Info

5 : 23
Pour l'historienne et enseignante Laure Murat, invitée du 64', la "cancel culture"est le "dernier recours d’une population sans autre voix que l’Internet", comme elle l'écrit dans une tribune, publiée par Le Monde. Ce serait "un moyen moderne pour exprimer une sorte de colère, avec des excès condamnables", selon elle. Elle nous explique plus en détail ce phénomène.
13 : 13
L'Afrique a dépassé jeudi 6 août le million de cas de coronavirus confirmés. La pandémie a été jusque là moins dramatique que prévu, néanmoins sa...
1 : 52
La "cancel culture" ou culture de l'annulation s'exporte et gagne l'Europe, et notamment la France, où ce mouvement fait polémique. Censure ou...
1 : 22
C'est depuis l'île de la Réunion que la France envoie de l'aide à l'Île Maurice, pour pomper les hydrocarbures qui s'échappent d'un navire au large...
1 : 46
Où en sont les investigations sur l'origine des explosions au port de Beyrouth ? Hier, le président Michel Aoun s'est opposé à une enquête...
2 : 00
L'Amérique latine est désormais la région du monde la plus touchée par le Covid-19. Avec plus de cinq millions de cas et 213 000 morts, cette zone...
1 : 13
La population de Beyrouth est dans une colère noire, au risque que la situation échappe à tout contrôle. Notre correspondant à Beyrouth, Wissam...
La catastrophe survenue à Beyrouth ce mardi 4 août est-elle le nouveau catalyseur de la révolution au Liban ? Une foule excédée a envahi le centre de...
<p>Des manifestants anti-gouvernement essayent de détruire un mur en ciment, installé par les forces de sécurité, pour les empêcher d'atteindre la place du Parlement, ce samedi 8 août à Beyrouth au Liban. Quelques jours après les explosions au port de Beyrouth, les manifestations contre la classe politique et le gouvernement ont repris.</p>
Des Libanais en colère manifestaient samedi 8 août, dans le centre de Beyrouth pour demander des comptes à la classe politique...
Des rebelles du M23 conduisent des exercices d'entraînement à Rumangabo, dans l'est du Congo, le 23 octobre 2012.
Massacres, viols, affrontements... Le président Tshisekedi s'était dit "prêt à mourir" pour rétablir la paix dans l'est du pays....

Pages