Direct démarré à 04h45 (TU)

Des drones frappent des immeubles à Moscou; la Russie prête à répliquer avec l'arme nucléaire si la contre-offensive ukrainienne réussit affirme Medvedev

La Russie annonce avoir déjoué deux attaques ukrainiennes, l'une de 3 drones contre Moscou et l'autre de 25 drones en Crimée, péninsule annexée par Moscou, dans la nuit de samedi 29 à dimanche 30 juillet. L'ancien président russe Dmitri Medvedev a affirme que la Russie n'hésiterait pas à utiliser l'arme nucléaire en cas de succès de la contre-offensive ukrainienne.

Partager
Image
Immeuble à Moscou

Les enquêteurs examinent une zone à côté du gratte-ciel endommagé dans le quartier des affaires de "Moscow City" après une attaque de drone signalée à Moscou, en Russie, tôt le dimanche 30 juillet 2023.

(AP Photo)
15
nouvelle(s) publication(s)
17h00
Wagner au Bélarus

Le ministre de l'Intérieur lituanien envisage de fermer la frontière avec le Bélarus si Wagner déstabilise la zone

Arnoldas Abramavicius a annoncé ce soir qu'il envisageait avec la Pologne la possibilité de fermer la frontière avec le Bélarus mais tout dépendait de jusqu'où le régime de Loukachenko est capable d'aller avec le groupe Wagner.

Le ministre de l'Intérieur lituanien a précisé les actions qu'il craint de la part des mercenaires russes, qui pourraient tenter de passer la frontière "en se faisant passer pour des réfugiés ou des migrants illégaux cherchant les ennuis". Dans certains cas, "les gouvernements qui ont déjà ressenti la pression de l'immigration illégale voudront peut-être mettre en place des actions conjointes" a-t-il ajouté.

Arnoldas Abramavicius a évoqué la Pologne qui surveille de près l'activité de Wagner et qu'elle a accusé de vouloir se diriger vers le couloir de Suwalki, mouvements que la Lituanie n'a pas observé, en soulignant que "la Pologne en tant que puissance militaire n'est pas en danger, je crois, mais ce genre d'action pourrait être interprété comme une provocation."

16h45
Décoloniser

Un symbole soviétique enlevé d'un des monuments emblématiques de Kiev

L'emblème de la Russie soviétique qui ornait le monument à la Patrie à Kiev a été finalement enlevé. Une tâche difficile car l'écusson en acier pèse au moins 120 kilos.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Kiev, monument à la Mère-Patrie, ce 30 juillet 2023.

Le monument entièrement en acier, a été inauguré par Brejnev le 9 mai 1981. Il est haut de 120 mètres (socle de 40 mètres compris).

Le monument à la Mère-Patrie de Kiev

Le monument à la Mère-Patrie de Kiev. Ici visité par le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, le 19 juillet 2023.

© Clodagh Kilcoyne/Pool Photo via AP

L'épée que brandit le personnage est longue de 16 m et pèse 9 tonnes ; elle a été raccourcie, car sa pointe était plus haute que la croix du monastère de la Laure des Grottes de Kiev, lui-même objet d'un contentieux entre l'Église orthodoxe et le gouvernement ukrainien.

Son autre main porte un bouclier de 13 m par 8 m, sur lequel figure l'emblème de l'Union soviétique.

L'emblème soviétique va être remplacé par le trident ukrainien le jour de l'Indépendance ukrainienne le 24 août.

14h29

La guerre arrive en Russie déclare Zelensky

La guerre arrive "en Russie, dans ses centres stratégiques et ses bases militaires", a affirmé dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky après l'attaque de drones qui a visé un quartier d'affaires à Moscou.

Tweet URL

"Progressivement, la guerre revient sur le territoire de la Russie, dans ses centres symboliques et ses bases militaires, et c'est un processus inévitable, naturel et absolument juste", a-t-il déclaré lors de son adresse quotidienne, en marge d'une visite à Ivano-Frankivsk (ouest).
 

