Info

Chine : Jack Ma, le patron d'Alibaba, veut devenir philantrope

Chargement du lecteur...
©TV5Monde

Parti de rien, Jack Ma, l'homme le plus riche de Chine, annonce son prochain départ de la direction du groupe Alibaba, numéro un chinois du commerce en ligne. Un retrait en douceur d'ici un an, pour celui qui a construit un empire de 420 milliards de dollars.

dans

A l'image d'un roi de la pop, Jack Ma joue la rock-star et se prête volontiers au jeu, lors de la fête annuelle de son groupe ALIBABA. Le numéro un du commerce en ligne chinois pèse 420 milliards de dollars. Lui, son fondateur, 40 milliards, 19e fortune mondiale. Issu d'un milieu défavorisé de Hangzhou, arrivé au firmament, cet ancien professeur d'anglais annonce quitter la tête d'ALIBABA, d'ici un an, à l'âge de 55 ans. 
A l'instar d'un Bill Gates, il veut jouer les philantropes. 

Et maintenant il va aborder une nouvelle phase. Il est très préoccupé des questions d'éducation et puis du souci de l'avenir de la Chine. C'est quelqu'un qui a un projet, une idée derrière la tête. Je ferai bien un le parallèle avec Xi Jinping, et Jack Ma dont probalement on va entendre encore parler ces prochaines années en Chine.


Jean-Joseph Boillot, économiste et conseiller au CEPII

Homme le plus riche de Chine, Jack Ma côtoie  les chefs d'Etat. En presque 20 ans, il a fait de son groupe un empire. ALIBABA contrôle 60% du marché chinois de l'e-commerce et popularise le paiement électronique. Jack Ma a changé le visage de l'économie chinoise.

Il avait une préoccupation qui était d'échapper à cette tutelle du parti qui contrôle la totalité de l'économie et de mettre en place des réseaux décentralisés, offre/demande. Et puis sa grande réussite, je crois que c'est pour cela qu'il part maintenant, il n'avait pas vu à quel point cela aurait pu prendre cette ampleur aujourd'hui, c'est le porte-monnaie.

Jean-Joseph Boillot, économiste et conseiller au CEPII

Jack Ma symbolise la montée en puissance de la Chine dans le domaines des nouvelles technologies. Lui qui avait été boudé par les investiseurs américains prend une revanche éclatante en 2014 à New York : il réalise la plus grosse entrée en bourse de l'histoire.

Pour aller plus loin :  l'interview de Jean-Jospeh Boillot, économiste spécialiste de la Chine et l'Inde, conseiller au CEPII

Chargement du lecteur...
©TV5Monde