Live terminé le 30 juin à 22h
Live démarré le 30 juin à 07H00

Guerre en Ukraine : Kiev affirme avancer dans "toutes les directions"

Partager
Image
Des soldats ukrainiens près de la ligne de front de Bakhmout, le 29 juin 2023
14
nouvelle(s) publication(s)
21h00

La Pologne veut rejoindre le programme de partage nucléaire de l’OTAN

La Pologne veut rejoindre le programme de partage nucléaire de l’OTAN en réponse aux projets de la Russie de déployer des armes nucléaires tactiques en Biélorussie, a déclaré le premier ministre Mateusz Morawiecki, au journal Gazeta Wyborcza.

"Nous ne voulons pas rester les bras croisés pendant que Poutine intensifie toutes sortes de menaces", a-t-il déclaré.

19h35

Zelensky ordonne de renforcer la frontière avec la Biélorussie après l'arrivée de Wagner

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a ordonné de renforcer la sécurité de la frontière avec la Bélorussie, face à l'arrivée, dans ce pays allié de Moscou, de combattants du groupe paramilitaire Wagner après la rébellion avortée.

"Sur décision de l'état-major, le commandant en chef (Valery) Zaloujny et le général (Serguiï) Naïev ont reçu l'ordre de renforcer la direction nord afin de garantir la paix", a indiqué Volodymyr Zelensky dans une vidéo diffusée sur Telegram.

Il a indiqué avoir été informé, ce vendredi, de la situation au Bélarus par les services de renseignement ukrainiens et étrangers, ainsi que par les gardes-frontières.

Dans un précédent message, le président ukrainien a évoqué des "mesures pour renforcer cette zone", sans les détailler.

19h15

Des sites d'information liés au patron de Wagner bloqués

Des portails d'informations appartenant au groupe médiatique Patriot, proche du patron du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, ont été bloqués par le gendarme russe des télécoms, après la rébellion armée avortée.

Plusieurs sites d'actualité politique et économique russe, dont Ria Fan, tous liés au groupe d'Evguéni Prigojine, étaient inaccessibles depuis la Russie. 

Leurs adresses internet figurent dans le registre "accès restreint" de Roskomnadzor, agence gouvernementale chargée de bloquer les contenus illégaux et extrémistes, mais aussi les médias et autres ressources bannies par les autorités.

D'autres médias liés au groupe Patriot, Nevskie Novosti et Ekonomika Segodnia, ont annoncé qu'ils cessaient leurs activités, selon leurs chaînes Telegram respectives.

18h55

Le chef de l’armée ukrainienne demande plus d’armes pour son offensive

"Pendant que des décisions sont en train d’être prises, il est évident que beaucoup de personnes meurent, chaque jour, et en grand nombre. Simplement parce que les décisions ne sont pas prises tout de suite", a déclaré au Washington Post, Valeri Zaloujny, le commandant en chef de l’armée ukrainienne.

Il estime que l’armée ukrainienne est limitée dans sa contre-offensive par un manque d’armement, notamment d’avions de combat. Pour rivaliser avec la puissance aérienne russe, "l’Ukraine a besoin des avions de combat F-16" promis, martèle le général en chef.

15h15
Aide à l'Ukraine

Le Danemark va donner 174 millions d'euros supplémentaires à l'Ukraine

Le Danemark va débloquer 1,3 milliard de couronnes (174 millions d'euros) supplémentaires à l'Ukraine, principalement destinés à financer du matériel de défense aérienne, des munitions et des véhicules.

"Il s'agit d'un don important, que nous avons constitué en fonction des souhaits et des besoins de l'Ukraine, et qui soutiendra la lutte de l'Ukraine contre les troupes d'invasion russes", a déclaré le ministre de la Défense par intérim, Troels Lund Poulsen.

