Info

Campagne électorale au Québec : les familles, clientèle cible des partis politiques

(Photo : Catherine François)

Depuis le lancement de la campagne électorale le 23 août dernier, les quatre partis politiques en lice enchaînent promesses sur promesses aux familles québécoises afin d’améliorer leur quotidien. Toutes sortes de mesures sont ainsi présentées afin de séduire les papas et les mamans de la province.

dans
Le slogan électoral des troupes libérales de Philippe Couillard, le premier ministre sortant, est : « pour faciliter la vie des Québécois » ou « pour faciliter la vie des familles ». Les Libéraux promettent notamment de rendre gratuites les garderies de la province (l’équivalent des crèches en France) pour les enfants de 4 ans et plus et d’implanter plus tôt un cours d’anglais intensif dans les écoles du primaire – actuellement les petits commencent l’anglais en première année du primaire.

Les Libéraux promettent également de bonifier considérablement les salaires des enseignants québécois, sous-payés si on compare leur situation à celle des enseignants de l’Ontario par exemple. Philippe Couillard veut aussi, s’il est réélu, que les enseignants de maternelle et de la première année du primaire soient assistés d’une personne supplémentaire dans leurs classes.

Bébé-bonus pour la Coalition Avenir Québec

Le 27 août dernier, jour de rentrée scolaire dans les écoles montréalaises, François Legault, le chef de la Coalition Avenir du Québec, le parti qui mène dans les sondages, a tweeté : « A tous les parents, tous les enseignants et à tous les enfants : bonne semaine de rentrée scolaire ».
 

Ce parti, qui est porté par le vent de changement auquel aspirent de nombreux Québécois, suggère que tous les petits Québécois entrent à l’école, en pré-maternel, dès 4 ans (l’âge d’entrée à l’école est fixé à 5 ans au Québec) et il prône l’école obligatoire jusqu’à 18 ans (elle l’est actuellement jusqu’à 16 ans). Les « Caquistes », comme on les appelle, promettent également d’offrir 250 dollars canadiens aux familles québécoises dont les enfants ont besoin de lunettes. Enfin François Legault propose un bébé-bonus : si une famille décide d’avoir un deuxième enfant, son gouvernement lui offrirait 1200$ annuellement. Et un autre 1200$ par an également pour un troisième enfant.

Plus de « télétravail » et un service de lunch à l’école

Le Parti Québécois, qui prône la souveraineté du Québec, veut de son côté favoriser le télétravail, des mesures qui pourraient concerner 200 000 personnes d’ici 2025. Le télétravail, ça veut dire moins de personnes coincées dans les embouteillages de l’heure de pointe du soir et du matin, et une meilleure conciliation travail-famille. Une mesure concrète qui pourrait améliorer le quotidien de milliers de Québécois. Parlant d’embouteillages, les Péquistes suggèrent de mettre en place une application qui permettrait de mettre en lien les automobilistes afin d’encourager le co-voiturage et de réduire le nombre de voitures sur les routes, surtout dans la grande région de Montréal, où les bouchons sont de pire en pire. Une proposition qui permettrait concrètement d’améliorer le quotidien de milliers de Québécois.

Les Péquistes ont aussi promis d’offrir aux parents québécois un service de « lunchs » à coût modique pour les parents débordés (dans les écoles primaires du Québec, les enfants doivent apporter leur repas pour le midi et c’est donc aux parents de les préparer). La « corvée » de la boite à lunch serait donc ainsi levée pour les familles qui voudraient se prévaloir de ce service dont le coût varierait en fonction du revenu familial. Une « mini-révolution » a dit la vice-présidente du parti, Véronique Hivon. Oui… et non, car un service de traiteur est déjà offert dans 70% des écoles du Québec.

Une assurance dentaire pour tous les Québécois

Du côté de Québec solidaire, le parti le plus à gauche sur l’échiquier politique québécois, on propose aux Québécois une assurance dentaire pour toute la population. Actuellement, seuls les Québécois possédant des assurances privées peuvent se faire rembourser – en partie – les frais de dentistes et autres spécialistes de la dent. Comme ces soins coûtent très cher, des dizaines de milliers de Québécois n’en profitent pas. Voilà donc une mesure concrète qui pourrait venir en aide aux plus défavorisés.  

La CAQ en avance

Par ailleurs un dernier sondage, réalisé par la firme Léger pour les quotidiens montréalais Le Devoir et Montreal Gazette, confirme l’avance de la Coalition Avenir Québec sur les Libéraux : après répartition des indécis, le parti de François Legault récolte 37% des intentions de vote, contre 32% pour le Parti Libéral, 19% pour le Parti Québécois et 8% pour Québec solidaire. Par contre, les troupes libérales ont fait une remontée de quelques points par rapport au sondage réalisé en mai dernier. Donc rien n’est encore joué dans ce duel annoncé entre Caquistes et Libéraux, surtout que plus d’un électeur sur trois n’a pas encore fait de choix définitif.