Info

Algérie : Abdelmadjid Sidi Said, ancien dirigeant de la centrale syndicale, incarcéré pour corruption

Abdelmadjid Sidi Said, à gauche, lors d'un meeting de soutien à Abdelaziz Bouteflika en 2014 à Alger.
Abdelmadjid Sidi Said, à gauche, lors d'un meeting de soutien à Abdelaziz Bouteflika en 2014 à Alger.
© Ammi Louiza/ABACAPRESS.COM

L'ancien dirigeant de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), principale centrale syndicale d'Algérie, Abdelmadjid Sidi Said, a été écroué jeudi 12 mai après avoir été entendu dans « des affaires de corruption ». Il était l'un des défenseurs les plus enthousiastes de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika.

Un juge d'instruction du tribunal de Sidi M'hamed, à Alger, a ordonné, jeudi 12 mai au soir, le placement en détention provisoire de l'ex-secrétaire général de l’UGTA.

Peu avant, Abdelmadjid Sidi Said a aussi comparu en compagnie de ses deux fils devant le procureur de la république de cette même juridiction qui les a "auditionnés sur des affaires de corruption ». Le juge d'instruction a également ordonné le placement en détention provisoire d'un des fils. Le deuxième a été placé sous contrôle judiciaire.

À la tête depuis 1997 de l'ancien syndicat unique et seule organisation syndicale considérée comme représentative par les autorités, Sidi Said a quitté ses fonctions en juin 2019 en plein Hirak, le mouvement de contestation antirégime, qui a contraint Abdelaziz Bouteflika à la démission en avril 2019.

Abdelmadjid Sidi Said était contesté par les travailleurs car il a longtemps été l'un des défenseurs les plus enthousiastes d'Abdelaziz Bouteflika, décédé en septembre 2021.

Il fut des mois durant, au côté de la principale organisation patronale, l'un des principaux meneurs des partisans d'un cinquième mandat de Bouteflika, perspective qui a fait descendre des milliers d'Algériens dans la rue à partir du 22 février 2019.

Depuis la démission de Bouteflika, la justice algérienne a placé en détention provisoire ou condamné, notamment pour des faits de corruption, des dizaines de responsables politiques et puissants hommes d'affaires réputés proches de l'ex-chef d'Etat.