Info

Brexit : le français peut-il redevenir la langue de travail de l'Union européenne ?

La Commission européenne de Jean-Claude Juncker ainsi que le Conseil européen de Donald Tusk ont privilégié ces dernières années l'anglais comme langue de travail.
La Commission européenne de Jean-Claude Juncker ainsi que le Conseil européen de Donald Tusk ont privilégié ces dernières années l'anglais comme langue de travail.
AP/ Dimitar Dilkoff

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne devrait se produire au plus tard le 30 mars prochain. L'anglais cessera d'être l'une des 24 langues officielles de l'Union européenne. L'Irlande a choisi le gaélique et Malte, le maltais. Le français pourra-t-il redevenir la langue de travail des institutions européennes ? Les précisions de Bernard Cerquiglini, linguiste et ancien délégué général à la langue française .

dans

L'anglais cessera d'être une langue officielle de l'Union européenne le 30 mars prochain. La langue de Shakespeare a supplanté le français comme langue de travail au sein de la Commission européenne, notamment ces 20 dernières années. Quelle sera la place du français demain dans les institutions européennes ?

Bernard Cerquiglini : Tout le monde parle du Brexit et estime que la sortie de l'Union européenne va affaiblir fortement l'usage de l'anglais au sein des institutions européennes. C'est faux ! L'anglais est une langue globale et les fonctionnaires européens continueront à parler anglais ensemble dans les couloirs et dans les bureaux. Et le français ne redeviendra pas la langue exclusive des élites européennes qu'il fut au XVIIème siècle ! La fin de l'anglais comme langue officielle pourrait cependant réintroduire une forme de multilinguisme. Ainsi, par exemple, au sein de la Commission ou au sein du Conseil européen, lors de négociations longues et difficiles entre gouvernements, la facilité était de s'entendre rapidement sur une seule version écrite en anglais.
 

Bernard Cerquiglini  présente  l'émission linguistique quotidienne de format court<em> </em><em>Merci professeur ! </em>sur TV5 Monde.
Bernard Cerquiglini  présente  l'émission linguistique quotidienne de format court Merci professeur ! sur TV5 Monde.
TV5 Monde

Il fallait être rapide et produire facilement. Les Français tentaient à chaque fois de rappeler les principes liguistiques de l'Union et demandaient que les accords soient également édités dans leur langue. Cette position était considérée comme particulièrement défensive.

Tout cela devrait radicalement changer, car la solution de facilité qu'était l'anglais ne sera plus disponible. Il faudra publier les documents de travail et les textes officiels européens définitifs dans au moins l'une des langues officielles.

Le président Macron ne se trompe pas en affirmant que l'usage du français peut se retrouver à nouveau renforcé par la sortie de l'Union européenne du Royaume-Uni.
 

L'anglais est devenu la matrice intellectuelle de la Commission européenne ces dernières années, imposant ses valeurs et sa culture juridiqueBernard Cerquiglini, linguiste


L'anglais ne devrait plus être la langue écrite des documents officiels de l'Union européenne. Est-ce que cela va changer le processus de décision de la Commission européenne ?

B.C : Utiliser l'anglais n'est pas neutre. Une langue véhicule ses valeurs, sa culture économique et juridique. L'anglais, ces dernières années est devenue la matrice intellectuelle de la Commission européenne. Un mot en apparence similaire en français et en anglais n'a pas la même signification.

Le terme "public service" dans la langue anglaise fait référence à des entreprises qui remplissent des fonctions touchant à l'intérêt général mais cela ne veut pas dire que ces entreprises doivent être publiques, contrairement aux services publics français qui, eux, appartiennent à la puissance publique. "Public service" est un service que l'on rend au public. Ce n'est pas un service public comme on l'entend en France. Le statut de l'entreprise qui remplit cette fonction n'est pas défini. Cela peut ouvrir la voie aux privatisations des entreprises qui rendent un service au public. La notion de "service d'intérêt économique général" l'a emporté sur la notion de service public à la française. En outre, les termes juridiques anglais renvoient à une culture juridique, "la Common law" (Lois édictées au fur et à mesure des décisions des tribunaux, ndlr) qui n'est pas celle des pays latins de droit romain. Privilégier une langue par rapport à une autre a donc des conséquences économiques et juridiques sur le fonctionnement de l'Union européenne.

