Qu’est-ce que la neutralité carbone, terme mis en avant par des entreprises pour défendre leur image environnementale ?

À l’heure où les grandes entreprises présentent leurs résultats annuels, le terme de neutralité carbone est régulièrement évoqué. Que signifie-t-il ? Pourquoi les entreprises l’utilisent-elles ? Entretien avec Catherine Chevauché, experte climat et économie circulaire chez Veolia.

Image
Manif greenwashing
Des activistes de Extinction Rebellion protestent devant les locaux de la banque JP Morgan, lors d'une manifestation contre l'éco-blanchiment le 3 novembre 2021 à Glasgow, pendant la COP26.
AP Photo/Alastair Grant
Partager9 minutes de lecture

Les grandes entrreprises du CAC 40 en France présentent en ce début leurs résultats annuels pour l’année 2022. Et un terme revient dans leur communication et leur souci un terme revient celui de "neutralité carbonne".

D’où vient le concept de neutralité carbone ?

  • La neutralité carbone implique un équilibre entre les émissions de carbone et l'absorption du carbone de l'atmosphère par les puits de carbone (NDRL : réservoir naturel ou artificiel qui absorbe et stocke le carbone), explique le Parlement européen sur son site. Pour atteindre des émissions nettes nulles, toutes les émissions de gaz à effet (GES) de serre dans le monde devront être compensées par la séquestration du carbone.”
  • C’est le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) qui a popularisé ce terme en 2005 en le définissant comme un mode de vie sans émissions de GES.
  • Il a fallu attendre l’établissement du lien entre l’augmentation de la température et les émissions de GES pour que le terme s’impose.

Cependant, à quoi correspond réellement le concept de neutralité carbone ? Pourquoi est-elle aussi présente dans la communication des entreprises ? Catherine Chevauché est experte climat et économie circulaire chez Veolia. Elle est également présidente de l’ISO TC 323 sur l’économie circulaire. Selon elle, les entreprises utilisent ce terme “pour parler des plans d’action de façon à pouvoir atteindre cette neutralité”. Elle reconnaît cependant que certaines entreprises peuvent y avoir un recours abusif, et donne des indicateurs pour avoir une meilleure idée de l’impact écologique d’une entreprise.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

TV5MONDE : Quelle est la définition de neutralité carbone ?

Catherine Chevauché : Ça vient dans la continuité de la prise en compte de comment on peut lutter contre le réchauffement climatique. Pour les entreprises, ça s’inscrit dans la lignée de ce que l’Europe décide, de ce que la réglementation française décide. C’est-à-dire les objectifs à atteindre à l’horizon 2050.

Des objectifs ancrés dans le temps

  • En octobre 2019, le Parlement européen vote en faveur de l’atteinte de la neutralité carbone d’ici 2050. 
  • Cela signifie que chaque pays membre de l’UE doit prendre des mesures pour parvenir à un équilibre entre les émissions de GES de serre et l'absorption de celles-ci d’ici 2050. 
  • Une trajectoire au niveau européen doit être présentée fin mai 2023 par la Commission devant le Parlement européen.
  • Celle-ci devra prendre en compte la quantité totale restante d’émissions de GES qui pourrait être émise jusqu’en 2050 afin de limiter l’augmentation de la température dans le cadre de l’accord de Paris”, explique le Parlement européen sur son site
  • Pour rappel, l’Accord de Paris, adopté en 2015 lors de la COP21 vise à limiter la hausse de la température mondiale en dessous de 2°C. 

Neutralité, ça signifie être capable de réduire au maximum les émissions de gaz à effet de serre produites par une activité. Ensuite, il faut être capable de compenser les émissions résiduelles d’une façon ou d’une autre. Cela peut être des projets de reforestation, de production d’énergies alternatives, etc. Il s’agit d’être capable de compenser les émissions de façon à atteindre le zéro en termes d’émissions. 

