Info

Chine : quelle sera la marge d'action de Michelle Bachelet au Xinjiang ?

Michelle Bachelet le 1er décembre 2021 à Ougadougou. La Haute Commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU après de longues tractations avec le gouvernement chinois, commence ce 23 mai un voyage de six jours au Xinjiang.
Michelle Bachelet le 1er décembre 2021 à Ougadougou. La Haute Commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU après de longues tractations avec le gouvernement chinois, commence ce 23 mai un voyage de six jours au Xinjiang.
© AP Photo/Sophie Garcia

La Haute-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU a rencontré ce 23 mai le chef de la diplomatie chinoise. Un préalable incontournable à sa visite en Chine consacrée au traitement des minorités musulmanes du Xinjiang qu'elle espère pouvoir rencontrer.

Après plusieurs années d'âpres négociations avec les autorités chinoises, Michelle Bachelet, l'ex-présidente du Chili désormais Haute-Commissaire aux droits humains à l'ONU, doit rester six jours dans le pays, jusqu'au 28 mai.

(RE)lire : Ouïghours : le chef de l'ONU demande à la Chine d'autoriser une visite de Michelle Bachelet au Xinjiang

"Il me tarde d'échanger avec de nombreuses personnes différentes lors de ma visite. Je vais discuter de questions très importantes et de questions sensibles. J'espère que cela nous aidera à construire la confiance", a déclaré Mme Bachelet lors d'une rencontre avec le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, à Guangzhou.

(RE)voir : Traitement des Ouïghours : "crime contre l'humanité" ?

Chargement du lecteur...

Elle a parlé ce 23 mai en visioconférence avec les chefs de délégation d'environ 70 ambassades étrangères en Chine, ont indiqué à l'AFP des sources diplomatiques.

Selon ces sources, Michelle Bachelet a assuré aux diplomates qu'elle avait négocié un accès à des centres de détention et pourrait s'entretenir avec des militants locaux des droits de l'homme.

Un "accès libre et significatif"

L'ONU ferraillait depuis 2018 avec Pékin afin d'obtenir un "accès libre et significatif" au Xinjiang (Nord-Ouest de la Chine).

(RE)lire : Répression des Ouïghours : "Il faudrait qu'un gouvernement soit volontaire pour attaquer la Chine en justice"

Cette région a longtemps été frappée par des attentats pour lesquels les autorités accusent des séparatistes et des islamistes ouïghours. Elle fait l'objet depuis quelques années d'une drastique politique de surveillance menée au nom de l'antiterrorisme.

Des études accusent la Chine d'avoir interné au moins un million de Ouïghours et de membres d'autres minorités musulmanes dans des camps de rééducation, voire d'imposer du travail forcé. Pékin dément ces accusations.

La visite de Mme Bachelet est la première d'un Haut-Commissaire aux droits de l'homme en Chine depuis 2005.

Elle doit se rendre notamment à Urumqi, la capitale du Xinjiang, ainsi qu'à Kashgar, ville du Sud de la région où la population ouïghoure est particulièrement importante. 

Une visite en "circuit fermé" pour cause de Covid

Michelle Bachelet rencontrera "un certain nombre de hauts fonctionnaires aux niveaux national et local", des "organisations de la société civile, des représentants du monde des affaires ainsi que des universitaires", a assuré son cabinet.

En raison de l'épidémie, la visite se déroulera en "circuit fermé", c'est-à-dire dans une bulle sanitaire, a indiqué ce 23 mai devant la presse Wang Wenbin, un porte-parole de la diplomatie chinoise.

Pour la même raison, le Haut-Commissariat et la Chine "ont décidé après discussion" de ne pas intégrer de journalistes dans la délégation, a-t-il souligné.

(RE)voir : En France, "le Parlement s'honorerait à reconnaître le génocide des Ouïghours"

Chargement du lecteur...

Ce séjour est pourtant scruté de près, beaucoup craignant que la Chine utilise cette visite pour se dédouaner des accusations dont elle fait l'objet.

L'organisation de défense des droits de l'homme Chinese Human Rights Defenders (CHRD), basée à Washington, estime que sa visite serait "soigneusement gérée et chorégraphiée" par Pékin.

"Nous craignons (...) que vous n'ayez pas un accès libre aux victimes, aux témoins, aux membres indépendants de la société civile" et que "vos points de vue soient déformés par le gouvernement chinois", souligne l'ONG.

"Silence persistant" face à des "atrocités"

Les États-Unis, qui accusent la Chine de "génocide" et critiquent Michelle Bachelet pour son "silence persistant" face à des "atrocités", se sont dits "préoccupés" par cette visite.

"Nous ne nous attendons pas à ce que la République populaire de Chine garantisse l'accès nécessaire pour mener une évaluation complète et sincère de la situation des droits de l'homme au Xinjiang", a indiqué la semaine dernière Washington.

(RE)lire : Travail forcé en Chine : les Ouïghours de France portent plainte contre Nike

À majorité musulmans, les Ouïghours constituent le principal groupe ethnique du Xinjiang, peuplé de 26 millions d'habitants.

Des études occidentales, fondées sur des interprétations de documents officiels, des témoignages de victimes présumées et des extrapolations statistiques, accusent Pékin d'avoir interné dans des "camps" au moins un million de personnes, d'effectuer des stérilisations "forcées" ou encore d'imposer du "travail forcé".

(RE)lire : "Rescapée du goulag chinois", Gulbahar Haitiwaji témoigne du calvaire des Ouïghoures dans les camps de rééducation

La Chine présente les camps comme des "centres de formation professionnelle" destinés à combattre l'extrémisme religieux et à former les habitants à un métier afin d'assurer la stabilité sociale.

La peur de représailles

Pékin dit n'imposer aucune stérilisation, mais uniquement appliquer la politique de limitation des naissances à l'œuvre dans l'ensemble du pays, et qui était peu mise en pratique auparavant dans la région.

Selon des universitaires et des Ouïghours basés à l'étranger, les autorités du Xinjiang semblent toutefois avoir abandonné les mesures de répression sévères pour se concentrer sur le développement économique.

"Maintenant, il n'y a plus beaucoup de preuves visibles d'une répression", déclare à l'AFP Peter Irwin, de l'organisation Uyghur Human Rights Project.

La peur de représailles pourrait par ailleurs empêcher les Ouïghours de parler librement à l'équipe onusienne, d'après des associations de défense des droits de l'homme.