Info

Burkina: le gouvernement demande le retrait des troupes françaises, Paris veut des clarifications

Manifestation antifrançaise et prorusse, le 20 janvier 2023 à Ouagadougou
Manifestation antifrançaise et prorusse, le 20 janvier 2023 à Ouagadougou
afp.com - OLYMPIA DE MAISMONT
Patrouille de soldats français dans le nord du Burkina Faso, le 12 novembre 2019 dans le cadre de l'opération Barkhane
Patrouille de soldats français dans le nord du Burkina Faso, le 12 novembre 2019 dans le cadre de l'opération Barkhane
afp.com - MICHELE CATTANI
Patrouille de soldats français dans le nord du Burkina Faso, le 9 novembre 2019 dans le cadre de l'opération Barkhane
Patrouille de soldats français dans le nord du Burkina Faso, le 9 novembre 2019 dans le cadre de l'opération Barkhane
afp.com - MICHELE CATTANI
Manifestation antifrançaise à Ouagadougou, le 20 janvier 2023
Manifestation antifrançaise à Ouagadougou, le 20 janvier 2023
afp.com - OLYMPIA DE MAISMONT
Banderole représentant le président russe Vladimir Poutine, à une manifestation antifrançaise et prorusse, le 20 janvier 2023 à Ouagadougou
Banderole représentant le président russe Vladimir Poutine, à une manifestation antifrançaise et prorusse, le 20 janvier 2023 à Ouagadougou
afp.com - OLYMPIA DE MAISMONT

Le porte-parole du gouvernement du Burkina Faso a confirmé lundi que Ouagadougou avait demandé le départ des troupes françaises basées dans le pays dans un délai d'un mois, mais Paris a répondu attendre des clarifications de la part du président de transition Ibrahim Traoré.

"Ce que nous dénonçons c'est l'accord qui permet aux forces françaises d'être présentes au Burkina Faso. Il ne s'agit pas de la fin des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la France", a déclaré lundi midi le porte-parole du gouvernement burkinabè, Jean-Emmanuel Ouédraogo, dans une interview sur la Radio-Télévision du Burkina (RTB).

"Les forces françaises sont basées à Ouagadougou sur la demande du Burkina Faso et de ses autorités. Cette dénonciation est dans l'ordre normal des choses, elle est prévue dans les termes de l'accord militaire", a-t-il poursuivi, indiquant que la procédure laissait "un mois à l'autre partie pour accéder à cette requête".

Le Burkina héberge actuellement un contingent de près de 400 forces spéciales françaises, la force Sabre.

Dans un courrier du ministère burkinabè des Affaires étrangères adressé à Paris et daté de mercredi, dont l'AFP a eu copie, Ouagadougou "dénonce et met fin dans son entièreté à l'accord" du 17 décembre 2018 "relatif au statut des forces armées françaises intervenant" dans la lutte antijihadiste dans le pays sahélien.

"Nous avons bien reçu la note verbale (du ministère burkinabè) transmise à notre ambassade", a indiqué lundi à l'AFP la porte-parole du Quai d'Orsay, Anne-Claire Legendre, dans une déclaration écrite.

"Comme l'a dit le président de la République (Emmanuel Macron) hier, nous attendons que le président de la transition burkinabè (Ibrahim Traoré) clarifie la portée de cette note", a-t-elle ajouté.

Paris souhaite que la demande de départ soit confirmée par le président Traoré lui-même avant d'en prendre acte. Des sources concordantes françaises font état de désaccords au sein du gouvernement burkinabè sur le maintien ou non des troupes françaises.

"Au stade actuel nous ne voyons pas comment faire plus clair que cela", avait déclaré auparavant lundi M. Ouédraogo.

Selon lui cette demande de départ des forces françaises "n'est pas liée à un événement en particulier".

"C'est lié à la volonté, aujourd'hui des autorités de la transition et de l'ensemble des Burkinabè, d'être les acteurs premiers de la reconquête de notre territoire", a-t-il ajouté, précisant attendre des pays amis "du soutien surtout sur le plan matériel" pour aider les forces de sécurité.

- Départ de l'ambassadeur -

La France, ex-puissance coloniale, est contestée au Burkina depuis plusieurs mois.

En décembre, les autorités burkinabè avaient demandé à Paris le remplacement de l'ambassadeur du France, Luc Hallade, dans leur collimateur pour notamment avoir fait état de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays.

Lundi, M. Ouédraogo a indiqué que le gouvernement avait "reçu toutes les assurances sur le fait que les autorités françaises vont accéder à cette requête dès cette semaine".

Mais selon une source diplomatique, son sort n'est pas encore scellé et il se trouve toujours à Ouagadougou.

Les derniers échanges bilatéraux officiels ont eu lieu le 10 janvier entre le capitaine Traoré et la secrétaire d'Etat Chrysoula Zacharopoulou qui avait assuré que la France n'imposerait rien mais qu'elle était "disponible pour inventer un avenir ensemble".

Depuis son arrivée au pouvoir en septembre à la faveur d'un putsch, le capitaine Traoré et son gouvernement ont manifesté leur volonté de diversifier leurs partenariats notamment en matière de lutte contre le jihadisme.

Les nouvelles autorités ont ces dernières semaines engagé un rapprochement avec la Russie.

Le Premier ministre burkinabè a fait une discrète visite à Moscou en décembre et avait déclaré il y a deux semaines qu'un partenariat avec la Russie était "un choix de raison".

Ces derniers développements rappellent le précédent du Mali voisin: l'été dernier, la junte au pouvoir à Bamako avait intimé aux forces françaises de quitter le pays après neuf ans de présence.

De multiples sources rapportent que les autorités maliennes ont commencé à faire venir dès fin 2021 le groupe paramilitaire russe Wagner, dont les agissements sont décriés dans différents pays, ce que la junte dément.

Au Burkina, les autorités assurent en coulisses à Paris ne pas vouloir s'adjoindre les services de Wagner, dont une équipe de liaison est venue prospecter dans ce pays riche en ressources minières, selon plusieurs sources françaises.

Le Burkina Faso, en particulier dans sa moitié nord, est confronté depuis 2015 aux attaques de groupes liés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique (EI). Elles ont fait des milliers de morts et au moins deux millions de déplacés.