Info

Conférence CEDRE : des milliards pour soutenir l'économie libanaise

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Relancer l'économie du Liban et renforcer sa stabilité - tel est l'objectif de la levée de fond qui se tenait ce 6 avril à Paris. Organisations internationales et pays présents à la conférence se sont engagés à verser 11 miliards de dollars à Beyrouth.

dans
La conférence internationale de soutien financier au Liban, baptisée conférence CEDRE, a débouché sur un engagement de près de 9 milliards d'euros en prêts et dons en faveur du pays du Cèdre. Objectif : moderniser l'économie du pays et renforcer sa stabilité à quelques semaines des prochaines élections.

La communauté internationale au chevet du Liban

Le Liban est un pays à l'économie en panne, paralysée notamment par 7 années de guerre chez son voisin syrien. "La poursuite des combats en Syrie rend malheureusement impossible le retour rapide des réfugiés syriens. [...] Il est donc de la responsabilité de tous les acteurs internationaux d'aider, dans le court terme, le Liban à faire face à ces défis".
 

Lorsque notre pays était en guerre civile, nous aussi, nous avons été des réfugiés.
Saad Hariri, Premier ministre du Liban

Depuis le début de la crise syrienne, le Liban a accueili jusqu'à 2 millions de réfugiés. Soit un quart de sa population. Un afflux que ses fragiles infrastructures et services sociaux n'arrivent plus à endiguer. "Nous assumons ce que nous faisons, car nous croyons que le Liban a une histoire. Lorsque notre pays était en guerre civile, nous aussi, nous avons été des réfugiés," déclare le Premier ministre Saad Hariri.

Crise économique et politique

La croissance économique du Liban s'élève aujourd'hui à 1% - contre 8 % avant la guerre en Syrie. Alimentation en eau, production d'électricité ou encore traitement des ordures, les infrastructures libanaises connaissent d'importants retards de développement.

Les donateurs internationaux veulent s'assurer que les aides financières seront utilisées à bon escient pour moderniser le pays : "Nous ne sommes plus dans une logique de dons, nous sommes dans une logique d'investissements, de transformations structurelles pour que le Liban reparte sur des bases solides", affirme le ministre de l'Economie français, Bruno Le Maire.

A cette crise économique s'ajoute une crise politique profonde. Les élections législatives qui se tiennent dans un mois au Liban sont les premières depuis neuf ans dans le pays.