Info

Afghanistan: les États-Unis alertent d'un attentat imminent contre l'aéroport de Kaboul

Des sodlats américains procèdent à une évacuation de réfugiés afghans au sein de l'aéroport de Kaboul ce 26 août.<br />
<br />
 
Des sodlats américains procèdent à une évacuation de réfugiés afghans au sein de l'aéroport de Kaboul ce 26 août.

 
AP

Les évacuations d'étrangers et Afghans fuyant le nouveau régime des talibans sont entrées dimanche dans leur dernière ligne droite à l'aéroport de Kaboul, à deux jours du retrait américain prévu. Le renseignement militaire américain craint une nouvelle attaque contre l'aéroport.

La tension  reste vive ce dimanche à Kaboul. Le président américain Joe Biden estimait ce samedi soir que "la situation sur les lieux" restait extrêmement dangereuse". Selon Joe Biden "la menace d'une attaque terroriste contre l'aéroport demeure élevée".

Une attaque probable dans "les  24 à 36 heures" selon l'armée américaine

Les commandants de l'armée américaine estiment qu'une attaque est très probable "dans les 24 à 36 heures". C'est ce qu'a rapporté le président américain dans un communiqué.
L'attaque qui a fait plus d'une centaine de morts dont 13 soldats américains jeudi, revendiquée par l'Etat islamique au Khorasan (EI-K), a quant à elle déclenché une frappe de représailles de l'armée américaine.


Les États-Unis ont frappé l'Etat islamique en Afghanistan, tuant deux cibles "de premier plan" dans une attaque de drone en représailles à l'attentat suicide meurtrier de l'aéroport de Kaboul.

(Re)voir : Afghanistan : les talibans sous la pression du groupe Etat islamique

Deux cibles de "premier plan" de l'EI tués

Selon le porte-parole du Pentagone, John Kirby, les deux personnes tuées sont des "des organisateurs et des opérateurs" de l’Etat islamique au Khorasan (EI-K).

La frappe effectuée par drone dans la province de Nangarhar (est de l'Afghanistan) n'a fait aucune victime civile, a déclaré le major général Hank Taylor lors d'une conférence de presse à Washington.

Le bilan de l'attaque contre l'aéroport s'est alourdi. Des responsables sanitaires de l'ancienne administration afghane ont indiqué à l'AFP qu'environ 90 personnes amenées dans des hôpitaux de Kaboul étaient décédées, et 150 blessées. Certains médias locaux ont fait état d'un bilan de 170 morts.

Le Pentagone a publié samedi après-midi l'identité des 13 militaires tués dans l'attentat de jeudi. Parmi eux, cinq avaient 20 ans. Joe Biden a salué "leur courage et leur altruisme".

Quelque 5.400 personnes étaient réfugiées dans l'enceinte de l'aéroport samedi matin attendant de monter dans un avion, selon des sources américaines.

(Re)voir : Afghanistan : retour sur l'attentat suicide à Kaboul

Dans un communiqué Joe Biden indique que l'armée américaine craint une nouvelle attaque contre l'aéroport de Kaboul.
Dans un communiqué Joe Biden indique que l'armée américaine craint une nouvelle attaque contre l'aéroport de Kaboul.
AP Photo/Manuel Balce Ceneta

Désormais, les talibans ont bouclé les routes menant à l'aéroport et ne laissent passer que les bus autorisés. Des journalistes de l'AFP ont vu plus d'une douzaine de bus décharger des passagers à la porte principale de l'aéroport samedi.

Mais les milliers de personnes qui étaient massées depuis des jours à l'extérieur du site, dernière enclave occupée par les forces occidentales en Afghanistan, dans l'espoir d'accéder au tarmac, ont disparu, a constaté un journaliste de l'AFP.

Avec l'attentat, les talibans et les Américains ont été forcés de collaborer plus étroitement. Les premiers ont scellé l'accès à l'aéroport, vers lequel seuls les bus disposant d'une autorisation sont désormais autorisés à s'avancer.

112 000 personnes évacuées depuis le 14 août depuis l'aéroport de Kaboul

Au total, environ 112.000 personnes ont été évacuées depuis le 14 août, veille de la prise de pouvoir des talibans à Kaboul, selon les derniers chiffres du gouvernement américain.

Des responsables turcs ont entamé des discussions avec les talibans de Kaboul afin de contribuer à la remise en service de l'aéroport.

Le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que l'offre des talibans consistait à superviser la sécurité de l'aéroport, tandis qu'Ankara se chargeait des opérations logistiques.

(Re)lire : Afghanistan : que va devenir l’aéroport de Kaboul après le départ des troupes américaines ?

La France et le Royaume-Uni plaident pour une zone protégée 

La France a mis fin vendredi soir à son pont aérien qui a permis d'évacuer "près de 3.000 personnes, dont plus de 2.600 Afghans" selon la ministre des Armées, Florence Parly. Les Britanniques ont mis fin à leurs opérations d'évacuation ce samedi. 

La France et le Royaume-Uni vont plaider lundi à l'ONU en faveur de la création à Kaboul d'une zone protégée pour mener des opérations humanitaire.

Voir : Paris et Londres plaident pour la création d'une zone protégée à Kaboul
Chargement du lecteur...