport qu'il "existe des motifs raisonnables" de croire qu'Israël a commis des "actes de génocide" dans le cadre de la guerre à Gaza. Des dizaines de diplomates, représentant des pays arabes et musulmans et aussi d'Amérique latine, ont défendu le travail de l'experte de l'ONU.  Les horaires sont affichés en temps universel.

Partager
Image
Francesca Albanese, Rapporteure spéciale pour les territoires palestiniens lit son rapport au siège du Conseil des droits de l'Homme à Genève, Suisse, ce 26 mars 2024.

Francesca Albanese, Rapporteure spéciale pour les territoires palestiniens lit son rapport au siège du Conseil des droits de l'Homme à Genève, Suisse, ce 26 mars 2024. Capture d'écran vidéo

© AP Video
18
nouvelle(s) publication(s)
19H51
nouvelles victimes

Le Hamas fait état de 12 morts dans une frappe israélienne sur une tente de déplacés à Gaza

Le ministère de la Santé du Hamas a fait état de 12 morts, dont des enfants, mardi dans une frappe aérienne israélienne sur la tente d'une famille de déplacés à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.

La frappe a touché la tente de la famille Al-Madhoun, plantée à l'ouest de Khan Younès, où sont installés nombre de Gazaouis déplacés du nord du territoire par les combats.
Contactée par l'AFP, l'armée israélienne a indiqué qu'elle vérifiait ces informations.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Ce secteur d'al-Mawasi, sur la côte, est devenu un camp planté de milliers de tentes faites de tous les matériaux possibles. Il accueille notamment de nombreux résidents évacués du quartier du grand hôpital al-Chifa dans la ville de Gaza, au coeur d'une opération de l'armée depuis le 18 mars.

19H24
Financement de l'UNRWA

L'UNWRA a assez d'argent pour opérer jusqu'à fin mai, selon son chef

L'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) dispose de suffisamment de fonds pour continuer à fonctionner au moins jusqu'à la fin du mois de mai, a déclaré mardi son patron à la presse suisse. 

L'UNRWA, qui coordonne la quasi-totalité de l'aide à Gaza, est en crise depuis qu'Israël a accusé une douzaine de ses 13.000 employés de Gaza d'avoir participé à l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Cela a conduit plusieurs pays donateurs, dont les États-Unis, à suspendre tout financement à destination de l'agence, menaçant sa capacité à opérer dans l'enclave assiégée, alors que les Nations unies ont mis en garde contre une famine imminente.
Philippe Lazzarini a prévenu le mois dernier que la pénurie de financements était telle que l'organisation ne serait pas en mesure de fonctionner au-delà du mois de mars.
Mais après qu'un certain nombre de pays ont récemment repris ou augmenté leurs financements, notamment l'Espagne, le Canada et l'Australie, Lazzarini a indiqué que "aujourd'hui la situation est moins dramatique". "Nous continuons à opérer d'un mois sur l'autre, mais avons des fonds pour tenir jusqu'au mois de mai", a-t-il précisé.

Lazzarini, qui est suisse, était à Genève pour informer le parlement suisse sur la situation humanitaire à Gaza et pour répondre aux questions concernant les accusations d'Israël à l'encontre des employés de l'UNRWA.

La Suisse versait ces dernières années environ 20 millions de francs suisses (20,4 millions d'euros) par an à l'UNRWA. Elle a déclaré fin janvier que le paiement de 2024 était remis en question à la suite des accusations israéliennes.

19H07
Responsable du massacre du 7 octobre

Israël confirme avoir "éliminé" le numéro 2 de la branche armée du Hamas

L'armée israélienne a confirmé mardi avoir "éliminé" le numéro 2 de la branche armée du Hamas Marwan Issa, dans une frappe à Gaza. Marwan Issa, "l'un des organisateurs du massacre du 7 octobre", a été "éliminé dans une frappe que nous avons menée il y a deux semaines", a annoncé le porte-parole de l'armée, le contre-amiral Daniel Hagari, dans une conférence de presse, confirmant une information déjà diffusée par la Maison Blanche le 18 mars.

