Info

Canada : symbole de la colonisation, des statues des reines Victoria et Elizabeth II renversées

Une statue de la Reine Victoria a été déboulonnée lors d'un rassemblement le jour de la fête nationale du Canada à Winnipeg, le 1er juillet 2021. 
Une statue de la Reine Victoria a été déboulonnée lors d'un rassemblement le jour de la fête nationale du Canada à Winnipeg, le 1er juillet 2021. 
(REUTERS/Shannon VanRaes)

Alors que la colère monte au sein des communautés autochtones au Canada, après une nouvelle découverte de restes humains d’enfants près d’un pensionnat, une manifestation a tourné au renversement de statues représentant les reines Victoria et Elizabeth II.

Des manifestants autochtones défilaient, ce jeudi 1er juillet 2021, jour de fête nationale canadienne, à Winnipeg, autour de l’Assemblée législative du Manitoba pour dénoncer les crimes coloniaux perpétrés envers des enfants autochtones. 

Vêtus de t-shirts orange en hommage à ces enfants, certains des manifestants se sont alors dirigés vers la statue de la reine Victoria pour la recouvrir dans un premier temps d’empreintes de mains peintes en rouge. La statue, datant de 1904 a ensuite été renversée puis laissée au sol, recouverte d’un drapeau du Canada, sur lequel ils avaient inscrit en anglais :  “Nous étions des enfants autrefois. Ramenez-les à la maison.”

Une autre statue, celle d’Elizabeth II, plus petite, a également été renversée. Les deux figures royales sont perçues comme des symboles de l’histoire coloniale du pays. Quelques jours plus tôt, ce sont plus de 750 tombes anonymes d'enfants qui avaient été découvertes sur le site d'un ancien pensionnat pour autochtones à Marieval, établissement géré par l'Église. Quatre églises catholiques ont été incendiées suite à cette découverte. 

Chargement du lecteur...

En effet, ce sont plus de 150 000 enfants autochtones qui ont été séparés de leurs familles et communautés pour être envoyés dans des pensionnats, au cours du siècle dernier. Les personnes ayant survécu ont raconté les violences subies dans ces établissement, allant jusqu’au viol et au meurtre. Cette campagne de "civilisation" forcée des communautés autochtones avait été décidée par le gouvernement canadien.

Jeudi 1 er juillet, la presse locale canadienne annonçait la découverte de 182 restes humains dans des tombes anonymes près d’un ancien pensionnat.

Chargement du lecteur...

Cette découverte macabre survient après plusieurs annonces de ce genre, qui ont plongé le pays entier en état de choc. Avant même cette récente découverte, de nombreux groupes autochtones avaient appelé à ne pas célébrer le “Canada day”, comme le groupe “Idle No More” : “Nous ne célébrerons pas les terres indigènes volées, ni les vies indigènes volées” avait déclaré le groupe dans un communiqué, appelant toutes les communautés autochtones à une manifestation nationale.