Info

Canada : une population vieillissante qui compte sur l'immigration

Le quartier du Vieux Québec, photo datée du 13 août 2013  
Le quartier du Vieux Québec, photo datée du 13 août 2013  
(AP Photo/Calvin Woodward)

Les données démographiques tirées par Statistique Canada du recensement réalisé en 2021 indiquent que la population canadienne forte 37 millions d’habitants est de plus en plus vieille : les 65 ans et plus représentent maintenant 7 millions de personnes, une augmentation de 18,3% entre 2016 et 2021. Nouveauté de ce recensement, il révèle pour la première fois le genre déclaré par la population de plus de 15 ans, à savoir cisgenre, transgenre ou non binaire.

Ce n’est pas vraiment une surprise, comme dans beaucoup de pays occidentaux, la population canadienne est vieillissante : «Le nombre de personnes de 65 ans et plus a crû six fois plus vite que celui des enfants de 0 à 14 ans» écrit Statistique Canada dans son rapport. Moins de bébés, l’espérance de vie qui augmente : c’est ça, une population qui vieillit.(Re)lire : Canada : Justin Trudeau et les autochtones, entre espoir et déceptions 

En 2021, le Canada comptait 9 540 centenaires. Le phénomène est le plus marqué dans les provinces du Québec et de Terre-Neuve et Labrador, alors que les plus jeunes vivent dans l’ouest du Canada. Au Québec par exemple, 20,6% de la population a plus de 65 ans. «L’immigration rajeunit la population canadienne, peut-on lire dans le communiqué de Statistique Canada, mais cela est insuffisant pour inverser le processus de vieillissement démographique». A noter cependant que, malgré le vieillissement de sa population, le Canada reste le pays le plus jeune du G7, devant les États-Unis et le Royaume Uni : le pays de la feuille d’érable avait, en 2021, 37 millions d’habitants, soit 5,2% de plus qu’en 2016. C’est le pays du G7 qui a enregistré la plus forte croissance démographique. 

Baisse de l’influence des baby-boomers et croissance des générations X et Y

Ils ont été dominants dans la société canadienne pendant des décennies, mais les baby-boomers, soit toutes les personnes âgées de 56 à 75 ans, représentent maintenant moins de 25% de la population canadienne, alors que leur poids démographique était de plus de 41% en 1966. Une tendance qui s’explique par un double phénomène : une mortalité liée à leur âge, bien sûr, mais aussi par le fait qu’il y a moins d’immigrants dans ces tranches d’âge qui s’installent au pays, «L’immigration n’est donc plus un facteur important de cette génération» fait remarquer Statistique Canada dans son rapport. 

(Re)lire : Migration : quelle place pour les travailleurs migrants ?

En parallèle, on constate que les « millénariaux », soit la génération Y née entre 1981 et 1996, augmente son poids au sein de la population canadienne, en grande partie grâce à l’apport de l’immigration : plus de la moitié des personnes arrivées au Canada entre 2016 et 2021 étaient de cette génération. Au total, les « millénariaux » représentent maintenant 33,2% de la population. 

On s'assure de continuer à augmenter nos niveaux d'immigration, on continue à s'assurer que les aînés ont plus de choix s'ils veulent continuer à travailler

Justin Trudeau, Premier ministre canadien

«Encore jeunes, ces générations sont davantage exposées à la diversité ethnoculturelle, religieuse et de genre, et ont grandi dans un univers technologique et interconnecté qui a une incidence importante sur leurs valeurs et leur mode de vie», dit le rapport de Statistique Canada. 

La génération X (41-55 ans) a aussi augmenté de 2,3% entre 2016 et 2021. Et c’est la génération Z (9-24 ans) qui a connu la plus grande croissance, 6,4% au cours des cinq dernières années. Enfin la génération Alpha, soit 8 ans et moins, compte maintenant plus de 3 millions de personnes. Alors que les générations grandiose (94 ans et plus) et de l’entre-deux-guerres (76-93 ans) voient leur importance décroître, en lien bien sûr avec la mortalité liée à ces âges avancés. 

Données sur la diversité des genres

Pour la première fois, le recensement a intégré des questions sur la diversité des genres afin de mesurer l’importance de ces groupes au sein de la population canadienne. Ainsi, 100 815 répondants de 15 ans et plus se sont déclarés transgenres ou non-binaires, soit 0,33% de la population. Et c’est au sein des générations Z et Y qu’ils sont les plus nombreux, ils vivent également en majorité dans les grands centres urbains du pays, Toronto, Montréal, Vancouver, Ottawa, Edmonton et Calgary. Le Canada est le premier pays à recueillir des données sur ces communautés, des données précieuses pour mesurer leur importance dans la société canadienne d’aujourd’hui. «L’acceptation et la compréhension de la diversité de genre et de la diversité sexuelle ont évolué au fil des années, énonce Statistique Canada, donc les jeunes générations peuvent se sentir plus à l’aise que les générations plus âgées de déclarer leur identité de genre»

Tableau des générations utilisé par Statistique Canada

Génération grandiose                                                      94 ans ou plus (nés avant 1928)
Génération de l’entre-deux-guerres                       76 à 93 ans (nés entre 1928 et 1945)
Baby-boomers                                                                   56 à 75 ans (nés entre 1946 et 1965)
Génération X                                                                      41 à 55 ans (nés entre 1966 et 1980)
Génération Y (millénariaux)                                       25 à 40 ans (nés entre 1981 et 1996)
Génération Z                                                                      9 à 24 ans (nés entre 1997 et 2012)
Génération Alpha                                                             8 ans ou moins (nés entre 2013 et 2021)

Les impacts de ces données démographiques sur la société canadienne

Le premier impact du vieillissement de la population sera sur le marché du travail :  un travailleur sur 5 au Canada a entre 55 et 64 ans, une vague de retraites va donc déferler sur le marché canadien du travail au cours des prochaines années. « C’est certainement un facteur expliquant les pénuries de main d’œuvre que connaît actuellement le Canada » estime Laurent Martel, directeur de la division de la démographie à Statistique Canada. Interpelé sur le dossier, le premier ministre Justin Trudeau dit que son gouvernement prend les mesures nécessaires pour éviter de perdre trop de travailleurs : « On s'assure de continuer à augmenter nos niveaux d'immigration, on continue à s'assurer que les aînés ont plus de choix s'ils veulent continuer à travailler »

L’autre impact majeur du vieillissement de la population sera sur les soins de santé : dans les provinces canadiennes, les réseaux de santé sont déjà surchargés et la pandémie n’a pas arrangé les choses en causant des délestages importantes dans les hôpitaux. Cette population vieillissante va aussi vouloir rester chez soi le plus longtemps possible : les soins à domicile devront donc augmenter en conséquence et les gouvernements doivent se préparer à cette tendance en augmentant les budgets liés à ces soins.  

(Re)voir : [A Vrai Dire] Y a-t-il, sur la planète, pénurie d'hommes par rapport aux femmes ?