Ce responsable de la branche armée du mouvement islamiste palestinien a été "éliminé dans une frappe complexe et précise de l'armée de l'air, sur la base de renseignements de l'armée et du Shin Beth", le renseignement intérieur, a-t-il ajouté.

Il s'agit du responsable le plus haut placé dans le mouvement palestinien tué par l'armée israélienne à Gaza depuis le début de la guerre. Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, avait précédemment annoncé sa mort lors d'une conférence de presse.

17H25
Rencontre au Pentagone

Les pertes civiles à Gaza "trop élevées", déplore le chef du Pentagone

Le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, juge "trop élevées" les pertes civiles dans la bande de Gaza et indiqué qu'il discuterait avec son homologue israélien Yoav Gallant d'alternatives à une opération israélienne de grande envergure dans le sud du territoire. "À Gaza aujourd'hui, le nombre de victimes civiles est beaucoup trop élevé et l'aide humanitaire beaucoup trop faible", a affirmé Lloyd Austin en recevant au Pentagone son homologue israélien.

Le ministre de la Défense israélien Yoav Gallant, tout à gauche de la photo, parle avec son homologue américain David Lloyd Austin au Pentagone, ce 26 mars 2024 à Washington.

Le ministre de la Défense israélien Yoav Gallant, tout à gauche de la photo, parle avec son homologue américain David Lloyd Austin au Pentagone, ce 26 mars 2024 à Washington.

© AP Photo/Jacquelyn Martin


Ce dernier a, quant à lui, déclaré qu'ils parleraient de "l'évolution de la situation à Gaza et des moyens d'atteindre nos objectifs: l'élimination du Hamas et le retour des otages israéliens".

Ces discussions interviennent au lendemain de l'annulation par Israël d'une visite parallèle de haut rang dans la capitale américaine, qui était censée aborder les plans en vue d'une offensive à Rafah. Cette annulation a été décidée en réaction à l'abstention américaine lors du vote lundi à l'ONU d'une résolution du Conseil de sécurité en faveur d'un "cessez-le-feu immédiat" à Gaza.

16H56
Rapport de l'ONU

Vaste soutien international à l'experte de l'ONU ayant dénoncé un génocide

Un grand nombre de pays ont apporté leur soutien à l'experte indépendante de l'ONU qui affirme qu'il "existe des motifs raisonnables" de croire qu'Israël a commis des "actes de génocide" dans le cadre de la guerre à Gaza.

La Rapporteure spéciale pour les territoires palestiniens, Francesca Albanese, qui est mandatée par le Conseil des droits de l'Homme mais qui ne s'exprime pas au nom de l'organisation, a présenté son rapport - intitulé "Anatomie d'un génocide" et publié lundi - devant cette enceinte onusienne. Israël et les États-Unis n'ont pas participé aux discussions.

Tweet URL

Des dizaines de diplomates, représentant pour la plupart des pays arabes et musulmans mais également d'Amérique latine, ont en revanche pris la parole pour défendre le mandat et le travail de l'experte de l'ONU, interdite d'entrée sur le territoire israélien après des propos sur l'attaque du 7 octobre jugés "antisémites" par Israël.

"Nous saluons votre courage pour documenter les véritables intentions qui sous-tendent l'agression en cours menée par Israël et les actes équivalant à un génocide à Gaza", a déclaré le représentant pakistanais, au nom des pays membres de l'Organisation de Coopération Islamique (OCI).

Le représentant égyptien a souligné que le groupe des pays arabes la "remerciait" pour son rapport "dans lequel elle réaffirme que la puissance occupante a commis un génocide contre le peuple palestinien".

"Nous apprécions les efforts déployés par la rapporteure spéciale pour documenter les crimes et violations perpétrés par l'occupation israélienne. Nous condamnons toute tentative visant à bloquer son travail et nous l'appelons à poursuivre sont mandat", a renchéri la représentante du Qatar au nom du Conseil de coopération du Golfe, regroupant les monarchies arabes du Golfe.

La Russie a indiqué avoir "étudié attentivement le rapport" et a appelé la Rapporteure à "poursuivre ses efforts", tandis que la Chine, généralement opposée aux mandats d'experts sur des pays, a affirmé avoir "pris note". "Nous prenons note du rapport de la Rapporteure spéciale. L'UE souligne l'importance d'une enquête appropriée et indépendante sur toutes les allégations", a indiqué pour sa part le représentant européen.