'Public service' est un service que l'on rend au public. Ce n'est pas un service public comme on l'entend en France. La définition anglaise l'a emporté sur la notion française Bernard Cerquiglini, linguiste

Dans quelle langue principale vont-être écrits ces textes ? L'allemand est la langue la plus parlée au sein de l'Union européenne. Est ce que l'allemand ou une autre langue peut supplanter le français ?

B.C : Je pense que l'on va revenir aux fondements de ce que disent les textes de l'Union européenne, ceux du multilinguisme. Il faut rappeler que les services de traduction au sein de l'Union coûtent moins de deux euros par citoyen. Le traité de Rome de 1957 a été rédigé en français, en italien, en néerlandais et en allemand. L'allemand est la langue la plus parlée au sein de l'Union mais les Allemands ne sont pas dans une logique de promotion de leur langue. L'allemand n'est pas une langue globale, contrairement au français.

En dehors des institutions, les citoyens européens sont de plus en plus amenés à vivre, étudier et travailler au sein de l'espace communautaire. Est-ce qu'une plus grande intégration européenne va davantage favoriser l'anglais, lingua franca de facto du continent, au détriment de l'apprentissage d'autre langues européennes ?

B.C : L'anglais est une langue globale nécessaire pour communiquer avec le plus grand monde. Mais penser que seul l'anglais est nécessaire est une erreur. C'est une idée qui a fait son temps et qui date beaucoup des années 70-80. Chaque citoyen européen devrait parler en plus de l’anglais une ou deux langues européennes, d'autant plus que ces langues européennes sont des langues parlées un peu de partout dans le monde. Les jeunes Européens cherchent à parler plusieurs langues.

 

Michel Barnier, négociateur en chef de l'Union européenne, communique surtout en anglais.
Michel Barnier, négociateur en chef de l'Union européenne, communique surtout en anglais.
AP/Geert Vanden Wijngaert

Retour sur le déclin du français au sein des institutions européennes. Témoignage de Maroun Labaki, président du club de la presse francophone et du Press Club de Bruxelles.

Le 25 avril dernier, le représentant français auprès de l’Union européenne, Philippe Léglise-Costa, claquait la porte d’une réunion des ambassadeurs européens. Raison de la colère : une réunion où seul l'usage de l'anglais était autorisé et ceci sans possibilité de traduction, au mépris des règles édictées pourtant par l'Union. Un coup d'épée dans l'eau ? Le temps est loin où la très grande majorité des commissaires européens s'exprimait d'abord en français sous la présidence à la Commission de Jacques Delors ( 1985-décembre 1994). La commissaire la plus influente, Margrethe Vestager Hansenne, responsable des questions de concurrence ne s'exprime qu'en anglais. Le français Michel Barnier, chargé des négociations européennes, communique essentiellement dans la langue de Shakespeare.

Maroun Labaki, président du Press Club de Bruxelles.
Maroun Labaki, président du Press Club de Bruxelles.
TV5MONDE


L'élargissement de l'Union européenne aux anciens pays du bloc de l'Est en 2004 a changé la donne. Les Commissaires des nouveaux membres parlent exclusivement anglais ! "Ce fut un véritable big bang ! Ces nouveaux membres étaient fascinés pas les Etats-Unis et l'Otan et ils sont passés du russe à l'anglais américain. Avant cette période, nous étions encore au sein de l'Union un petit club et le français avait gardé une place importante. Les fonctionnaires parlaient français. Ce n'est plus vraiment le cas maintenant ! Certains aujourd'hui sont polyglotes mais ne pratiquent pas le français. Le seul bastion francophone qui demeure se trouve dans les salles de presse. Les portes paroles de la Commission parlent encore en français", témoigne Maroun Labaki, président du club de la presse francophone et du Press Club de Bruxelles.

Le journaliste belge se montre pessimiste et pense que la force de l'usage pourrait maintenir l'anglais comme une langue officielle au sein de l'Union. "Les fonctionnaires ne maîtrisent pas tous bien l'anglais. Ils parlent le 'globish' ( NDLR : un jargon anglais mondialisé) mais ils en ont gardé l'usage. D'autant plus que les groupes de pression, les lobbys qui travaillent à Bruxelles utilisent cet anglais", conclut le journaliste.