12h05
Visite aux blessés

Volodomyr Zelensky rend hommage au personnel soignant

Le président ukrainien s'est rendu au près de soldats blessés à Ivano-Frankivsk, une ville proche de la Moldavie. 

Tweet URL

 

Il s'est rendu dans un centre de rééducation qui travaille avec des spécialistes étrangers. Volodomyr Zelensky a remis des médailles et remercié les médecins et le personnel médical pour leur travail. Il a annoncé chercher des fonds et de l'aide internationale afin de créér un centre de réhabilitation physique et psychique pour les soldats revenus du front.

11h05
Parade navale

Poutine et plusieurs dirigeants africains assistent à une parade navale à Saint-Pétersbourg

Le 30 juillet est la fête de la marine nationale russe. L'occasion de préparer une parade navale à Saint-Pétersbourg à laquelle était conviés plusieurs dirigeants africains après le sommet Russie-Afrique. 

Parade navale à Saint-Pétersbourg pour la fête de la Marine nationale russe le 30 juillet 2023

Parade navale à Saint-Pétersbourg pour la fête de la Marine nationale russe le 30 juillet 2023

© AP Photo/Dmitri Lovetsky

Dans son discours précédant la parade, Vladimir Poutine a salué "les équipages courageux des navires et des sous-marins" russes, qui jouent un rôle dans l'offensive en Ukraine, notamment la flotte de la mer Noire qui prend part régulièrement à des bombardements. 

"Au nom de la Russie, nos marins donnent toute leur force, montrent un véritable héroïsme et se battent vaillamment, comme nos grands ancêtres", a poursuivi Vladimir Poutine, qui n'a toutefois pas fait référence au conflit en Ukraine dans son discours.

Vladimir Poutine avec des dirigeants africains ayant participé au Sommet Russie-Afrique, montent sur une vedette de la Marine nationale russe pour assister à la parade navale

Vladimir Poutine, avec des dirigeants africains ayant participé au Sommet Russie-Afrique, montent sur une vedette de la Marine nationale russe pour assister à la parade navale. Saint-Pétersbourg 30 juillet 2023.

© AP Photo/Dmitri Lovetsky

La Russie "renforce constamment la puissance de sa marine", a-t-il ajouté.

Quarante-cinq navires de surface et sous-marins et environ 3.000 marins participaient à la parade dans l'ancienne capitale impériale à l'occasion de la Journée de la Flotte russe, largement célébrée à travers le pays.

Elle a eu lieu juste après le sommet Russie-Afrique organisé jeudi et vendredi dans la même ville. Quatre chefs d'Etat africains - les dirigeants burkinabé Ibrahim Traoré, malien Assimi Goïta, congolais Denis Sassou-Nguesso et érythréen Isaias Afwerki - y ont assisté aux côtés du président russe.

10h50
Nucléaire

Medvedev brandit l'arme nucléaire

L'ancien président russe Dmitri Medvedev a rappelé par un tweet, que rien n'empêcherait la Russie d'utiliser l'arme nucléaire si la contre-offensive ukrainienne réussissait.

Il explique qu'en repoussant les attaques ukrainiennes, les forces russes empêchent le conflit de devenir global.  "Imaginez que cette offensive soutenue par l'OTAN réussisse et qu'ils prennent une partie de notre territoire : dans ce cas nous devrions utiliser l'arme nucléaire, comme il est dit dans le décret de notre président du 2 juin 2020."

Tweet URL
10h43
Appel du Pape

Le pape appelle la Russie à revenir à l'accord céréalier avec l'Ukraine

Le pape François a appelé dimanche les autorités russes à revenir à l'accord qui autorisait les exportations de céréales ukrainiennes par la mer Noire malgré la guerre, invoquant les millions de personnes souffrant de la faim.

