Info

Coronavirus en France : port du masque obligatoire, 1 million de tests par semaine... Les annonces de Jean Castex

Le premier ministre français, Jean Castex, a donné une conférence de presse sur la situation sanitaire liée au coronavirus en France, ce jeudi 27 août. 
Le premier ministre français, Jean Castex, a donné une conférence de presse sur la situation sanitaire liée au coronavirus en France, ce jeudi 27 août. 
(Christophe Archambault, Pool via AP)

Le Premier ministre français, Jean Castex, en compagnie des ministres de la Santé Olivier Véran et de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a tenu une conférence de presse ce jeudi 27 août, pour faire le point sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus en France. Le pays connaît en ce moment une recrudescence des cas déclarés, avec plus de 5 000 nouveaux cas les 24 dernières heures.

Le premier ministre Jean Castex a affirmé ce jeudi 27 août, que le gouvernement souhaitait "tout faire" pour éviter un "reconfinement généralisé" face à la recrudescence de l'épidémie de coronavirus, estimant que cet objectif était "à notre portée collective".

"Notre objectif, c'est de tout faire pour éviter un reconfinement surtout généralisé", comme au printemps, a affirmé le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse. Pour y arriver, le remier ministre a proposé quelques mesures.
  • Port du masque obligatoire

Il a été annoncé que le port du masque serait obligatoire "pour tout le monde" à la rentrée dans l'enseignement supérieur face à la reprise de l'épidémie du coronavirus."La règle est simple: le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces fermés où se situent plusieurs personnes", a ajouté le chef du gouvernement lors de la conférence de presse.

Pour Jean Castex, il est également "urgent d'agir en matière du port du masque" à Paris et sa petite couronne, après Marseille, constatant que le coronavirus y circule "activement". "J'ai demandé au préfet de police d'engager une concertation avec la maire de Paris et avec les élus des départements de la petite couronne où il me semble urgent d'agir en matière du port du masque", a-t-il affirmé.  Jusque là, l'obligation était limitée à quelques quartiers.
 

"La question évidemment se pose pour la petite couronne, compte tenu des circulations entre ces territoires", a ajouté le Premier ministre au cours d'une conférence de presse à Matignon consacrée à l'épidémie du coronavirus qui "regagne du terrain" sur le territoire français.

Matignon a précisé que cette décision, demandée par Jean Castex au préfet de police de Paris, n'avait pas encore été actée et était "en cours d'étude".

La ville de Paris soutiendra la mesure de généralisation du port du masque dans la capitale, a indiqué le Premier adjoint Emmanuel Grégoire, y voyant "une mesure de simplification" que certains vont juger "disproportionnée".

"Ca va être très rapide maintenant", a précisé l'adjoint à la prévention et à la sécurité Nicolas Nordman sur BFMTV.

  • Déjà 700 verbalisations par jour pour non-respect du port du masque

Le nombre de verbalisations pour infraction aux règles du port du masque a atteint "un flux de 700 par jour", a annoncé le Premier ministre Jean Castex.

Dans les établissements recevant du public, les autorités ont procédé depuis le 17 août à 30.000 contrôles, qui ont donné lieu à 1.900 mesures de police et 53 fermetures, a-t-il ajouté.
 
  • 21 départements en zone rouge

Face à l'épidémie du coronavirus qui "progresse", le gouvernement a placé 19 nouveaux départements en zone rouge, connaissant une circulation active du virus, a déclaré le Premier ministre Jean Castex.

Avec Paris et les Bouches-du-Rhône, déjà sous cette classification, 21 départements au total sont désormais en zone rouge.

Le gouvernement constate une "recrudescence incontestable de l'épidémie" qui "progresse sur tout le territoire", avec "39 cas positifs pour 100.000, quatre fois plus qu'il y a un mois", a dit Jean Castex. 

"L'épidémie regagne du terrain, et c'est maintenant qu'il faut intervenir", a-t-il insisté. 

  • Un million de tests par semaine

Le gouvernement veut "monter à court terme à un million de tests par semaine" pour juguler l'épidémie de Covid-19 en France, contre plus de 800.000 actuellement, a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Le but est de "rendre disponibles les tests pour tous ceux qui le nécessitent et tous ceux qui le souhaitent", a-t-il déclaré, alors que les délais d'attente sont souvent longs, malgré une capacité nettement augmentée ces derniers mois.

Le ministre a toutefois concédé qu'il existait "des difficultés dans l'accès aux tests, dans certaines zones de France notamment (...), qui pouvaient s'expliquer par la période estivale".

"Nous suivons cette situation de façon très attentive", a-t-il promis, en prévenant que la rentrée pouvait également conduire à "quelques embouteillages".


Emmanuel Macron répondra, quant à lui, vendredi 28 août, aux questions des journalistes, à l'invitation de l'Association de la presse présidentielle (APP), a annoncé celle-ci jeudi, un échange qui s'inscrit dans l'offensive de communication de l'exécutif pour rassurer les Français face aux menaces économique et sanitaire. Jean Castex devrait présenter, lui, le plan de relance le 3 septembre prochain.