Toute activité humaine émet des émissions de gaz à effet de serre.Caherine Chevauché, experte climat et économie circulaire

Zéro émissions, pour moi, cela signifie ne rien émettre du tout. À priori, ce n’est pas possible, puisque toute activité humaine émet des émissions de gaz à effet de serre. La neutralité, c’est plus pour dire que l’on va neutraliser l’ensemble des émissions que l’on fait. 

TV5MONDE : Pourquoi le terme de neutralité carbone est souvent utilisé par les entreprises pour évoquer leurs objectifs écologiques ? 

Catherine Chevauché : Ce terme est utilisé par les entreprises pour parler des plans d’action de façon à pouvoir atteindre cette neutralité. Il y a une norme internationale qui est en cours de rédaction sur le sujet, l’ISO 14 068 (NDLR : un document officiel réalisé par l’Organisation Internationale de Normalisation). Elle donne une définition globale de la neutralité carbone. 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Présentation : Mohamed Kaci. TV5MONDE. Date : 24/03/2015

Les entreprises en parlent parce que ça s’inscrit dans les objectifs européens et nationaux d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. La première étape de cette chose-là, c’est d’arriver à réduire au moins par 2 les émissions de gaz à effet de serre si on veut être dans les limites des 1.5°C décidés par l’Accord de Paris. 

Les entreprises utilisent ce concept car elles sont dans un état d’esprit dans lequel la croissance du chiffre d'affaires prime. Caherine Chevauché, experte climat et économie circulaire

TV5MONDE : N’y a-t-il pas un argument marketing derrière ça ? 

Catherine Chevauché : Ça se manipule de différentes façons. Si sur un produit, on voit qu’il est marqué "neutre en carbone", c’est sûr que ça n’existe pas. Les entreprises utilisent ce concept car elles sont dans un état d’esprit dans lequel la croissance du chiffre d'affaires prime. 

On pourrait évoquer la croissance sous différents aspects, en avoir une vision non pas uniquement économique et financière comme on l’a depuis qu’on est dans l’ère industrielle. Ça pourrait être une croissance beaucoup plus équilibrée avec des indicateurs environnementaux et sociétaux qui seraient plus justes. Mais aujourd'hui, des entreprises utilisent le terme de neutralité carbone à très mauvais escient. 

Tout ce qui est extrait, utilisé, consommé pour réaliser un produit nécessite des émissions.Caherine Chevauché, experte climat et économie circulaire

Par exemple, veut dire que l’on vend un produit, sur lequel il est affiché qu’il est neutre en carbone. Cependant, il n’y a aucune explication quant à ce supposé résultat de neutralité carbone. Selon la norme 14 068 qui veut poser les règles internationales sur le sujet, un produit neutre en carbone n’existe pas. Tout ce qui est extrait, utilisé, consommé pour réaliser ce produit nécessite des émissions. La neutralité carbone ne doit pas être l’unique critère pris en compte. Il faut être capable d’avoir une vision orientée, mais aussi de voir plus loin et d’être capable de couvrir l’ensemble de la planète. 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

TV5MONDE : Comment mesurer l’impact écologique d’une entreprise ? 

Catherine Chevauché : La consommation de ressources peut être intéressante comme unité de mesure. C’est le fait de réduire les ponctions sur les ressources vierges pour l’environnement. On est sur une planète finie, donc plus on va ponctionner via des minerais, de la biomasse, qui sont dans des quantités finies, plus ça va porter atteinte au climat, aux écosystèmes, et à la santé humaine. Tout est lié, il faut avoir une vision beaucoup plus systémique que juste un indicateur en particulier. 

Il faudrait ajouter à la vision indicateur carbone une vision indicateur consommation de ressources, et essayer de diminuer le résultat de cet indicateur. Caherine Chevauché, experte climat et économie circulaire

Indiquer la consommation de ressources permettrait de faire voir à quel point une entreprise essaie de diminuer l’utilisation de biomatériaux. Le fait de réemployer, recycler, comment tout est fait. C’est loin d’être simple, mais c’est logique, car on vit dans un écosystème et tout est lié. L’humain en fait partie et il a laissé tomber cette partie-là. Pour moi, il faudrait ajouter à la vision indicateur carbone une vision indicateur consommation de ressources, et essayer de diminuer le résultat de cet indicateur. 

