Info

Canada : Ottawa accorde l'asile à une femme ayant caché l'Américain Snowden

Un des personnes ayant caché le lanceur Edward Snowden à Hong Kong pendant sa fuite va être accueillie au Canada. 
Un des personnes ayant caché le lanceur Edward Snowden à Hong Kong pendant sa fuite va être accueillie au Canada. 
©AP IMAGES / Marco Garcia

Le Canada a accordé l'asile à une femme ayant aidé à cacher le lanceur d'alerte américain Edward Snowden lors de sa cavale à Hong Kong après ses révélations sur l'agence de surveillance américaine NSA. Interrogée par la presse, la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland a implicitement confirmé l'information en déclarant qu'elle n'était "pas intervenue" dans le processus.

"Vanessa Rodel et sa fille Keana, âgée de 7 ans, sont actuellement dans un vol en provenance de Hong Kong qui atterrira à l'aéroport Pearson de Toronto ce soir", a indiqué dans un communiqué l'association "For the refugees", précisant qu'elles se rendraient mardi 27 mars à Montréal pour s'y installer en tant que réfugiées parrainées par le secteur privé.

Originaire des Philippines, Mme Rodel avait caché Edward Snowden dans son appartement de Hong Kong en 2013 après les révélations de l'ancien sous-traitant de la NSA sur l'existence d'un système de surveillance mondiale des communications et d'internet, selon Radio-Canada.

Elle subissait depuis des pressions des autorités hongkongaises et risquait l'expulsion vers son pays d'origine, selon la même source.

"On commence une nouvelle vie, une vie meilleure", a déclaré Mme Rodel avant de monter dans l'avion avec sa fille, a rapporté Radio-Canada.

Chargement du lecteur...
©P.Veysset

"Merci à tous ceux qui, au Canada et dans le monde entier, ont rendu cela possible. Après tant d'années, la première des familles qui m'a aidé est libre et a un avenir", a réagi dans un tweet en français Edward Snowden.

Le lanceur d'alerte a aussi donné une interview à nos confrères de Radio Canada dans laquelle il remercie les Canadiens pour leur geste : "Je ne peux pas décrire les émotions que je ressens (...). Je suis si reconnaissant." Il en profite aussi pour saluer le courage de ces personnes qui l'ont aidé : " Vanessa en a fait assez pour moi. Elle m’appelle un héros, mais je pense plutôt que c’est elle l’héroïne. "

Relation entre Canada et Etats-Unis

La ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland a souligné que les décisions sur les demandes d'asile dans le cadre d'un parrainage privé "ne sont pas" motivées par des considérations politiques.

"Ce n'est pas une question de relations géopolitiques", a précisé la ministre en réponse à une question sur l'éventuelle influence négative de cette décision sur les relations canado-américaines. 

"Ce sont des décisions qui sont prises pour des gens" et qui sont "fondées sur les faits concernant les gens", a-t-elle conclu lors d'un point de presse à Washington, à l'issue d'une rencontre avec le représentant au Commerce Robert Lighthizer.

Interrogé à ce sujet lors d'une conférence de presse, le Premier ministre canadien Justin Trudeau n'a pas souhaité commenter un "cas spécifique".

Le ministère canadien de l'Immigration a simplement précisé à l'AFP que "dans des circonstances exceptionnelles", les dossiers de demande d'asile pouvaient "être accélérés" par rapport aux procédures habituelles.

Cinq autres personnes, de nationalité sri-lankaise, ayant également aidé Edward Snowden, sont toujours en attente de la réponse du gouvernement canadien à leur demande d'asile, selon le quotidien National Post.

L'ancien sous-traitant de la NSA vit en exil en Russie. Les Etats-Unis l'ont inculpé pour espionnage et vols de secrets d'Etat.