Francesca Albanese a réitéré pour sa part les accusations contre Israël figurant dans son rapport. Elle a également réitéré son appel à la mise en place de sanctions économiques et d'un embargo sur les armes contre Israël.

Israël a rejeté la veille le rapport, affirmant qu'il faisait partie "d'une campagne visant à saper l'établissement même de l'État juif". Les États-Unis ont également affirmé n'avoir "aucune raison de croire qu'Israël ait commis des actes de génocide à Gaza".

15H02
accès à l'aide humanitaire

Le Hamas demande l'arrêt du largage d'aide après des accidents mortels

Nouveau signe d'une situation humanitaire désespérée dans la bande de Gaza, dont la plupart des 2,4 millions d'habitants sont menacés de famine selon l'ONU, le ministère de la Santé du Hamas a annoncé la mort de dix-huit personnes, dont douze noyées en mer "au cours des dernières heures". Outre les personnes noyées, six sont mortes dans des bousculades liées également à l'arrivée d'aide par parachutages.

Peu après l'annonce de ce bilan, le Hamas a appelé à cesser les largages aériens et ouvrir les accès terrestres à l'aide humanitaire, strictement contrôlés par Israël. C'est cette situation qui avait poussé des gouvernements étrangers, dont le Royaume-Uni, la France et les États-Unis, à opter pour le parachutage de colis alimentaires sur Gaza.
Dans un communiqué, il dit avoir "toujours prévenu les pays conduisant des opérations de largage aérien du danger", notamment "car une partie de cette aide tombe dans la mer".

Israël contrôle strictement l'entrée par voie terrestre des aides qui arrivent au compte-gouttes depuis l'Égypte. Ce qui a poussé des gouvernements étrangers à larguer, par parachutage, des colis alimentaires sur Gaza.

"Des gens meurent pour une boîte de thon", s'emporte Mohamad Al-Sabaawi, un habitant de Gaza, brandissant à la caméra l'unique boîte de thon qu'il a pu récupérer.
Non loin, un autre homme dit risquer sa vie pour une boîte de haricots "qui sera partagée avec 18 personnes".

14H12
Frappes israéliennes au Liban

Frappes israéliennes sur un nouveau fief du Hezbollah dans l'est du Liban

Des frappes israéliennes ont visé une zone inhabitée abritant des positions du Hezbollah dans l'est du Liban, le raid le plus en profondeur depuis le début des violences il y a près de six mois, ont indiqué un média d'Etat et une source de sécurité.

C'est la première fois que des frappes israéliennes visent la région du Hermel, dans la plaine de la Békaa, à près de 130 km de la frontière avec Israël. Selon l'Agence nationale d'information (ANI, officielle), "une frappe israélienne a visé la région de Wadi Faara", proche de la ville de Hermel, où des explosions ont été entendues.

Une source de sécurité a confirmé à l'AFP des frappes sur une zone aride et inhabitée, où le Hezbollah pro-iranien dispose de positions, à une trentaine de km de la frontière syrienne.

L'armée libanaise et le Hezbollah ont bloqué l'accès à la zone, selon un correspondant de l'AFP.

14H08
Attaques en mer rouge

Les rebelles houthis revendiquent six attaques ces dernières 72 heures

Les rebelles yéménites houthis ont dit avoir lancé six attaques au cours des dernières 72 heures, affirmant avoir visé au moyen de drones et de missiles balistiques des navires au large du Yémen mais aussi des "cibles israéliennes".

Les rebelles yéménites ont "mené six opérations militaires au cours des dernières 72 heures avec un grand nombre de missiles balistiques et de drones", a déclaré le porte-parole militaire des Houthis, Yahya Saree, dans un communiqué.
Selon la même source, les Houthis ont pris pour cible "quatre navires: le navire américain (Maersk Saratoga) dans le golfe d'Aden, les navires américain (Apl Detroit) et britannique (Huang Pu) dans la mer Rouge, et le "Pretty Lady" qui se dirigeait vers la Palestine occupée", en référence à Israël.