Dans ce don, 300 millions de couronnes danoises seront alloués à l'achat conjoint par l'Union européenne de munitions d'artillerie pour l'Ukraine. Créé en mars pour rassembler l'effort danois à l'Ukraine, le "fond pour l'Ukraine" avait déjà provisionné plus de 7,5 milliards de couronnes (1 milliard d'euros) pour 2023. 10,4 milliards de couronnes ont déjà été alloués à ce fond pour 2024.

Selon le gouvernement danois, ces dépenses lui permettront de consacrer 2% de son PIB à sa défense d'ici 2030, un objectif de l'Otan dont le pays scandinave est membre.

12h36
Centrale de Zaporijia

L’Ukraine multiplie les alertes sur un risque d’accident nucléaire provoqué par la Russie

La Russie réduit sa présence à la centrale nucléaire de Zaporijia, a averti vendredi la direction du renseignement militaire ukrainien (BRU). Les troupes russes auraient été redéployées en Crimée.

Le chef du renseignement ukrainien, Kyrlo Budanov, a déclaré que Moscou aurait "miné" quatre des six unités électriques, ainsi qu'un bassin de refroidissement. La semaine dernière, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a déclaré que les Russes complotaient un "attentat terroriste".

Selon Kiev, plusieurs représentants de l'agence nationale russe pour l'énergie nucléaire, Rosatom, sont déjà partis. Parmi eux, l'inspecteur en chef de la centrale, le chef du service juridique et l'adjoint chargé des approvisionnements.

Les employés ukrainiens restés à la centrale et obligés à collaborer avec Rosatom ont reçu l'ordre d'évacuer d'ici lundi, de préférence vers la Crimée, a-t-il ajouté.

Tweet URL

Depuis qu'elle s'est emparée du complexe énergétique l'année dernière, l'armée russe l'a transformé en une base militaire. Les troupes ont déplacé du matériel dans les salles des turbines, y compris des véhicules blindés et des munitions. Les soldats ont utilisé le territoire pour bombarder des villes ukrainiennes à travers le réservoir de Dnipro.

Celui-ci s'est  asséché après l'explosion du barrage de Kakhovka au début du mois. Les gouvernements occidentaux et Kiev affirment que la Russie a délibérément saboté le barrage afin d'empêcher la contre-offensive ukrainienne.

D'anciens ouvriers de la centrale de Zaporijia ont déclaré qu'il serait difficile d'endommager les réacteurs, car ceux-ci étaient protégés par de l'acier épais et du béton. Mais ils ont déclaré que le petit bassin de refroidissement – ​​que les Russes auraient exploité – était plus vulnérable, tout comme une zone de stockage à sec utilisée pour le combustible nucléaire usé.

Une explosion dans le bassin de refroidissement pourrait entraîner une fusion nucléaire partielle similaire à l'accident de Three Mile Island en 1979 dans l'État américain de Pennsylvanie, a déclaré Oleksiy Kovynyev, un ancien ingénieur principal. 

Avant l'invasion russe de l'Ukraine, la centrale employait 11 500 travailleurs. Ils ne seraient à présent que 2 500. Certains, dont le directeur ukrainien du complexe, ont signé des contrats de collaboration avec Rosatom. D'autres ont refusé et se sont vu retirer leur laissez-passer.

14h05
Groupe Wagner

Sergueï Lavrov estime que la Russie sera "plus forte" après la rébellion de Wagner

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

Service de presse du ministère russe des Affaires étrangères via AP

Une semaine après la révolte du groupe paramilitaire Wagner qui a ébranlé le pays, les autorités russes tentent d'afficher un retour à la normale. "La Russie est toujours sortie plus solide, plus forte, de toutes les difficultés (...) Cela sera encore le cas cette fois. Nous sentons déjà que ce processus a commencé", a déclaré vendredi 30 juin le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Il a également précisé que l'avenir de la milice en Afrique dépendra des "pays concernés", au moment où les pressions occidentales se multiplient. "Le sort de ces arrangements entre les pays africains et le groupe Wagner relève avant tout de la décision des gouvernements des pays concernés de poursuivre ou non cette forme de coopération".

