Info

Au Liban, "balance ton voisin" sur les réseaux sociaux

Capture d'écran de la page Facebook "Weneldawle"
Capture d'écran de la page Facebook "Weneldawle"

Le 6 mai prochain, le Liban élira son nouveau Parlement : un vote, attendu depuis près d'une décennie. Les espoirs des Libanais sont nombreux. Certains activistes attendent des députés qu'ils travaillent à une législation sur la vie privée. Dans leur ligne de mire, une page Facebook qui incite à la délation publique. 

dans

La scène a de quoi surprendre, et même choquer. Elle se déroule il y a quelques mois dans les rues de Jounieh, ville résidentielle au nord de Beyrouth : une femme se promène avec un homme… qu’elle tient en laisse.

Un comportement que la police libanaise a jugé  suffisamment provocateur pour décider d’interpeller le couple pour outrage à la pudeur. Mais les conditions de leur arrestation sont pour le moins déconcertantes.

Ils n’ont pas été pris en flagrant délit : la scène a été filmée par des passants, puis postée sur une page Facebook intitulée “Weneldawle” (qui signifie : “Où est l’Etat?"). Le commentaire qui l’accompagne demande alors aux utilisateurs de “prendre les choses en main” et d’identifier le couple.  La vidéo devient virale, elle est visionnée 500.000 fois. Très vite, les protagonistes sont reconnus puis arrêtés par la police. Leurs noms, adresses et lieu de travail sont diffusés sur la page Facebook et il est révélé que la femme est transgenre. Aussitôt, un remake du film Furie se joue sur le réseau social, le couple est condamné par la vindicte populaire avant même d’être présenté devant un tribunal. Ils reçoivent des menaces et l’homme est licencié par son patron.

La page "Weneldawle" n’en est pas à son premier coup d’essai. Tous les jours, des vidéos de diverses infractions (vols, bagarres, infractions routières, trafic de drogue)  y sont publiées, souvent illustrées avec des musiques de films d’action ou d’horreur. L’administrateur appelle ses abonnés à dénoncer les criminels et va parfois jusqu’à publier les noms et les adresses des potentiels suspects.
 

Capture d'écran de la page Facebook "Weneldawle". Le visage a été flouté par TV5Monde
Capture d'écran de la page Facebook "Weneldawle". Le visage a été flouté par TV5Monde

Derrière la page, un homme qui se fait surnommer Sami Beiruti et souhaite rester anonyme. Très emphatique, il annonce résoudre 90% des crimes dénoncés sur sa page :“Ils ont commis des crimes, c’est normal de publier leurs délits et les informations pour les trouver. Et finalement, c’est moi que l’on punit en bannissant ma page, c’est moi le criminel". 

Sa page, qui par le passé a atteint 250.000 abonnés a été fermée à plusieurs reprises par le site Facebook. “Cette page reflète le manque de confiance dans les institutions libanaises. La population se sent délaissée, et dénonce la défaillance de l’Etat au Liban.” explique Ali Mourad, maître de conférences en droit public à l’Université Libanaise. “Certains pensent pouvoir rendre la justice par eux-mêmes. D’ailleurs, depuis que l’on observe un retour à l’ordre sur le plan constitutionnel - le pays est resté plusieurs années sans président, ndlr- , les publications de la page sont moins partagées.”

Même si "Weneldawle" est un peu moins populaire, avec moins de 70.000 abonnés désormais - ses utilisateurs n’en restent pas moins actifs. Des activistes dénoncent régulièrement l'existence de la page sur les réseaux sociaux. Pour Mohamed Najem, directeur exécutif de SMEX, une ONG de défense des libertés informatiques, la page est dangereuse : “A la limite, si ces dénonciations menaient juste à des contraventions. Mais elles visent souvent des minorités, des homosexuels, des réfugiés syriens. Certains vont même jusqu’à les piéger, et leur vie peut être détruite.”

 “Chacun se transforme en informateur, en détective voire en juge. La présomption d’innocence n’existe plus.Ali Mourad, maître de conférences en droit public
Capture d'écran de la page "Weneldawle"
Capture d'écran de la page "Weneldawle"

L’administrateur de la page Sami Beiruti affirme n’avoir commis “qu’une seule erreur”, qui lui aurait valu un procès pour diffamation.”

“Je mérite une médaille. Ou au moins un salaire. Je fais le travail de 20 ou 30 policiers par moi-même
"Sami Beiruti", administrateur de la page "Weneldawle" 

Sami Beiruti se défend d’avoir des liens avec les autorités et publie également des vidéos mettant en cause des policiers ou des soldats. Mais selon plusieurs défenseurs des libertés numériques qui souhaiteraient voir sa page définitivement fermée, “la qualité et la quantité de vidéos sur la page indiqueraient qu’il aurait des liens avec les forces de sécurité”.

Joseph Moussalem, l’un des porte-paroles des Forces libanaises de sécurité intérieure, interrogé par le journal The Atlantic, explique que son service n’a pas le droit d’utiliser de système d’enquête participative, ni de publier d’informations sur une enquête en cours, mais il admet que les enquêteurs s’aident parfois des informations publiées sur la page, sans reconnaître aucun lien avec son administrateur.

“La justice populaire est déjà suffisamment dangereuse, cela devient encore plus dangereux si le système reçoit un soutien tacite des autorités
SMEX, ONG de défense des libértés informatiques

Les autorités libanaises semblent même encourager indirectement la délation : sur les pages officielles Twitter et Facebook des forces de sécurité intérieur et de la police de la circulation, les utilisateurs postent régulièrement des photos de véhicules en infraction, plaques d’immatriculation non floutées à l’appui.

"Nous n'avons pas pu lire la plaque d'immatriculation" écrit la police de la circulation libanaise sur son compte Twitter, en réponse à une photo d'un van en infraction. 
"Nous n'avons pas pu lire la plaque d'immatriculation" écrit la police de la circulation libanaise sur son compte Twitter, en réponse à une photo d'un van en infraction. 

Une méthode qui présente des risques pour la vie privée des conducteurs : un reportage de la télévision Al Jadeed a récemment dévoilé avec quelle facilité l’on pouvait se procurer illégalement les données liées aux plaques d’immatriculation : noms, adresses, numéros de téléphones, date de naissance… le tout, sur CD-Rom gravé.

La législation concernant la vie privée reste floue au Liban. Si l'article 14 de la Constitution protège la propriété privée, il n'existe aucune loi sur les autres aspects de la vie privée, ni d'autorité indépendante qui travaille sur la question. Les membres de l'ONG Smex continuent de surveiller la page et de signaler ses publicaitons au site Facebook . Mais aujourd'hui, ils attendent surtout une législation forte et espèrent des nouveaux députés, qui seront élus le 6 mai prochain, qu'ils travaillent enfin sur l'épineuse question de la protection de la vie privée.