Info

Afghanistan : le général Abdul Raziq tué par les talibans

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

A deux jours des élections législatives, les talibans ont éliminé l'un de leurs plus farouches opposants. A la tête de la province de Kandahar, le général Abdul Raziq était l'un des responsables de sécurité le plus puissant du pays. Il était en réunion avec le commandant en chef des forces américaines lorsque la fusillade a éclaté.

dans
C'est une énième attaque des talibans dans le sud de l'Afghanistan qui aura touché l'une de leurs principales cibles. Trois morts et 13 blessés lors d'une fusillade revendiquée dans le governorat de Kandahar, à l'issue d'une réunion sécuritaire entre hauts responsables afghans et américains.

"L'attaque à Kandahar était un acte terroriste. Un infiltré, l'un des gardes du corps du gouverneur de Kandahar, a ouvert le feu sur des agents de sécurité à la fin d'une réunion. La cible principale était le général Raziq, le chef de la police," déclare Sharif Yaftali, chef des armées afghanes. Le général Abdul Raziq, 39 ans, a été tué de balles dans le dos. Décrit comme "le tortionnaire en chef" par Human Rights Watch, il avait gravi les échelons pour devenir l'un des responsables de sécurité les plus puissants d'Afghanistan. Ce personnage controversé, analphabète, qui avait déjà échappé à de nombreuses tentatives d'assassinats, était considéré comme un pilier du régime face aux insurgés, auxquels il livrait un combat sans merci. A vingt-quatre heures des élections, sa mort laisse un dangereux vide sécuritaire.

Scott Miller, commandant des forces de l'Otan en Afghanistan, lui, est sorti imdemne de l'attentat. Il se veut rassurant : "Nous fournirons le soutien demandé, et les forces de sécurité ont fait tout le travail pour préparer ces élections. Nous savons qu'il va y avoir de la violence, mais je suis très confiant."

Les Afghans éliront ce samedi les 249 membres de la chambre basse du Parlement.
Plus de 50 000 officiers de police et de l'armée assureront la sécurité des bureaux de vote à travers le pays.

Ces derniers mois, des dizaines de personnes ont été tuées au cours d'attaques des talibans et du groupe Etat Islamique lors de rassemblements électoraux, notamment, dont un ancien général de l'armée afghane, candidat aux législatives.