Si Evguéni Prigojine a rapidement abandonné sa mutinerie et s'est exilé au Bélarus, ses hommes doivent désormais choisir de le suivre, s'engager dans l'armée russe régulière ou retourner à la vie civile. Le groupe doit aussi rendre ses équipements et armes lourdes.

La Centrafrique, principal pays africain où Wagner est implanté, a affirmé lundi que la Russie continuera d'opérer sur place, avec ou sans le groupe paramilitaire.

La France a de son côté appelé mercredi tous les pays impliqués à se dissocier de Wagner et s'est dite prête à imposer des sanctions supplémentaires pour les crimes que ce groupe est accusé de commettre sur ses théâtres d'opération.

Les activités du groupe seront aussi visées par de nouvelles sanctions américaines, notamment en Centrafrique, selon Washington.

13h55
Influence russe

Le Kazakhstan dénonce des tentatives de recrutement de ses citoyens dans l’armée russe

Le Kazakhstan a reconnu pour la première fois des tentatives d’enrôlement de ses citoyens dans l’armée russe pour combattre en Ukraine, sujet sensible dans ce pays d’Asie centrale allié de Moscou, mais souhaitant rester neutre dans cette guerre. "Nous avons observé dans notre région des tentatives de recrutement de la population locale vers la Fédération de Russie pour participer au conflit armé en Ukraine", a annoncé jeudi soir dans un communiqué le procureur de la région de Kostanaï, dans le nord du pays. Cette immense région, à la superficie égale à un tiers de la France, est frontalière de la Russie, et plus de 40 % des quelque 880 000 habitants sont d’origine russe.

Il s’agit de la première déclaration en ce sens des autorités kazakhes, alors que des dizaines de citoyens originaires des ex-républiques d’Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan) ont déjà été tués en combattant en Ukraine, d’après des médias locaux. Les autorités kazakhes ont à plusieurs reprises exhorté leurs citoyens à ne pas se battre en Ukraine, alors que l’armée russe tente d’attirer des recrues pour combler ses pertes, promettant divers avantages. Les migrants originaires des ex-républiques soviétiques d’Asie centrale et vivant en Russie, démunis économiquement, loin de leur pays d’origine et généralement russophones, sont ainsi devenus des cibles de choix.

Le procureur de Kostanaï a également évoqué les appels au séparatisme de certains citoyens kazakhs. Ces derniers mois, quelques citoyens kazakhs ont été condamnés pour séparatisme, généralement prorusse, et des propagandistes russes ont menacé à plusieurs reprises le Kazakhstan d’être la prochaine cible des velléités expansionnistes du Kremlin.

Le Kazakhstan partage avec la Russie la plus longue frontière terrestre ininterrompue au monde : 7 500 km.

12h38
Reconstruction de l'Ukraine

La banque mondiale approuve un prêt pour la reconstruction de l'Ukraine

La Banque mondiale a approuvé un prêt de 1,5 milliard de dollars à l'Ukraine pour soutenir les politiques de développement et de reconstruction du pays, selon le service de presse de l'organisation.

Le prêt, comme l'a rapporté le Kyiv Post, sera utilisé pour "assurer la transparence dans l'utilisation des fonds publics et renforcer le système de sécurité sociale".

11h34
PROGRESSION UKRAINIENNE

Les troupes ukrainiennes affirment progresser "dans toutes les directions"

Des soldats ukrainiens réparent un char Leopard 2 dans la région de Zaporijia, en Ukraine, le 21 juin 2023.

Des soldats ukrainiens réparent un char Leopard 2 dans la région de Zaporijia, en Ukraine, le 21 juin 2023.

AP Photo/Andriy Andriyenko, Dossier

Les soldats ukrainiens avancent dans "toutes les directions" de leur contre-offensive contre les forces russes, annonce Hanna Maliar, la vice-ministre de la défense ukrainienne. "Si nous parlons du front en général, à l’est et au sud, nous avons pris l’initiative stratégique et nous avançons dans toutes les directions", a-t-elle précisé, sans qu’il soit possible de vérifier ces annonces.

