Info

COP 26 : l'absence d'un tiers des îles du Pacifique à Glasgow est un mauvais signal

<p>Une vue aérienne de l'atol Tarawa, de la république des Kiribati, le 30 mars 2004. </p>

<p> </p>

Une vue aérienne de l'atol Tarawa, de la république des Kiribati, le 30 mars 2004. 

AP/Richard Vogel

En première ligne des effets du réchauffement climatique, les îles du Pacifique, pour une partie, ne pourront envoyer des représentants officiels à la COP 26 organisé à Glasgow en Écosse fin octobre. Les restrictions de voyage appliquées par le Royaume-Uni en raison de la pandémie de Covid-19 ont grandement complexifié la venue des dirigeants.

« Durant la COP 21, c'est la contribution des dirigeants du Pacifique qui avait amené à la délimitation des 1,5 degré de seuil, qui ont constitué ensuite un point majeur dans l’accord. » Ralph Regenvanu, chef de l’opposition du Vanuatu, exprime au Guardian sa déception et souligne l’importance de la présence des îles comme la sienne à la table des négociations. « Le Vanuatu n'enverra aucun représentant officiel cette année. Je sais que d'autres pays enveront des délégations réduites. C’est un gros problème pour les îles du Pacifique que nous ne puissions pas nous rendre en personne comme nous le souhaitions. »

Le principe des COP, c'est qu'un État = une voix. Cela signifie que Tuvalu, Fidji ou Kirabiti ont le même poids que les États-Unis, la France ou encore la Chine

Nicolas Haeringer, chargé de campagne de 350.org

Voir aussi : Climat : "Alerte rouge pour l'humanité"

Chargement du lecteur...

Un voyage « presque impossible »

Ces régions sont en effet les premières à être confrontées aux effets du dérèglement climatique et donc les premières aussi à mettre en garde les principaux pollueurs. « L'une des conséquences directes du réchauffement, c'est l'élévation du niveau des océans » explique Nicolas Haeringer, de l’association 350.org. « La mer grignote peu à peu les terres de ces îles. Sur celles à plus hautes altitudes, les nappes phréatiques se salinisent. L'écosystème et les activités comme la pêche sont fortement remises en cause. »

<p>Une centaine d'activistes brandissent des portraits du président français Emmanuel Macron sur la place du Trocadéro à Paris, pour faire pression sur la France lors de la COP 25, le 8 décembre 2019.</p>

Une centaine d'activistes brandissent des portraits du président français Emmanuel Macron sur la place du Trocadéro à Paris, pour faire pression sur la France lors de la COP 25, le 8 décembre 2019.

AP/ Francois Mori

Cependant les restrictions de voyage ont eu raison de la venue de la plupart d'entre eux. Pour ces pays où aucun cas (ou très peu) de contaminations au Covid-19 n’a été détecté, le fait d'envisager un tel voyage représente un fort risque de ramener le virus et contaminer des populations vulnérables. Surtout, le Royaume-Uni impose une quarantaine stricte -jusqu'à un mois pour certains pays-, et ce, à leurs frais. Aussi, les prix des billets d'avion ont parfois doublé depuis le début de la pandémie. La participation à la COP 26 est donc devenue « presque impossible » affirme dans le Guardian, Lavetanalagi Seru, un représentant fidjien du réseau pour l’action pour le climat des îles du Pacifique (PICAN).

Les voix des pays du Pacifique nous aident à nous décentrer, à changer notre regard sur le monde auquel on appartient.

 Nicolas Haeringer, chargé de campagne de 350.org

Des modèles écologiques

L’absence de ces pays serait cependant regrettable car comme le rappelle Nicolas Haeringer de 350.org : « Le principe des COP, c'est qu'un État = une voix. Cela signifie que Tuvalu, Fidji ou Kirabiti ont le même poids que les États-Unis, la France ou encore la Chine. » Les îles du Pacifique ont aussi une longueur d’avance en terme de politique environnementale. En juillet 2016, 14 chefs d’États ont signé un traité lors du Forum de développement des îles Pacifiques interdisant complètement l’exploitation d’énergies fossiles.

Voir aussi : Environnement : "Depuis le premier rapport du GIEC, c'est 1000 milliards de tonnes de CO2 qui ont été émises."

Chargement du lecteur...

« Quand on est directement confronté aux conséquences de la combustion des énergies fossiles, ça peut pousser à prendre des décisions » explique Nicolas Haeringer qui souligne par ailleurs la singularité de leur rapport avec la nature. « Ce sont des états dans lesquels le rapport à l'écosystème est extrêmement différent de celui que l'on peut avoir dans des états comme la France. Or, c'est aussi ce rapport-là qu'il faut changer. C'est donc aussi pour cela que les voix des pays du Pacifique sont importantes. Elles nous aident à nous décentrer, à changer notre regard sur le monde auquel on appartient. »