Info

Attentats de mars 2016 à Bruxelles : ouverture d'un procès historique en Belgique

Des bougies, un drapeau de la Belgique ou encore un chapeau. Le 24 mars, deux jours après les attentats, hommage aux victimes, Place de la Bourse dans le centre de Bruxelles.
Des bougies, un drapeau de la Belgique ou encore un chapeau. Le 24 mars, deux jours après les attentats, hommage aux victimes, Place de la Bourse dans le centre de Bruxelles.
© AP Photo/Peter Dejong

La justice belge entame ce mercredi 30 novembre le procès des attentats de mars 2016 à Bruxelles. 32 personnes étaient mortes ce jour-là. Plus de 340 autres avaient été blessées. Neuf accusés sont attendus dans le box pour le plus grand procès de l'histoire des assises belges.

Mardi 22 mars 2016. L'Europe, encore sous le choc des attaques perpétrées quatre mois plus tôt à Paris, subit à nouveau le terrorisme. La cible, la capitale de la Belgique, Bruxelles. Deux attentats-suicides quasi-simultanés à l'aéroport et dans une station de métro font 32 morts. 340 personnes seront blessées et marquées à vie.

"Un monsieur a crié en arabe, et j'ai entendu une grosse déflagration"

Peu avant 8 heures, ce 22 mars au matin, trois hommes sont arrivés en taxi à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem.
 

Dans le hall des départs, des centaines de personnes se trouvent aux comptoirs d'enregistrement. Les images de vidéosurveillance, qui feront le tour du monde, montrent les trois individus côte à côte, poussant des chariots sur lesquels sont posés leurs bagages. A l'intérieur, des explosifs.

Vers 7h58, un premier kamikaze, identifié plus tard comme étant Ibrahim El Bakraoui, déclenche sa charge explosive. Onze secondes plus tard, le second jihadiste, Najim Laachraoui, actionne à son tour son dispositif à une autre extrémité du terminal. Tous deux viennent de semer la terreur. 

"Un monsieur a crié en arabe, et j'ai entendu une grosse déflagration", racontera à l'AFP Alphonse Lyoura, les mains tachées de sang. "J'ai aidé au moins six, sept blessés, on a sorti cinq corps qui ne bougeaient plus", dira encore cet employé de l'aéroport.

Un voyageur débarquant en provenance de Genève décrira "le plafond tombé... une odeur de poudre... du sang dans l'ascenseur". Seize vies sont fauchées.

La façade éventrée du terminal de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem quelques heures après les attaques suicides du 22 mars 2016.
La façade éventrée du terminal de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem quelques heures après les attaques suicides du 22 mars 2016.
© AP Photo/Peter Dejong

À la mi-journée, la découverte du sac du troisième jihadiste provoquera une seconde évacuation du bâtiment. Les démineurs ne parviendront pas à désamorcer la bombe artisanale. L'explosion ne fera pas de blessé mais d'énormes dégâts matériels.

À 9h11, l'horreur frappe cette fois une station de métro, au coeur du quartier européen. Khalid El Bakraoui, frère cadet du premier kamikaze de l'aéroport, vient d'actionner sa bombe dans une rame sur le point de quitter la station Maelbeek. Là aussi 16 personnes perdent la vie.

Dans l'après-midi, l'organisation jihadiste Etat islamique (EI) revendique les attentats contre la "Belgique croisée", accusant le pays de n'avoir "cessé de combattre l'islam et les musulmans".

Devant la station de métro Maelbeek, à Bruxelles, le 23 mars 2022. La veille, 16 personnes y ont perdu la vie.
Devant la station de métro Maelbeek, à Bruxelles, le 23 mars 2022. La veille, 16 personnes y ont perdu la vie.
© Thierry Roge, Pool photo via AP

Qui est jugé ?

La cour d'assises de Bruxelles s'apprête à juger dix hommes pour les attentats du 22 mars 2016. Ils ne seront que neuf dans le box. Le dixième homme, Oussama Atar, dirigeant de la cellule jihadiste, sera jugé en son absence car il est présumé mort en Syrie. Au total six de ces 10 accusés étaient déjà concernés par le procès-fleuve des attentats du 13 novembre 2015 en France, à Paris et Saint-Denis.

