Info

Andrew Brunson, une épine en moins dans les relations turco-américaines en crise

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE

La libération du pasteur évangélique Andrew Brunson met fin à un contentieux entre Washington et Ankara mais ne met pas fin à la crise qui entrave les relations entre les deux alliés de l'OTAN.

dans

Plusieurs contentieux se sont accumulés entre les Etats-Unis et la Turquie, deux nations alliées au sein de l'OTAN mais dont les relations bilatérales ont été altérées avec la guerre en Syrie.

L'emprisonnement pendant un an et demi en Turquie puis le maintien en résidence surveillé depuis juillet du pasteur évangélique américain Andrew Brunson a tourné au bras de fer entre Washington et Ankara. Malgré la libération du pasteur, ​la crise turco-américaine n'est pas prête d'être résorbée.

Pour preuve, tout en se félicitant du retour de Brunson aux Etats-Unis, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a appelé le gouvernement turc à libérer rapidement  les autres américains ainsi que des employés locaux des missions diplomatiques américaines.

Le 20 août 2018, la Turquie porte plainte devant l'Organisation Mondiale du Commerce contre les Etats-Unis  concernant les droits de douane additionnels imposés à l'acier et l'aluminium turcs. La décsion de l'administration Trump a eu pour conséquence la chute de la livre turque face au dollar. Ankara a pris des mesures de rétorsion contre les taxes américaines en augmentant les droits de douane sur une série de produits américains, comme les voitures de tourisme ou les boissons alcoolisées.

De leurs côtés, les Etats-Unis menacent la banque publique turque Halkbank d'une amende colossale car ils la soupçonnent d'avoir aidé l'Iran à contourner les sanctions américaines.

Mais un des reproches majeurs de la Turquie à Washington repose sur la présence sur le territoire américain du prédicateur turc en exil Fetullah Gülen, l'ennemi juré du président Erdogan qui l'accuse d'être à l'origine du coup d'Etat raté d'août 2016.