Le Pretty Lady

Le Pretty Lady

© Marine Traffic


"L'armée de l'air (...) a ciblé deux destroyers américains en mer Rouge", a ajouté le porte-parole, précisant qu'une autre attaque avait visé "un certain nombre de cibles israéliennes dans la région d'Umm al-Rashrash, au sud de la Palestine occupée".
Depuis novembre, les Houthis multiplient les attaques contre des navires marchands et parfois militaires au large du Yémen, poussant de nombreux armateurs à éviter cette zone où transite 12% du commerce mondial.

Ces insurgés qui contrôlent de vastes pans du pays et sont soutenus par l'Iran disent agir en solidarité avec les Palestiniens de la bande de Gaza, où Israël est en guerre depuis le 7 octobre contre le mouvement islamiste Hamas.

Premier allié d'Israël, Washington a mis en place en décembre une coalition multinationale pour "protéger" le trafic maritime, sans parvenir à faire cesser les attaques.
Depuis la mi-janvier, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont mené plusieurs frappes contre les positions des rebelles, lesquels ont désigné les navires américains et britanniques comme des "cibles légitimes" après avoir affirmé initialement viser des navires "liés à Israël".

13H10
Le désespoir des jeunes Palestiniens

Les jeunes espèrent "être tués" pour mettre fin au "cauchemar", affirme l'Unicef

Les conditions de vie à Gaza sont telles que des jeunes ont affirmé à l'Unicef qu'ils espèrent "être tués" afin de mettre fin à ce "cauchemar", a indiqué un porte-parole de l'agence onusienne ce mardi.

S'exprimant en visioconférence depuis Rafah, le porte-parole du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), James Elder, a affirmé que la situation à Gaza a atteint des sommets en matière de "chapitres les plus sombres de l'histoire de l'humanité".

"Hier, l'Unicef s'est assis avec des adolescents, dont plusieurs ont dit être si désespérés qu'ils voulaient tellement que ce cauchemar prenne fin (au point) qu'ils espéraient être tués", a-t-il dit, lors d'un point de presse régulier de l'ONU.
"L'indicible est régulièrement raconté à Gaza", a-t-il ajouté.

Dans ces images filmées par la télévision chinoise à Gaza on voit des enfants manifester. Nada Madoukh, 12 ans déclare "Nous sommes ici pour dire au monde que nous avons faim, que nous voulons nos droits les plus basiques pour survivre, à savoir, de la nourriture, de la farine. Nous voulons seulement ce qui est nécessaire pour survivre."

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Des enfants Palestiniens manifestent à Gaza city, le 12 mars. CCTV

Le porte-parole de l'Unicef a affirmé qu'entre le 1er et le 22 mars, un quart des 40 missions d'aide humanitaire dans le nord de Gaza ont été refusées.
"Il existe un ancien point de passage qui pourrait être utilisé dans le nord, à 10 minutes de l'endroit où ces personnes supplient pour avoir de la nourriture. À 10 minutes. En ouvrant ce point de passage, nous pourrions mettre fin à cette crise humanitaire en l'espace de quelques jours. Mais il reste fermé", s'est-il insurgé. À Gaza, a-t-il conclu, "l'aide vitale est entravée, des vies sont perdues, la dignité est bafouée".

12H29
Message d'Ismaïl Haniyeh

Le chef du Hamas palestinien pointe "l'isolement sans précédent" d'Israël

Le chef du mouvement islamiste palestinien Hamas, Ismaïl Haniyeh, a déclaré mardi à Téhéran que l'adoption d'une première résolution du Conseil de sécurité de l'ONU exigeant un cessez-le-feu dans la bande de Gaza démontrait "l'isolement politique sans précédent" d'Israël.

Hamas

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, s'exprime lors d'un point de presse après sa rencontre avec le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian à Téhéran, Iran, le mardi 26 mars 2024.

@AP Photo/Vahid Salemi

"Bien que cette résolution soit arrivée tardivement et qu'il puisse y avoir certaines lacunes devant être comblées, la résolution  montre que l'occupation israélienne connaît un isolement politique sans précédent", a dit le dirigeant palestinien après une réunion avec le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian.

