Info

Au Mali, l'opposition dénonce la fraude dans l'indifférence

Chargement du lecteur...
© Reportage TV5 Monde Kaourou Magassa

Au Mali, la communauté internationale et le gouvernement accueillent dans une quasi-indifférence les multiples déclarations de l'opposition qui dénonce des fraudes massives et des bourrages d'urnes.

dans

Un peu plus d'un millier de manifestant sont venus soutenir Soumaïla Cissé et scande son nom dans les rues de Bamako. Mais le coeur n'y est pas. La marche sonne un peu comme un dernier baroud d'honneur alors que le candidat malheureux à l'élection présidentielle continue de dénoncer des " de la triche partout" et se demande si le Mali peut construire une "démocratie sur le vol".  Tiébilé Dramé le directeur de campagne de Soumaïla Cissé affirme que le "président sortant a été battu dans les urnes (...) mais a tellement fraudé que aujourd'hui le monde entier peut se rendre compte de ce qu'ils ont fait."

Pas de  violences post-électorales

Malgré les appels du pieds répétés de l'opposition, les Maliens semble résignés.
Avec près de 70% d'abstention, personne n'a vraiment cru au scénario des violences post électorales. Cette élection n'a jamais passionnée les maliens. Même la communauté internaitonale semble sourde aux protestations de Soumaïla Cissé. Les chefs d'états n'ont même pas attendu les résultats définitifs pour s'empresser de féliciter le président sortant. De quoi faire bondir l'activiste malien, Ras Bath :
"François Hollande, Emmanuel Macron et le secrétaire général des NAtions-Unies félicitent IBK avant la proclamation de la cour constiutionnelle. Qu'est ce que cela cache ? Est ce que ma nation est à moi" harangue-t-il devant une foule conquise.

La cour constitutionnelle étudie en ce moment les recours déposés par l'opposition et semble vouloir aller vite : elle a déjà annoncé que les résultats définitifs seraient proclamés lundi.