Quel est le rôle de la présidence du GIEC ?

Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) est réuni au Kenya pour élire son nouveau président ce 26 juillet. Quelle place occupe-t-il au sein de cet organe des Nations unies ?

Image
GIEC

Des femmes pakistanaises traversent des terres inondées pour se rendre à Shikarpur, dans la province de Sindh au Pakistan, le 2 septembre 2022.

AP Photo/Fareed Khan
Partager2 minutes de lecture

Qui succèdera au Sud-Coréen Hoesung Lee à la tête du GIEC ? Ce 26 juillet, les experts du climat sont réunis à Nairobi pour élire le scientifique qui présidera ses travaux pour la décennie en cours. Hoesung Lee, économiste spécialisé sur les questions d'énergie, avait succédé à l'Indien Rajendra Pachauri, arrivé en 2002. Il avait dû démissionner en février 2015 en raison d'accusations de harcèlement sexuel par une de ses collaboratrices en Inde. Rajendra Pachauri est décédé en 2020.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

 

Quatre personnes sont en lice pour succéder à l’actuel président. la Brésilienne Thelma Krug, ancienne chercheuse à l’Institut national de recherche spatiale au Brésil et déjà coprésidente du GIEC, et la Sud-Africaine Debra Roberts, biogéographe spécialisée dans les questions d'urbanisation et actuelle coprésidente du groupe de travail II du GIEC, qui évalue les effets du changement climatique sur les sociétés et les écosystèmes. Il y a également le Belge Jean-Pascal van Ypersele, climatologue candidat malheureux de la dernière élection et le Britannique Jim Skea, enseignant en énergies durables et coprésident du troisième groupe de travail sur l'atténuation des changements climatiques.

Depuis quand existe le GIEC ?

  • Le GIEC a été créé en 1988 par l'ONU. 
  • C'est un organe scientifique qui réunit 195 pays, avec pour mission de "fournir des évaluations détaillées de l’état des connaissances scientifiques, techniques et socio-économiques sur les changements climatiques, leurs causes, leurs répercussions potentielles et les stratégies de parade". 
  • Il publie tous les cinq à sept ans plusieurs rapports, qui dans un processus strict de validation scientifique par les pairs synthétisent les travaux du monde entier dans plusieurs disciplines sur le réchauffement climatique. 
  • Le dernier en date, venu conclure le 6e cycle du GIEC commencé en 2015, est un rapport de synthèse publié en mars 2023. Celui-ci a mis en évidence de façon fracassante que les précédents avaient plutôt sous-estimé les effets du réchauffement.
  • L'institution a reçu en 2007 le prix Nobel de la paix, conjointement avec l'ancien vice-président des États-Unis Al Gore. 

À quoi sert la présidence du GIEC ?

Avec les 34 membres du bureau, le président du GIEC doit orchestrer le travail des experts. Il doit aussi donner les grandes orientations à la forme de l’expertise. Le rôle du président du GIEC "est important dans le fonctionnement de l'institution dont il est le garant : c'est lui qui dirige les plénières où sont prises toutes les décisions, il joue aussi un rôle de supervision des rapports de synthèse", explique auprès de l'AFP Valérie Masson-Delmotte, figure du GIEC comme coprésidente de l’un des trois groupes de travail.

Elle insiste également sur son rôle de "représentation" et d'"interface" au niveau diplomatique.

La nouvelle patronne ou le nouveau patron du GEIC dirigera les travaux de centaines d'experts pour le reste de la décennie. "Beaucoup de défis" l'attendent alors que le prochain cycle du GIEC "sera peut-être le dernier avant que le réchauffement planétaire atteigne voire dépasse les 1,5 degrés", souligne Valérie Masson-Delmotte.

Comment les experts du GIEC se répartissent le travail ?

  • Afin de cibler des enjeux spécifiques, les scientifiques du GIEC se répartissent en trois groupes de travail différents. 
  • Le premier groupe traite les caractéristiques physiques du changement climatique. 
  • Le deuxième groupe se concentre sur les impacts, les vulnérabilités et l’adaptation au changement climatique. 
  • Enfin, le troisième groupe s’occupe des manières de les réduire pour limiter à long terme l’impact du changement climatique. 
  • Ils se réunissent en assemblées plénières auxquelles participent des représentants gouvernementaux. 
  • Chaque rapport du GIEC se divise en trois volumes, un écrit par chaque groupe de travail, et d’un rapport de synthèse. 

Le président du GIEC ne participe pas directement aux travaux d’expertise. Cependant, il est porteur d’une parole à laquelle les gouvernements sont particulièrement attentifs.