Info

Affaire Huawei : sanctions américaines

Chargement du lecteur...

Washington a annoncé l'inculpation du géant chinois des télécoms Huawei accusé d'espionnage industriel mais aussi de sa directrice financière, Meng Wanzhou, arrêtée au Canada, le 1er décembre 2018. La Chine dénonce des manipulations politiques des États-Unis. 
 

C'est une histoire aux allures de guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Dans l'oeil du cyclone, la société Huawei, géant chinois des télécommunications. La justice américaine soupçonne l'entreprise d'espionnage et de vols de technologies. Elle a décidé de prendre des sanctions. 
 

Premièrement, j'annonce qu'un grand jury de Seattle a renvoyé un acte d'accusation qui dénonce dix crimes fédéraux commis par deux affiliés de la société de télécommunications Huawei Technologies. Selon l'acte d'accusation de 2012, Huawei a entrepris un effort concerté pour voler des informations sur un robot que T-Mobile a utilisé pour tester des téléphones portables.
Matthew Whitaker - ministre de la Justice américain par intérim.

Mais l'affaire ne s'arrête pas là. En jeu, il y a aussi le sort de cette femme, Meng Wanzhou, directrice financière de Huwaei. Arrêté début décembre au Canada à la demande des Etats-Unis, Washington lui repproche d'avoir contourné les sanctions américaines contre l'Iran. Des accusations, que Pékin dément. 
 

Ce que je veux signaler, c'est que l'affaire Meng Wanzhou n'est en aucun cas une simple affaire judiciaire. Il y a derrière tout cela de fortes visées politiques, et une manipulation politique. C'est très clair pour les Chinois et pour la communauté internationale.
Geng Shuang - porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Pourtant, la méfiance gagne progressivement d'autres nations, et notamment européennes. A l'aube du déploiement du réseau 5G, une exclusion totale du marché européen serait vécue comme une véritable catastrophe pour l'entreprise chinoise.