► Abdeslam et Abrini, copains de Molenbeek

Salah Abdeslam et Mohamed Abrini, amis d'enfance dans la commune bruxelloise de Molenbeek, font figure de principaux accusés.

Le premier est le seul membre encore en vie des commandos du 13 novembre 2015. Au procès parisien achevé en juin 2022, il a été condamné (comme Oussama Atar) à la perpétuité incompressible, la peine la plus lourde du code pénal français. Après ces attaques, il a rejoint Bruxelles où il a pris part au quotidien clandestin des autres membres de la cellule qui envisageaient de frapper à nouveau.

Le Français (33 ans) a été arrêté le 18 mars 2016 à Molenbeek. Pour les enquêteurs, son interpellation a précipité les attaques-suicides qui ont ciblé le 22 mars l'aéroport et le métro de Bruxelles.

Mohamed Abrini, déjà impliqué dans le dossier parisien (il a accompagné le "convoi de la mort" à la veille du 13 novembre), est "l'homme au chapeau" des attaques de Bruxelles-Zaventem, où il a également renoncé à se faire exploser. Une image de vidéosurveillance de l'aéroport l'a montré, bob sur la tête, en train de pousser un charriot bourré d'explosifs qu'il abandonnera avant de prendre la fuite.

À Paris, ce Belgo-Marocain de 37 ans a été condamné fin juin à la perpétuité avec une peine de sûreté de 22 ans.

Deux "combattants aguerris" de la cellule

Le Tunisien Sofien Ayari et le Suédois Osama Krayem ont aussi été jugés pour les attentats parisiens, écopant chacun de 30 ans de réclusion avec une période de sûreté des deux tiers.

Ayari (29 ans) et Krayem (30 ans), complices de la fuite d'Abdeslam, sont considérés comme des maillons importants de la cellule dirigée depuis la Syrie par Atar.

Au procès du 13 novembre, les magistrats parisiens ont estimé qu’ils devaient ce jour-là commettre un attentat à l’aéroport d’Amsterdam mais qu’un "imprévu a empêché l’accomplissement de la mission".

À Bruxelles, le matin du 22 mars 2016, Osama Krayem a accompagné dans le métro Khalid El Bakraoui, qui allait se fait exploser peu après dans une rame à la station Maelbeek. Krayem a rebroussé chemin, retournant se débarrasser de ses explosifs dans une planque de la commune bruxelloise d'Etterbeek.

Controverse autour du box des accusés

Le nouveau box qui doit accueillir les neuf accusés a été présenté à la presse le 23 novembre dernier. Unique et collectif, il permettra aux accusés de siéger dans un seul et même espace encadrés de policiers.
Le procès a connu un faux départ au début de l'automne en raison d'une vive controverse autour du box initialement prévu. Compartimenté en cellules individuelles vitrées, limitant fortement la communication entre les accusés et leurs avocats, l'équipement initial avait suscité un tollé du côté de la défense lors d'une première audience procédurale le 12 septembre.
La présidente de la cour, Laurence Massart, avait tranché le litige quelques jours plus tard en le jugeant contraire au droit européen car ce box "violait" le principe du "procès équitable".
Le ministère de la Justice a dû faire abattre toutes les cloisons pour reconstruire un box neuf, ce qui a décalé de près de deux mois l'ouverture du procès.

Cinq "soutiens" dans la logistique

Parmi les accusés déjà condamnés au procès parisien (à une peine de 10 ans de prison dans son cas) figure aussi Ali El Haddad Asufi. Ce Belgo- Marocain de 38 ans a été considéré comme un soutien logistique de la cellule.

A Bruxelles, il est soupçonné d'avoir fourni des armes aux deux assaillants morts à l'aéroport: Ibrahim El Bakraoui, dont il était proche, et Najim Laachraoui. Son ADN a par ailleurs été retrouvé sur un gobelet jeté dans la rue Max Roos, au pied de l'appartement d'où sont partis ces derniers le matin des attentats. Il les aurait fréquentés jusqu'à la veille.