 

11H31
Le Hamas demande l'ouverture des accès terrestres pour l'aide

Le Hamas annonce 18 morts dont 12 noyés en tentant de récupérer de l'aide parachutée

Le gouvernement du Hamas a annoncé mardi la mort de 18 personnes, dont 12 noyées en mer, en tentant de récupérer de l'aide alimentaire parachutée sur la bande de Gaza dévastée par la guerre.

(Re)voir Bande de Gaza : largage d'aide humanitaire

Il a appelé à "cesser immédiatement les opérations de largage aérien" et demandé l'ouverture "rapide" des accès terrestres pour l'aide. Outre les douze personnes noyées lundi, six personnes sont mortes dans des bousculades liées également à l'arrivée d'aides par parachutages, selon le bureau de presse du gouvernement du mouvement islamiste palestinien Hamas.

gaza

Un avion largue de l'aide humanitaire au-dessus du nord de la bande de Gaza, le mardi 26 mars 2024. 

@AP Photo/Ariel Schalit
11h26
32.414 morts, selon le Hamas

Le ministère de la Santé du Hamas annonce un nouveau bilan

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé mardi un nouveau bilan de 32.414 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre.

(Re)voir aussi Bande de Gaza : les enfants, victimes du conflit

Guerre à Gaza : faut-il espérer un cessez-le-feu pour le ramadan ?

En 24 heures, 81 morts supplémentaires ont été recensés, selon un communiqué du ministère, qui fait état de 74.787 blessés en cinq mois et demi de guerre.

gaza

Des Palestiniens pleurent leurs proches tués lors du bombardement israélien de la bande de Gaza dans la morgue d’un hôpital de Rafah, le mardi 26 mars 2024. 

@AP Photo/Fatima Shbair
11H40
Des dizaines de morts ces dernières heures

Pas de répit dans la guerre à Gaza

L'armée israélienne a de nouveau bombardé la bande de Gaza faisant ces dernières heures des dizaines de morts malgré un appel du Conseil de sécurité de l'ONU à un cessez-le-feu "immédiat" dans le territoire palestinien dévasté par la guerre et au bord de la famine.

(Re)voirBande de Gaza : l'hôpital al-Chifa visé par une offensive israélienne

Bande de Gaza : l'offensive à Rafah "aura lieu"

Gaza : situation d'insécurité alimentaire grave

Au sixième mois du conflit déclenché par une attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien Hamas contre Israël le 7 octobre, les sirènes d'alerte aux roquettes tirées depuis la bande de Gaza ont retenti dans le sud d'Israël, a indiqué l'armée israélienne sans faire état de victimes.

gaza

Des Palestiniens blessés lors des bombardements israéliens sur la bande de Gaza sont transportés à l'hôpital Al Aqsa à Deir al Balah, dans la bande de Gaza, le lundi 25 mars 2024. 

@AP Photo/Ismael abu dayyah
10H33
Israël accuse le Hamas et pointe du doigt l'ONU

Blocage des pourparlers de trêve à Gaza

Israël a rejeté mardi la responsabilité sur le Hamas pour l'absence d'avancée dans les pourparlers en vue d'une trêve à Gaza, estimant que le mouvement islamiste palestinien n'est "pas intéressé par la poursuite des négociations", selon un communiqué du bureau du Premier ministre, Benjamin Netanyahu.

"La position du Hamas prouve clairement qu'il n'est pas intéressé par la poursuite des négociations en vue d'un accord, et cette position témoigne malheureusement des dommages causés par la décision du Conseil de sécurité" de l'ONU, ajoute le communiqué.

 

10H03
Hôpital al-Nasser à Khan Younès

Opérations israéliennes autour d'un hôpital de Gaza, selon le ministère de la santé du Hamas

Les troupes israéliennes encerclent le complexe hospitalier al-Nasser dans la ville de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste palestinien Hamas et des témoins.

Des dizaines de véhicules blindés et de chars entourent les lieux depuis le matin, selon des témoins qui font état de tirs.

"L'armée assiège le complexe médical d'al-Nasser", indique le ministère de la Santé dans un communiqué, évoquant "des opérations violentes aux abords, en préparation d'un assaut contre le personnel médical, technique et administratif et contre les milliers de personnes déplacées encore présentes à l'intérieur".

Qui anime ce direct ?

AFP