Info

Alain Fischer : "la thérapie génique permettrait de limiter la transmission de la fièvre jaune ou du paludisme"

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE

Ce professeur au Collège de France est l'un des pionniers français de la thérapie génique, ce traitement qui consiste à introduire des gènes au sein des cellules pour traiter une maladie.

Alain Fischer, pédiatre de formation, explique que la thérapie génique s’effectue « sur le même principe qu’une greffe de moelle osseuse mais avec les propres cellules » de la personne malade. Les thérapies géniques contribuent à « l’amélioration de douze maladies génétiques », comme l’hémophilie et le cancer, domaine dans lequel "des progrès très notables" ont été effectués.
 
  • Les risques de la thérapie génique
« En médecine malheureusement, il n’y a pas de progrès sans risques », rappelle Alain Fischer. Mais aujourd’hui, les virus modifiés des 2e et 3e générations « paraissent sûrs », rassure le titulaire de la chaire Médecine expérimentale.
 
  • De larges applications potentielles de la thérapie génique
Les applications de la thérapie génique sont multiples. Elle pourrait permettre de « modifier des insectes vecteurs de maladies aussi graves que la fièvre jaune ou le paludisme », dans le but de « limiter la transmission de ces maladies infectieuses ».
 
  • La naissance des « bébés OGM » en Chine
« C’est malheureusement l’exemple le plus fort que l’on puisse imaginer de mauvaise science (…) sur le plan scientifique et qui échappe aux règles de l’éthique", assène Alain Fischer.

Pour Alain Fischer, « le prétexte initial du chercheur n’a aucun sens ». Pour « protéger soi-disant des enfants du risque de transmission du virus du sida dont était infecté le père», il existe des techniques « beaucoup plus simples ».

Par ailleurs, ajoute le chercheur, "à partir du moment où ces bébés ont eu leur génome modifié, celui-ci est inscrit dans leur patrimoine génétique qui sera transmis à leurs enfants". En cas d’erreur donc, elle sera transmise.
 
Le prochain cours d'Alain Fischer au Collège de France traitera de l'inflammation et de la médecine moléculaire.
Ce cours commencera le 1er avril 2019 et sera en ligne sur le site du Collège de France.