Info

Canada : plus de livres en français finalement dans des bibliothèques publiques de Toronto

Établie en 1884, la Bibliothèque publique de Toronto est le plus grand réseau de bibliothèques publiques en Amérique du Nord. Il comporte 99 succursales et compte plus de 11 millions de manuscrits, de documents, etc, dans sa collection. Le réseau en détient plus de 162 000 en français.
Établie en 1884, la Bibliothèque publique de Toronto est le plus grand réseau de bibliothèques publiques en Amérique du Nord. Il comporte 99 succursales et compte plus de 11 millions de manuscrits, de documents, etc, dans sa collection. Le réseau en détient plus de 162 000 en français.
Libre de droit.

27000 ouvrages et documents en français devaient être retirés des bibliothèques publiques de Toronto mais la mairie a fini par reculer, après l'intervention du gouvernement fédéral canadien. Retour sur une histoire qui a ému la communauté francophone de l'Ontario.

C'est une petite victoire pour les Franco-Ontariens. Le réseau des bibliothèques publiques de Toronto entendait retirer 18% de sa collection francophone. Soit 27 000 ouvrages enlevés des étagères sur un fond en français de 160 000 livres et documents.

Une décision qui n'est pas anodine puisque le réseau des bibliothèques publiques de Toronto est le premier en Amérique du Nord. La Bibliothèque publique de Toronto compte 11 millions de pièces consultables.

Pourquoi ces retraits d'ouvrages en français ? La baisse du nombre d’emprunts avait motivé cette décision. Les bibliothèques de Toronto venaient de conclure « un examen de trois ans » de ses collections « en français et multilingues ». Selon les responsables du réseau, la circulation des livres en français a chuté de 10 % depuis 2010, et de 4 % entre 2018 et aujourd’hui.

Mais cette baisse ne touche pas seulement les collections en français. L’emprunt d’ouvrages est victime de la multiplicitation des écrans, la concurence du numérique.

Ainsi sur ce même réseau, les empunts d'ouvrages pour un public adulte ont baissé globalement de 24 % au cours des cinq dernières années. Et ceux destinés aux enfants et aux adolescents ont respectivement décliné de 6 % et de 15 % pendant la même période.

Revirement officiel

La mairie de Toronto, dont dépend le réseau, est finalement revenue sur sa décision. Un revirement dû à une intervention de la ministre du gouvernement canadien chargée du développement économique et des langues, Mélanie Joly.

« Suite à ma conversation avec le maire de Toronto, John Tory, la décision sera renversée. Les livres seront sauvés», a ainsi tweeté la ministre. Bon nombre de ces ouvrages étaient destinés à être vendus, selon le quotidien francophone, Le Devoir.
 

Mélanie Joly a par ailleurs indiqué sur ce tweet que le réseau des bibliothèques de la capitale fédérale canadienne allait augmenter cette année son investissement dans le contenu francophone. Le budget alloué à l'achat de livres en français devrait être doublé.

#Jelisenfrançais

Ce revirement a fait le bonheur des Franco-Ontariens. L'annonce de ce retrait massif, avait été rapportée par l'ONFR+, un site d'information francophone.

Le journaliste de la chaîne de télévision publique francophone TFO Etienne Fortin-Gauthier a également révélé l'affaire.
 
Chargement du lecteur...


La nouvelle a eu l'effet d'un coup de massue. "Nous sommes extrêmement déçus et en colère", confiait Serge Paul, un représentant de la communauté francophone de Toronto dans un entretien à ONFR+.

Comme réponse, une campagne avait été lancée sur Twitter sous le hashtag #Jelisenfrancais pour inciter les francophones à emprunter le plus de livres en français possible dans les bibliothèques.

La libraire francophone Happie Clara Testa en est à l'origine. Depuis la fermeture de la Librairie Champlain, en 2009, et de la Maison de la Presse, c’est la librairie, Mosaique, qui a repris le flambeau pour devenir l'une des seules librairies de langue française de Toronto. La principale association des  communautés francophones de l'Ontario, l'ACFO, s'est également lançée dans la campagne. Le mot d'ordre a eu rapidement un certain écho sur les réseaux sociaux.

 
 

De fait, seulement 17 bibliothèques devaient conserver des collections en français pour adultes, notamment la Toronto Reference Library et la North York Central Library. Mais l’offre francophone destinée aux enfants devait être bonifiée dans 73 établissements.
La propriétaire de la seule librairie francophone de Toronto a lançé la campagne sur les réseaux sociaux.
La propriétaire de la seule librairie francophone de Toronto a lançé la campagne sur les réseaux sociaux.
Libre de droit

Francophonie en danger ?

Un nouveau coup dur pour la francophonie en Ontario a été ainsi évité grâce à une intervention en haut lieu. La place de la francophonie semble en effet encore fragile. Le dossier d'un financement de l'Université française de Toronto, long serpent de mer, n'est toujours pas bouclé. Une entente de financement doit être encore signé entre le gouvernement fédéral et le gouvernement ontarien, rapporte Radio-Canada.

Les gouvernements de Doug Ford et de Justin Trudeau avaient conclu un accord de principe juste avant les élections fédérales en septembre 2019, pour la création de cette première université francophone à Toronto. Il faut désormais débloquer chez les deux parties la somme de quelque 120 millions de dollars pour lancer enfin l'Université.
 

La communauté francophone en Ontario
Selon le recensement de 2016, il y avait un peu plus de 580 000  francophones de langue maternelle en Ontario, soit moins de 5 pour cent de la population ontarienne. Un peu plus de 340 000  Ontariens utilisent principalement le français à la maison, et environ 70 % des francophones en Ontario utilisent régulièrement le français comme langue de travail.