Lutter pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, c’est très bien. C’est dans la manière dont on fait percevoir ça aux consommateurs pour toujours acheter plus que réside le problème. Il faudrait être beaucoup plus responsable dans la communication et éviter de dire qu’un produit est neutre en carbone. Si vous dites qu’un produit est neutre en carbone, peut être que l’ensemble du processus de fabrication ne l’est pas. Il y aura toujours des émissions résiduelles.

La neutralité carbone, c’est un objectif. Il y a un chemin pour y arriver. Il passe par une réduction drastique des émissions, de façon à ce que les émissions résiduelles puissent être compensées. 

TV5MONDE : Est-ce aussi une stratégie de communication, d’écoblanchiment de la part des entreprises du secteur énergétique ? 

Catherine Chevauché : Il faut vraiment faire attention au contexte dans lequel le terme de neutralité carbone est utilisé. Je pense que les grandes entreprises font de plus en plus attention à ça, parce que c’est très facile d’être attaqué sur le fait de dire n’importe quoi. Les ONG montent en compétences et attaquent les grandes entreprises. 

Un processus décrié par les ONG

  • L’entreprise énergétique Total Energies a publié ses résultats annuels le 10 février 2023.
  • Dans une note publiée le même jour, l’ONG de défense de l’environnement Greenpeace dénonce “la pseudo neutralité carbone” de l’entreprise.
  • Le géant du gaz et du pétrole affirme être aligné sur les objectifs de l’accord de Paris, dans ce qu’il appelle une "ambition", dénonce l’ONG. Malgré cette revendication publique, TotalEnergies ne s’est en réalité fixé aucune obligation de moyen ou de résultat.”
  • Le 5 mai 2020, Total Energies annonçait cependant son ambition d’atteindre la neutralité carbone (Net Zero) à horizon 2050, en phase avec la société, pour l’ensemble de ses activités mondiales, depuis sa production jusqu’à l’utilisation par ses clients de ses produits énergétiques vendus. Le Groupe s’inscrit dans la trajectoire de neutralité carbone de l’Union européenne

TV5MONDE : Pourquoi la France a-t-elle fait passer une loi pour encadrer l’utilisation du terme de neutralité carbone ? 

Catherine Chevauché : C’est peut être pour essayer de mettre un peu d’ordre. Les termes sont beaucoup utilisés dans un esprit de marketing, même s’il y a des gens qui sont aussi de bonne volonté. Ce n’est pas tout blanc ou tout noir. On est tous responsables de tout ça. On est tous des consommateurs et partie prenante de cette société d’hyper consommation dans laquelle on est.

Une allégation encadrée

  • En France, depuis le 1er janvier 2023, les allégations de neutralité carbone dans la publicité sont encadrées par deux décrets. 
  • Avec ce décret, qui s’applique avec l’article 12 de la loi Climat Résilience, une entreprise doit présenter le bilan de l’ensemble du processus de fabrication du bien ou service concerné afin de pouvoir le présenter comme étant neutre en carbone. 
  • Une infraction peut se traduire par une amende allant jusqu’à 100 000 euros pour une entreprise.

S’il y a une utilisation abusive, il y a des moyens de lutter contre ça. Il est aussi possible de le faire remonter à l’organisation qui gère les publicités pour éviter l’éco blanchiment (NDLR : procédé de marketing pour se donner une image de responsabilité écologique). La neutralité carbone en fait partie. 

Le problème est complexe car tout est lié. Il faut effectivement poursuivre ceux qui disent qu’ils sont neutres en carbone alors qu’ils ne le sont pas. Aujourd’hui, personne n’est neutre en carbone. La solution vient d’une réglementation hyper forte, mais aussi du changement de comportement des consommateurs.