Comme facilitateur, chauffeur ou hébergeur, Bilal El Makhoukhi (33 ans), Hervé Bayingana Muhirwa (37) et Smaïl Farisi (38) sont également soupçonnés d'avoir apporté une aide logistique importante aux auteurs des attaques de Bruxelles.

Je ne m'attends pas vraiment à beaucoup de réponses (...) mais j'ai envie de me confronter à ce que l'être humain est capable de faire
Sandrine Couturier, partie civile.

Bilal El Makhoukhi, ancien du groupe Sharia4Belgium, qui est allé en zone de guerre, et Hervé Bayingana Muhirwa, un Belgo-Rwandais converti à l'islam, sont des amis de Najim Laachraoui. L'enquête a montré que tous deux connaissaient bien l'appartement de la rue Max Roos à Schaerbeek.

Ibrahim Farisi (34), frère de Smaïl, a aussi eu ce rôle de "soutien" d'après les enquêteurs. Mais seulement en aidant Smaïl, locataire des lieux, à vider et nettoyer le 23 mars l'appartement d'Etterbeek d'où sont partis la veille vers le métro Khalid El Bakraoui et Osama Krayem.

Le cadet des Farisi n'est pas jugé pour "assassinat", mais pour "participation aux activités d'un groupe terroriste", et risque aux assises jusqu'à 10 ans de prison. Tous les autres encourent la réclusion à perpétuité.

Laurence Massart est la présidente de la cour d'assises devant laquelle les accusés seront jugés.
Laurence Massart est la présidente de la cour d'assises devant laquelle les accusés seront jugés.
© AP Photo/Yves Capelle

Un procès hors norme

Face aux accusés, désormais installés dans un espace collectif, les rangs des victimes seront fournis. Selon le parquet fédéral, plus de 1.000 personnes se sont déjà constituées parties civiles pour obtenir la réparation d'un préjudice.

Cela fait de ce procès, prévu jusqu'à juin 2023 à l'ancien siège de l'Otan de Bruxelles, le plus grand jamais organisé devant une cour d'assises en Belgique.

"Je ne m'attends pas vraiment à beaucoup de réponses", dit à l'AFP Sandrine Couturier, partie civile qui compte venir faire face aux accusés. "Mais j'ai envie de me confronter à ce que l'être humain est capable de faire, il faut que j'accepte que tout le monde n'est pas bon".

Présente sur le quai du métro Maelbeek au moment où le kamikaze a déclenché ses explosifs dans une rame, cette directrice d'association souffre encore de stress post-traumatique six ans et demi plus tard.

Des "pertes de mémoire" et "problèmes de concentration" qui resurgissent à l'approche du procès, explique-t-elle. Les épisodes d'anxiété, voire de dépression, sont encore très fréquents pour les rescapés et témoins que l'AFP a pu interroger.

Sébastien Bellin, ancien basketteur professionnel qui devait s'envoler de Zaventem pour New York le matin du 22 mars, a perdu l'usage d'une jambe dans l'attentat. Il dit aujourd'hui ne pas ressentir de haine contre les auteurs. "Cela pomperait l'énergie dont j'ai besoin pour me reconstruire", confie-t-il.

Mercredi 30 novembre, l'audience démarrera par la formation du jury populaire. A l'inverse de la France, où ils sont soumis à une cour d'assises spéciale (uniquement composée de magistrats) les crimes terroristes sont encore jugés en Belgique par douze citoyens tirés au sort pour assister trois magistrats professionnels.

Autre aspect hors norme, la justice belge a convoqué jusqu'à un millier de citoyens pour anticiper un grand nombre de dispenses (300 ont déjà été accordées) face à la contrainte que représente le suivi quotidien des débats.
Outre les 12 titulaires, 24 jurés suppléants siégeront tout au long du procès pour s'assurer que ce nombre de 12 soit bien respecté au moment de délibérer sur le verdict.

Après la formation du jury, prévue sur une journée, les débats doivent s'ouvrir le 5 décembre.