Info

Brexit et migration : le décevant bilan du sommet européen de Salzbourg

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Les échanges ont été sans ambages lors de ces deux jours de sommet européen en Autriche. Entre les 28, les dissenssions restent profondes et aucun progrès notable n'a été atteint dans les deux dossiers brûlants : le Brexit et l'accueil des migrants.

dans

Au-delà des déclarations en forme d'auto satisfecit et des sourires de façade, le sommet européen a révélé la persistance du bras-de-fer sur les termes du Brexit et des profondes dissensions, attisées par la montée des populistes au pouvoir, en matière de migration.

Brexit : les blocages

Les pommes de discorde perdurent sur les futures relations économiques entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, mais aussi sur la frontière irlandaise. Combative face aux Européens, Theresa May souligne l'absence de contre-proposition acceptable de la part des 27 et demande à l'autre partie de faire, elle aussi, des efforts : "En l'absence de consensus sur un accord acceptable pour le Royaume-Uni, alors préparons-nous à ne pas trouver d'accord. Mais je pense que nous pouvons trouver un terrain d'entente."

Pas question, quoi qu'il en soit, d'un nouveau référendum : les Britanniques quitteront bien l'Union le 29 mars. Un autre sommet est prévu le 18 octobrepour avancer sur la question.

Migrations : entre fermeté et solidarité

A Salzbourg, les dirigeants ont aussi parlé migrations, sans qu'aucun progrès notable, là encore, ne soit possible entre les partisans d'une ligne dure d'un côté et ceux qui plaident pour partager l'effort de solidarité de l'autre. Les pays qui ne veulent pas davantage de Frontex ou davantage de solidarité sortiront de Schengen," a déclaré le président français Emmanuel Macron ce jeudi soir à Salzbourg :


La chancelière allemande Angela Merkel, elle, réitère son appel au partage de l'effort d'accueil au sein de l'Union européenne :


Il faut trouver un moyen de répartir équitablement les migrants dans l'Union. Chacun ne peut pas faire comme il le souhaite, en aucun cas.
Angela Merkel

Un appel toujours pas entendu, car pour l'heure, seule la question du renforcement des frontières fait recette, avec un certain consensus pour donner davantage de moyens à l'agence Frontex et accélérer les reconduites à la frontière. A quelques mois des élections européennes, pas question de prendre des risques.