Info

Canada : le gouvernement prévoit 40 milliards de dollars pour les enfants autochtones

Les écoliers de la Red Cloud Indian School ont reçu fin septembre des T-shirts orange en solidarité aux enfants autochtones des générations précédentes qui ont été séparés de leurs familles et placés dans des pensionnats.
Les écoliers de la Red Cloud Indian School ont reçu fin septembre des T-shirts orange en solidarité aux enfants autochtones des générations précédentes qui ont été séparés de leurs familles et placés dans des pensionnats.
Emily Leshner/AP

Le gouvernement de Justin Trudeau a annoncé le 14 décembre qu’il avait prévu de consacrer 40 milliards de dollars pour les enfants autochtones. La moitié sera consacrée aux compensations aux familles, l’autre pour réformer le système de protection de l’enfance. 

Le Canada prévoit de dépenser 40 milliards de dollars pour les enfants autochtones, a annoncé mardi le gouvernement de Justin Trudeau lors d'une révision budgétaire, qui table sur une reprise économique plus rapide que prévu.
  Cette enveloppe, qui correspond à 27,64 milliards d'euros, pourrait servir à mettre fin à un litige portant sur les sommes allouées par l'Etat fédéral aux services de protection de l'enfance pour les autochtones en comparaison de ceux offerts aux enfants non-autochtones. La ministre des Finances Chrystia Freeland a indiqué que la moitié de cette somme servirait à compenser les enfants et leur famille, et que l'autre permettrait de réformer le système. 

Une dette envers les peuples autochtones

"Nous savons qu'il est primordial de payer notre dette envers les peuples autochtones et que nous devons faire en sorte que ces injustices ne se reproduisent jamais", a affirmé la ministre en conférence de presse. En 2019, le Tribunal canadien des droits de la personne a ordonné au gouvernement de verser une compensation de 40 000 dollars canadiens à chacun des milliers d'enfants des Premières Nations retirés de la garde de leurs parents et placés dans le système de protection de l'enfance après 2006.  

L'argent n'équivaut pas à la justice, mais cela indique que nous sommes sur la voie de la guérison.
RoseAnne Archibald

Le pays est ébranlé depuis mai par des révélations sur la politique d'assimilation des populations autochtones qui a prévalu pendant des années. "L'argent n'équivaut pas à la justice, mais cela indique que nous sommes sur la voie de la guérison", a déclaré RoseAnne Archibald, la cheffe nationale de l'Assemblée des Premières Nations.

Une aide plus ciblée

Dans sa révision budgétaire, la ministre Freeland a par ailleurs revu à la baisse l'aide financière en cas de pandémie, affirmant que "le Canada s'est largement remis des dommages économiques" infligés par le Covid-19 et qu'il est "sur le point de connaître une croissance vigoureuse au cours des prochains mois". Les trois millions d'emploi perdus au début de la pandémie ont été récupérés et la croissance économique atteint presque les niveaux d'avant le Covid-19, faisant du Canada le deuxième pays du G7 ayant la reprise la plus rapide, a-t-elle précisé.
  Après avoir distribué des milliards de dollars en aide financière ces deux dernières années, le gouvernement propose maintenant de cibler son aide pour les secteurs les plus durement touchés par la pandémie et de lutter contre le variant Omicron. Avant même les décisions au parlement, les partis de l'opposition ont fait part de leurs inquiétudes concernant les dépenses massives du gouvernement, qui alimentent l'inflation.
Chargement du lecteur...
Le déficit pour l'année en cours devrait légèrement baisser par rapport aux prévisions d'avril et s'établir à 327.7 milliards de dollars, alors que la dette nationale devrait atteindre 1.048.700 milliards, soit 47,6% du PIB. La croissance devrait également être inférieure et se chiffrer à 4.6%.