"Ne nous arrêtons pas de prier pour l'Ukraine martyrisée où la guerre détruit tout, y compris le blé et ceci représente une grave offense à Dieu, parce que le blé est son don pour nourrir l'humanité et le cris de millions de frères et de soeurs qui souffrent de la faim monte au ciel", a-t-il dit après la prière de l'Angélus devant des milliers de pèlerins réunis place Saint-Pierre.

"Je lance un appel à mes frères, les autorités de la Fédération russe, pour que soit rétablie l'initiative de la mer Noire et le blé puisse être transporté en sécurité", a conclu le pape argentin.

La Russie a suspendu il y a deux semaines cet accord, entraînant une hausse des prix des céréales qui touche particulièrement les pays les plus pauvres.

08h05
Paix

Pour Vladimir Poutine, le plan africain pourrait être une base de paix mais certains éléments sont "difficiles ou impossibles à réaliser", selon The Guardian

Vladimir Poutine a déclaré que le plan africain pourrait être la base de la paix, mais des éléments "difficiles ou impossibles", selon The Guardian.

Vladimir Poutine a parlé de l'initiative de paix africaine lors d'une conférence de presse après avoir rencontré des dirigeants africains à Saint-Pétersbourg, où ils l'ont pressé d'aller de l'avant avec leur plan de paix.

Le président russe a dit que la proposition africaine pourrait être une base pour la paix en Ukraine, mais que les attaques ukrainiennes l'ont rendue difficile à réaliser.

"Il y a des dispositions de cette initiative de paix qui sont mises en œuvre", a-t-il dit. "Mais il y a des choses difficiles ou impossibles à réaliser."

Pour lui, l'un des points de l'initiative était un cessez-le-feu. "Mais l'armée ukrainienne est à l'offensive, elle attaque, elle met en œuvre une opération offensive stratégique à grande échelle... Nous ne pouvons pas cesser le feu lorsque nous sommes attaqués."

Sur la question du lancement des pourparlers de paix, il a déclaré : "Nous ne les avons pas rejetés... Pour que ce processus puisse commencer, il doit y avoir un accord des deux côtés".

Volodymyr Zelensky a rejeté l'idée d'un cessez-le-feu maintenant qui laisserait à la Russie le contrôle de près d'un cinquième de son pays et donnerait à ses forces le temps de se regrouper après 17 mois de guerre. Moscou a longtemps fait valoir qu'il était ouvert au dialogue, mais Kiev devrait accepter ses "nouvelles réalités territoriales".

07h31
Attaque en Crimée

Moscou affirme avoir repoussé une attaque de drones ukrainiens en Crimée

Le ministère russe de la Défense a affirmé dimanche matin que ses forces avaient repoussé dans la nuit une attaque menée par 25 drones ukrainiens en Crimée, péninsule annexée par Moscou.

"Seize drones ukrainiens ont été détruits par la défense anti-aérienne", a indiqué le ministère, précisant que l'attaque n'avait pas fait de victimes.

02h57
Attaque déjouée

L'attaque de drones sur Moscou a été déjouée (ministère russe de la Défense)

L'attaque de trois drones ukrainiens contre Moscou a été déjouée, a déclaré dimanche le ministère russe de la Défense. 

"La tentative d'attaque terroriste du régime de Kiev avec des drones sur des cibles dans la ville de Moscou a été déjouée", a indiqué le ministère sur Telegram, ajoutant qu'un drone avait été abattu et que deux autres, "neutralisés par la guerre électronique", s'étaient écrasés sur un complexe de bâtiments.

02h46
Fermeture d'aéroport

L'aéroport international Vnoukovo de Moscou brièvement fermé, reprise des vols (agence TASS)

L'aéroport international Vnoukovo de Moscou a été brièvement fermé au trafic avant que les vols ne reprennent tôt dimanche, a rapporté l'agence de presse russe TASS, après que le maire de la ville a annoncé qu'une frappe de drones ukrainiens avait touché deux bâtiments de la capitale.

"L'aéroport Vnoukovo de la capitale est fermé aux départs et aux arrivées, les vols sont redirigés vers d'autres aéroports", avait indiqué l'agence TASS, annonçant, peu après, la reprise des vols.

