Info

Accident d'autocar en Bulgarie: deuil au lendemain de "l'horreur"

Des peluches, des fleurs et des bougies à la mémoire des victimes d'un accident de car déposées devant l'ambassade de Macédoine du Nord, le 24 novembre 2021 à Sofia, en Bulgarie
Des peluches, des fleurs et des bougies à la mémoire des victimes d'un accident de car déposées devant l'ambassade de Macédoine du Nord, le 24 novembre 2021 à Sofia, en Bulgarie
afp.com - Nikolay DOYCHINOV
afp.com - Nikolay DOYCHINOV, Dimitar KYOSEMARLIEV
Des équipes de secours sur les lieux d'un accident de car, sur une autoroute près de Bosnek, le 23 novembre 2021 en Bulgarie
Des équipes de secours sur les lieux d'un accident de car, sur une autoroute près de Bosnek, le 23 novembre 2021 en Bulgarie
afp.com - Nikolay DOYCHINOV
Carte localisant le village de Bosnek en Bulgarie, ainsi que'Istanbul en Turquie et Skopje en Macédoine du Nord
Carte localisant le village de Bosnek en Bulgarie, ainsi que'Istanbul en Turquie et Skopje en Macédoine du Nord
afp.com - Laurence CHU

L'heure était au recueillement mercredi, au lendemain d'un accident d'autocar qui a tué 46 personnes en Bulgarie, pour la plupart originaires de Macédoine du Nord, alors que des détails commençaient à émerger sur "l'horreur" de la scène.

Le drame s'est déroulé mardi vers 02H00 du matin sur l'autoroute, à 40 km au sud de Sofia.

Le véhicule faisait partie d'un convoi de quatre cars, avec à leur bord des touristes de retour d'un week-end à Istanbul, dont 12 mineurs. Il roulait vers Skopje en pleine nuit quand il a heurté la glissière de sécurité, sur une route mouillée.

"Les pneus ont éclaté et le feu s'est déclenché", relate Lulzim Sulejmani, l'un des sept survivants, depuis sa chambre d'hôpital à Sofia.

"Il y avait beaucoup de fumée, les gens ont commencé à vomir, hurler, comme dans un film d'horreur", a-t-il dit à la chaîne de télévision TV Klan Macedonia.

"Je me suis emparé du marteau du bus et j'ai brisé la vitre, emporté ma fiancée et cinq autres personnes", a commenté le jeue homme de 26 ans, originaire de Serbie.

Sa fiancée Medina Lutfi, 25 ans, était endormie, comme la plupart des passagers, et garde un souvenir flou des faits.

"Je ne sais pas comment je suis sortie. Quand j'ai vu la vitre ouverte derrière ma tête, j'ai sauté. J'ai entendu des enfants pleurer", a-t-elle expliqué.

Les rescapés, soignés pour diverses fractures et brûlures, souffrent "d'un stress immense", a expliqué aux journalistes Maya Argirova, responsable du centre de traitement des brûlés où ils sont traités.

Le ministre bulgare de l'Intérieur avait évoqué mardi "une scène terrifiante", décrivant des corps "enchevêtrés et réduits en cendres".

Une enquête a été ovuerte pour tenter de déterminer ce qui a causé l'accident, défaut technique ou erreur humaine.

Drapeaux en berne et minute de silence: "aujourd'hui est un jour de deuil, où nous honorons humblement la mémoire des victimes", a déclaré le Premier ministre intérimaire bulgare Stefan Yanev au début du conseil des ministres, avant d'observer une minute de silence.

Devant l'ambassade de Macédoine du Nord à Sofia, des fleurs, bougies et peluches ont été déposées. Dans ce pays voisin de la Bulgarie, un deuil de trois jours a été décrété.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a adressé, dans un tweet, ses condoléances aux proches des victimes.

En Europe, il faut remonter à 2010 pour trouver trace d'un accident aussi dramatique : 45 personnes avaient alors péri en Ukraine dans la collision d'un train et d'un autobus sur un passage à niveau.

Chargement du lecteur...