Info

Canada : la légalisation du cannabis n'aurait pas d'impact sur la consommation

© AP Photo/Jae C. Hong
© AP Photo/Jae C. Hong

La légalisation du cannabis fin 2018 a-t-elle eu un impact sur la consommation des Canadiens ? Non, selon les résultats d'une récente étude de Statistique Canada.

Les oiseaux de mauvais augure qui prédisaient une explosion de la consommation de cannabis au sein de la population après le 17 octobre vont en prendre pour leur rhume : l’étude de l'organisme nationale des statistiques du Canada révèle qu’environ 4,6 millions de Canadiens de 15 ans et plus, soit 15% de la population, ont consommé du cannabis au cours des trois derniers mois.
  C’est le même pourcentage qu’au cours du trimestre avant la légalisation. Autrement dit, cette dernière n’a eu, pour l’instant, aucun impact sur la consommation de ce produit. Sur ces 15%, 7% disent en avoir consommé à des fins récréatives, 4% à des fins médicales et 4% à des fins récréatives et médicales. « Le taux de consommation à des fins non médicales était trois fois plus élevé chez les 15 à 24 ans (18%) que chez les 25 ans et plus (6%) » précise l’étude, ce qui n’est pas surprenant.

D’ailleurs la consommation est plus élevée chez les jeunes de 18 à 24 ans, mais il n’y a pas eu d’augmentation substantielle de la consommation chez ce groupe d’âge et l’âge moyen du fumeur de cannabis est de 38 ans. « Au regard de notre échantillon de 5684 personnes, on ne peut pas parler d’augmentation significative de la consommation chez les jeunes, explique Sylvain Tremblay, directeur de la Division des enquêtes spéciales à Statistique Canada. Il faut considérer que le groupe d’âge 18-24 est plus petit que les autres. Le taux reste relativement stable avant et après la législation. Le cannabis n’est pas qu’une affaire de jeunes. »
 

La Nouvelle-Ecosse en tête


C’est dans la province maritime de la Nouvelle-Écosse que l’on consomme le plus de cannabis, le Québec arrive en deuxième position. Et c’est chez les hommes que cette consommation est plus élevée : 19% contre 11% pour les femmes.

Plus du trois quarts des consommateurs de cannabis ont indiqué que la qualité et la sécurité étaient des critères qu’ils prenaient en considération quand ils achetaient du cannabis, ce qui semble indiquer qu’ils auraient tendance à aller acheter dans des points de vente légaux.

L’enquête de Statistique Canada indique également que plus du quart de ceux qui ont consommé du cannabis à des fins récréatives l’ont acheté légalement. Par ailleurs, 55% des Canadiens, soit un peu plus d’un Canadien sur deux, disent n’avoir jamais consommé de cannabis.
 

Des chiffres rassurants


En entrevue à Radio-Canada, le ministre québécois délégué à la Santé, Lionel Carmant, a réagi avec prudence à ces statistiques : « Je suis rassuré de voir que depuis l’ouverture des succursales de la Société québécoise du cannabis, la SQDC, les données sont stables pour les 15-24 ans, mais il faut réaliser que les changements d’habitude de vie, ça prend plus longtemps avant de s’observer ». À noter que le Québec est la seule province du Canada à avoir fixé à 21 ans l’âge légal pour acheter du cannabis dans l’optique de réduire la consommation chez les jeunes : une décision controversée prise par le nouveau gouvernement de François Legault après sa victoire en octobre dernier.

Statistique Canada a l’intention de mener des études similaires sur la consommation de cannabis au cours des prochains mois : « Nous continuons de faire le suivi chaque trimestre. La prochaine étude sera d’ailleurs la première à rendre entièrement compte de l’après-légalisation, puisqu’elle portera sur la période de novembre 2018 à janvier 2019 », déclare Sylvain Tremblay.
 

Situation identique aux Etats-Unis


Les études menées au Colorado, l’un des États américains qui a légalisé le cannabis en janvier 2014, en arrivent à des conclusions similaires. La légalisation ne s’était pas traduite par une augmentation de la consommation. Idem dans l’État de Washington.
  Voilà des données qui pourraient apporter de l’eau au moulin aux partisans de la légalisation du cannabis dans d’autres pays occidentaux. Et qui vont aussi faire marquer des points à Justin Trudeau, qui a pris un gros pari en faisant du Canada le premier pays du G7 à légaliser le cannabis. En cette année électorale, alors qu’il va tenter de se faire réélire par les Canadiens en octobre prochain, c’est une prise de moins pour ses adversaires.