02h09
Attaque sur Moscou

Des drones ukrainiens frappent deux bâtiments à Moscou, pas de victimes (maire)

Une attaque nocturne de drones ukrainiens sur Moscou a endommagé deux immeubles de bureaux, a déclaré tôt dimanche le maire de la capitale russe, ajoutant que personne n'avait été blessé.

"Des drones ukrainiens ont attaqué cette nuit. Les façades de deux tours de bureaux de la ville ont été légèrement endommagées. Il n'y a pas de victimes ni de blessés", a indiqué le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, sur Telegram.

Les attaques contre Moscou et ses environs, situés à près de 500 kilomètres de la frontière ukrainienne, étaient assez rares depuis le début du conflit en février 2022, jusqu'à ce que plusieurs incursions de drones se produisent en 2023.

Celle rapporté dimanche est la dernière d'une série d'attaques de drones -- dont contre le Kremlin et des villes russes près de la frontière avec l'Ukraine -- que Moscou attribue à Kiev.

Plus tôt en juillet, la Russie a affirmé avoir abattu cinq drones ukrainiens qui avaient perturbé le fonctionnement de l'aéroport international de Vnoukov, à Moscou. 

Ces attaques interviennent quelques semaines après le lancement de la contre-offensive ukrainienne, destinée à reprendre les territoires occupés par la Russie.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a blâmé ces attaques qui "seraient impossibles sans l'aide apportée au régime de Kiev par les Etats-Unis et ses alliés de l'Otan", selon lui. 

23h30
Attaque russe

La ville ukrainienne de Soumy frappée par un missile russe, au moins un mort

Au moins un civil est mort samedi soir dans la frappe d'un missile russe sur la ville ukrainienne de Soumy, dans le nord-est du pays, a annoncé la police, faisant état de cinq blessés lors de cette attaque qui a touché un établissement éducatif. 

Ce dimanche, le bilan a été revu à la hausse. Les autorités locales ont fait état de deux morts et 20 blessés.

"Le soir du 29 juillet, un missile ennemi a frappé un établissement éducatif. Des agents de police travaillent sur la scène, mesurant les conséquences" de l'attaque, a expliqué la même source sur Telegram, rapportant un bilan initial d'"au moins un civil mort et cinq blessés".

"La police, les secouristes et les médecins sont actifs sur place", a précisé la police. La lutte contre les "conséquences de l'incendie" provoqué par le tir de missile est en cours, a-t-elle poursuivi.

Selon le média public Suspilne, l'un des bâtiments de la structure éducative a été détruit par l'explosion qui s'est produite "vers 20H00" locales (17H00 GMT). Sur des images diffusées par Suspilne, apparaissent les décombres de cet édifice.

Début juillet, une attaque de drones russes avait frappé un immeuble d'habitation à Soumy, faisant trois morts et 21 blessés.

05h03
Repression

Poutine défend l'arrestation des voix critiques pendant le conflit armé avec l'Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine a défendu samedi la répression grandissante visant la société civile et les voix critiques en Russie, l'estimant nécessaire dans le cadre de l'offensive russe en Ukraine. 

"Nous sommes en 2023 et la fédération de Russie est engagée dans un conflit armé avec un voisin. Et je pense qu'il faut adopter une certaine attitude à l'égard des personnes qui nous causent des dommages à l'intérieur du pays", a-t-il déclaré durant une conférence de presse avec des journalistes russes.

"Nous devons garder à l'esprit que pour réussir, y compris dans une zone de conflit, nous devons suivre certaines règles", a-t-il poursuivi.

Vladimir Poutine répondait à un journaliste du quotidien russe Kommersant lui demandant de commenter les arrestations récentes d'un politologue et d'une metteuse en scène, Boris Kagarlitsky et Evguénia Berkovitch.

"Ces gens ont été arrêtés pour les mots qu'ils ont dits ou écrits, est-ce normal?", a demandé le journaliste, faisant le rapprochement avec les purges staliniennes de 1937.

