Info

Chili : un programme de "retour volontaire" des ressortissants haïtiens fait polémique

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE / Laurie Fachaux

Depuis son entrée en fonction en mars dernier, Sebastián Piñera, président du Chili, durcit les conditions de séjour des Haïtiens. Une désillusion pour ces immigrés caribéens, désormais raccompagnés chez eux via un programme dit de "retourhumanitaire" qui fait polémique.

dans
"Je rentre en Haïti parce que c'est difficile pour moi de trouver du travail... C'est pour cela que je m'en vais !", explique Kande, une migrante haïtienne sur le point de quitter le Chili. Ce petit pays d'Amérique latine était devenu le nouvel eldorado des Haïtiens ces deux dernières années. Près de 170 000 d'entre eux s'y étaient installés, attirés par l'espoir d'une vie meilleure et la bonne santé économique du pays.

Cette mesure de "retour volontaire" est entrée en vigueur le 17 octobre 2018, et le premier avion en direction de Port-au-Prince a décollé du Chili le 7 novembre 2018. "Nous ne faisons que répondre à une demande humanitaire. Il y a uniquement des hommes et des femmes dans cet avion, pas d'enfants. Toutes ces personnes ont demandé à rentrer chez elles, puisqu'elles n'ont pas pu accomplir leur rêve, celui de trouver une vie meilleure au Chili", explique Rodrigo Ubilla, le secrétaire  d'État chilien de l'Intérieur.

D'après un sondage de l'institut Cadem, 85 % des Chiliens approuvent les mesures du gouvernement, mais d'autres dénoncent des "avions de la honte", ou encore des "expulsions déguisées", comme ce prêtre jésuite impliqué dans plusieurs associations d'aide aux migrants haïtiens :

 

Je pense que c'est est un échec parce que c'est une mesure raciste, et une façon déguisée de mettre des personnes dehors de manière violente.

Ruben Morgado, jésuite bénévole avec les migrants

Une fois rentrés sur l'île, l'amertume et la colère prévalent, car ces Haïtiens ont aussi dû signer un document dans lequel ils s'engagent à ne pas revenir au Chili pendant neuf ans : 


Nous, les Haïtiens, nous sommes les plus humiliés au Chili. Il y a d'autres étrangers là-bas, mais c'est nous que l'on met dans des avions !

Un migrant haïtien

Haïti n'est pas un bon pays, son gouvernement non plus. Si je me sentais plus en sécurité dans mon pays, je n'aurais jamais dépensé 3 000 dollars pour aller au Chili. Je serais resté ici !

Un migrant haïtien

Ce lundi 26 novembre 2018, un autre avion en provenance de Santiago de Chili devrait atterrir à Port-au-Prince avec à son bord, 170 ressortissants haïtiens.


À voir aussi :
À mesure que l'Europe durcit ses lois sur l'immigration, beaucoup d'Haïtiens en quête d'un avenir meilleur choisissent une destination plus proche : le Chili, qui doit faire face à une vague massive d'immigration.
Chargement du lecteur...
© TV5MONDE