Info

"BepiColombo" : objectif Mercure

Chargement du lecteur...
© TV5Monde

La mission "BepiColombo" est pilotée par l'ESA (l'agence spatiale européenne) et la JAXA (l'agence spatiale japonaise). L'objectif est de mettre en orbite de Mercure deux sondes pour étudier la planète la plus proche du Soleil.

dans
Cap sur Mercure ! Le Japon et l'Europe ont opéré de concert pour la mise en place de la mission "BepiColombo". Le 19 octobre 2018, à Kourou en Guyane, sera lancée une fusée. À son bord, deux sondes, le Mercury Planetary Orbiter (MPO) de l'ESA et le Mercury Magnetospheric Orbiter (MMO) de la JAXA. La mise en orbite se fera, si tout se passe comme prévu, en avril 2026.

Ses deux sondes ont des missions complémentaires : le MPO analysera la surface, la composition géologique et l'exosphère de Mercure alors que le MMO se concentrera sur l'étude de la magnétosphère et le champ magnétique de la planète mais aussi sur l'analyse des rayonnements reçus par Mercure, notamment des vents solaires.

Parce qu'il existe deux éléments qui rendent Mercure spécifiques et intéressantes à étudier : étant la planète la plus proche du Soleil, elle est la plus exposée aux rayonnements émis par l'étoile. Surtout, c'est la seule autre planète tellurique du système solaire avec la Terre à posséder un champ magnétique intrinsèque.

Pour simplifier, en étudiant la composition de Mercure, ses propriétés magnétiques et les rayonnements auxquels elle est exposée, les scientifiques pourront mieux comprendre certains phénomènes terrestres et aussi essayer de rendre l'exploration spatiale possible.

Car l'un des obstacles majeurs à cette exploration à l'heure actuelle est le rayonnement cosmique. En dehors de l'atmosphère terrestre et de l'influence de la gravité terrestre, l'espace est parcouru de rayonnement de différentes sortes. Problème : ces rayonnements, recréés en laboratoire, peuvent détruire peu à peu l'ADN d'êtres vivants. Il faut donc, pour envoyer des missions habitées aux confins de notre système solaire, concevoir des moyens de protection viables pour les astronautes.