La dirigeante ukrainienne a affirmé que les troupes de Kiev progressaient "avec confiance" dans les environs de la ville dévastée de Bahhmout. "Dans le Sud, nous avançons avec des succès divers, parfois il y a des jours où c’est plus d’un kilomètre, parfois c’est moins, parfois c’est jusqu’à deux kilomètres", a ajouté Hanna Maliar.

Tweet URL

Hier, dans son compte rendu vidéo, l’armée ukrainienne fournissait quelques détails, évoquant des avancées dans la région de Berdiansk, Klishchiivka, Kurdiumivka. Elle notait la résistance des troupes ukrainiennes sur le front de Lyman et l’arrivée de renforts russes dans les régions de Melitopol et Zaporijia.

La Russie présente la contre-offensive ukrainienne comme un échec patent et assure que les forces ukrainiennes ont subi de lourdes pertes. Le président ukrainien, Volodimir Zelensky, a déclaré la semaine dernière que la contre-offensive progressait plus lentement que voulu mais que Kiev n’était pas pressé d’accélérer la cadence.

11h07
Soupçons d'espionnage

Arrestation en Pologne d'un hockeyeur russe suspecté d'espionnage au profit de la Russie

"Les espions russes tombent un à un !", annonce Zbigniew Ziobro, le ministre de la justice polonais, sur Twitter. Un joueur de hockey russe soupçonné d’espionnage au profit de la Russie a été arrêté en Pologne, où il évoluait dans le championnat national, a annoncé le gouvernement.

Tweet URL

"L’homme qui est détenu est un sportif professionnel d’un club de hockey de première division", a ajouté le gouvernement, précisant que le suspect résidait en Pologne depuis 2021. "Sur le territoire de la Pologne, il a effectué des tâches de renseignement étranger, notamment l’identification d’infrastructures sensibles dans plusieurs voïvodies [districts administratifs]", ajoute le gouvernement. Le ressortissant russe a été arrêté le 11 juin dans la voïvodie de Silésie, dans le sud de la Pologne, a fait savoir la même source sans fournir de détails sur l’équipe de hockey dans laquelle le suspect a joué.

Les suspects, identifiés comme des étrangers, ont mené des activités de renseignement et de propagande contre la Pologne.

Selon le parquet national, le détenu est la 14e personne interpellée dans le cadre d’une enquête sur un "réseau d’espionnage collaborant avec les services spéciaux russes". "Les suspects, identifiés comme des étrangers venant de l’autre côté de la frontière orientale [polonaise], ont mené des activités de renseignement et de propagande contre la Pologne", a déclaré le bureau du procureur dans un communiqué. Le gouvernement a ajouté que l’une des tâches des groupes était "la surveillance des itinéraires ferroviaires" et répandre de "la propagande contre l’OTAN, la Pologne et la politique du gouvernement polonais".

La Russie a "vivement protesté" contre ces arrestations, et exigé des "explications""Nous exprimons notre vive protestation envers Varsovie. Nous exigeons qu'une explication immédiate et complète soit fournie à la Russie", a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, cités par les agences de presse TASS et Ria Novosti.

09h30
SOMMET DE l'UE

La Hongrie bloque la nouvelle tranche d'aide militaire de l'UE à l'Ukraine

La Hongrie rejette les plans de la Commission européenne visant à accorder davantage de fonds à l’Ukraine, a déclaré vendredi le Premier ministre Viktor Orbán à la radio hongroise.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán

AP Photo/Vadim Ghirda

"Une chose est claire, nous les Hongrois... ne donnerons pas plus d'argent à l'Ukraine tant qu'ils n'auront pas dit où sont allés les 70 milliards d'euros des fonds d'aide précédents", a déclaré Viktor Orbán. "Et nous trouvons tout à fait ridicule et absurde de débloquer encore plus d'argent pour financer les frais de service d'un prêt dont nous n'avons toujours pas reçu les fonds que nous sommes en droit d'obtenir."