Politologue réputé spécialiste de la gauche en Russie, Boris Kagarlitsky a été inculpé cette semaine pour "appels publics au terrorisme" et placé en détention provisoire à Syktyvkar, dans le Grand Nord russe. Il avait publiquement exprimé son opposition à l'offensive en Ukraine.

Evguénia Berkovitch a elle été arrêté début mai et accusée d'"apologie du terrorisme" pour une pièce qu'elle a mise en scène en 2020, racontant l'histoire de femmes russes recrutées sur internet pour épouser des islamistes en Syrie. 

Vladimir Poutine a dit entendre leurs noms "pour la première fois" et "ne pas vraiment comprendre ce qu'ils ont fait ou ce qu'on leur a fait", ajoutant qu'il donnait juste son "opinion générale sur le problème".

Depuis le début de l'offensive des troupes russes en Ukraine et l'adoption de lois interdisant toute parole critique, plusieurs médias indépendants russes ont été obligés de suspendre leurs activités ou quitter le pays et de nombreux opposants se sont exilés ou ont été emprisonnés.

Des milliers d'amendes et plusieurs lourdes peines de prison ont visé pêle-mêle anonymes, militants et intellectuels.

20h19
Pourparlers

L'Arabie saoudite prévoit des pourparlers sur la guerre en Ukraine (responsables)

L'Arabie saoudite prévoit d'organiser des pourparlers le weekend prochain pour discuter des moyens de promouvoir la paix en Ukraine, convoquant des représentants de Kiev, des puissances occidentales et des pays en développement, selon des responsables. 

La Russie n'assistera pas à la réunion qui se tiendra à Jeddah, tout comme elle n'a pas participé à un forum similaire organisé le mois dernier à Copenhague, ont déclaré trois responsables basés dans le Golfe.

La liste complète des participants n'était pas encore disponible, bien que des pays comme le Royaume-Uni et le Japon soient attendus, ont indiqué ces responsables.

Le Wall Street Journal a fait état de ces pourparlers organisés par l'Arabie saoudite, indiquant que les pays en développement tels que le Brésil qui ont assisté à la réunion de Copenhague devaient également être présents à Jeddah.

Il s'agit du dernier effort diplomatique du royaume saoudien lié au conflit en Ukraine.

En mai, l'Arabie saoudite avait accueilli le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'un sommet de la Ligue arabe à Jeddah, où il a accusé certains dirigeants arabes de fermer les yeux sur les horreurs de l'invasion russe.

Ryad a soutenu les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU dénonçant l'invasion russe ainsi que l'annexion déclarée par la Russie de territoires dans l'est de l'Ukraine.

Dans le même temps, il a continué une étroite coordination avec la Russie sur la politique énergétique, y compris les réductions de production de pétrole approuvées en octobre dernier qui, selon Washington, revenaient à l'époque à "s'aligner sur la Russie" dans la guerre.

Qui anime ce direct ?

avec agences
Les faits

Ce dimanche 30 juillet, la Russie fête sa marine nationale. Poutine a annoncé dans un discours solennel la création de 30 nouveaux navires de guerre.

Vladimir Poutine a évoqué les propositions chinoises affirmant qu'elles pourraient servir de base pour négocier la paix mais certains éléments sont "impossibles ou difficiles" à mettre en œuvre.

Dans la nuit du 29 au 39 juillet, une attaque de drones a endommagé des immeubles de bureau dans Moscou et obligé le maire de la capitale à fermer l'aéroport de Vnukovo.

Le ministère de la Défense russe affirme avoir déjoué une attaque de 25 drones ukrainiens contre la péninsule de Crimée.

Selon le ministère de la Défense britannique, 300 tentes et 200 véhicules ont été vus sur des images satellite prises le 19 juillet à Tsel, au Bélarus, prouvant la présence de mercenaires Wagner.

Le pape François appelle la Russie à revenir à l'accord céréalier avec l'Ukraine.