Le Premier ministre hongrois s'exprimait en marge du sommet de l'UE à Bruxelles. Budapest - avec Varsovie - n'a pas reçu sa part du fonds de relance de européen à cause de son différend avec les institutions européennes sur l'état de droit.

"Personne n’est venu ici pour donner plus de sous aux bureaucrates de l’UE", a précisé M. Orbán. "C’est absurde (…), la proposition n’a aucune chance d’être approuvée", a-t-il estimé. Le dirigeant, qui maintient le contact avec Moscou, a par ailleurs appelé de nouveau à un cessez-le-feu dans un conflit que Kiev ne peut gagner selon lui. "Un an et demi s’est écoulé : il y a zéro résultat, le bilan est même négatif (…). Il ne faut pas verser de l’argent pour continuer la guerre", a martelé Viktor Orbán.

L’UE a martelé son engagement sur la durée au côté de Kiev. "Il est important que nous doublions le soutien à l’Ukraine, pour la capacité militaire et l’aide financière", a plaidé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Elle a proposé le 20 juin aux Etats membres d’approuver un paquet d’aide de 50 milliards d’euros pour soutenir l’Ukraine jusqu’en 2027, dans le cadre d’une rallonge du budget pluriannuel de l’UE.

09h15
Menace Nucléaire

Plusieurs oblasts effectuent des exercices en vue d’une éventuelle attaque contre la centrale de Zaporijia

Des secouristes ukrainiens portant des combinaisons de radioprotection déplacent un homme dans une ambulance lors d'un exercice à Zaporijia, en Ukraine, le 29 juin 2023

Des secouristes ukrainiens portant des combinaisons de radioprotection déplacent un homme dans une ambulance lors d'un exercice à Zaporijia, en Ukraine, le 29 juin 2023

AP Photo/Evgeny Maloletka

Le ministère de la santé ukrainien a appelé la semaine dernière ses compatriotes à ne pas paniquer, mettant en garde contre la prise de comprimés d’iode, après la déclaration du président Volodymyr Zelensky qui accusait Moscou de préparer un « attentat » contre une centrale nucléaire occupée.

Sur Telegram, Iouri Malachko, gouverneur de l’oblast du sud de l’Ukraine où se trouve la centrale, a déclaré que des exercices d’intervention en cas de catastrophe nucléaire s’étaient déroulés dans la ville de Zaporijia et dans le rayon qui l’entoure pour coordonner la réponse de tous les services à une « situation d’urgence » à la centrale nucléaire, occupée par les forces armées russes. Selon les services ukrainiens, ces dernières quittent progressivement le territoire de la centrale.

Tweet URL

Des exercices similaires se sont déroulés au cours des derniers jours dans les oblasts de Kherson, Mykolaïv et Dnipropetrovsk.

02h00
PROGRESSION UKRAINIENNE

Les forces ukrainiennes avancent "lentement mais sûrement" sur le front Est et Sud-Ouest

L'Ukraine a affirmé progresser lentement dans l'Est, après bientôt un mois de contre-offensive, la Russie affirmant de son côté avoir tué deux généraux ukrainiens dans une frappe sur la ville de Kramatorsk, près du front.

"Nous avançons près de Bakhmout et ça continue", a déclaré sur Telegram le commandant des forces terrestres ukrainiennes, Oleksandre Syrsky.

Depuis plusieurs semaines, l'armée ukrainienne est à l'attaque sur les flancs de Bakhmout, épicentre des combats dans le Donbass, progressant petit à petit, tandis que les Russes gardent pour le moment le contrôle de la ville conquise en mai.

Qui anime ce direct ?

avec agences
Les faits

L'Ukraine a affirmé progresser lentement dans l'est, après bientôt un mois de contre-offensive. "Nous avançons près de Bakhmout et ça continue", a déclaré sur Telegram le commandant des forces terrestres ukrainiennes, Oleksandr Syrsky.