Info

Coronavirus en Outre-mer : le casse-tête des "retours au pays"

Aéroport de Paris  Roissy/Charles-De-Gaulle, 14 mai 2020
Aéroport de Paris  Roissy/Charles-De-Gaulle, 14 mai 2020
AP IMAGES | IAN LANGSDON

Déjà mise à mal dans sa conception, la quatorzaine imposée à tous les arrivants en Outre-mer pose question au moment où la reprise massive des vols commerciaux s'annonce pour le mois de juin. Le secrétaire d'Etat chargé des transports, Jean-Baptiste Djebbari, a pris position ce lundi 18 mai, devant la délégation aux Outre-mer de l'Assemblée nationale.

Pour le gouvernement français, c'est la "piste des corridors sanitaires" qui pourrait être mis en place pour permettre aux touristes de l'Hexagone de se rendre en Outre-mer cet été.

L'idée serait une quatorzaine divisée en deux périodes de confinement, avant le voyage, puis à l'arrivée, combinée à des tests de dépistage du coronavirus.

"Ce système pourrait donner à voir un parcours des passagers (...) sécurisé sur le plan sanitaire, tant au niveau de la quatorzaine partiellement réalisée de part et d'autre de la destination, que du parcours des passagers dans l'aéroport, à bord de l'avion et à l'arrivée, avec des pratiques de tests", a expliqué Jean-Baptiste Djebbari.  

<p>Jean-Baptiste Djebarri, secrétaire d'État aux Transports</p>

<p>LIBRE DE DROITS</p>

Jean-Baptiste Djebarri, secrétaire d'État aux Transports

LIBRE DE DROITS

Pour l'instant, le principe de la quatorzaine demeure.
Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'État français chargé des transports

Le conseil constitutionnel a censuré récemment cette mesure de quatorzaine, mais "un nouveau décret est à venir cette semaine", a assuré M. Djebbari. "Le préfet devrait garder la possibilité d'imposer une quatorzaine stricte" aux arrivants, a-t-il ajouté.   

• A lire : Coronavirus en Outre-mer : la quatorzaine repensée par le Conseil constitutionel

Selon le conseil scientifique qui aiguille le gouvernement, la mesure de quatorzaine stricte "s'est avérée essentielle" dans la lutte contre le coronavirus en Outre-mer, relativement épargné par l'épidémie.

Précautions sanitaires contre reprise économique

Mais "les dynamiques locales, les volontés qui s'expriment aujourd'hui sont différentes "selon les territoires". Certains arguent de la très grande vulnérabilité et choisissent le chemin de la sécurité sanitaire" en réclamant le maintien de la quatorzaine, quand "d'autres tentent plus de concilier impératif sanitaire et vitalité économique" avec la reprise du tourisme, analyse M. Djebbari.

Selon lui, "une des pistes intéressantes est la piste des corridors sanitaires". 

Ce type de dispositifs est jugé "acceptable", par le conseil scientifique, mais peut présenter "un risque accru de Covid-19, si elle n'est pas appliquée strictement". 

Pour Jean-Baptiste Djebbari, "comme nous avons des stratégies locales différenciées, il me semble que la possibilité de monter un corridor sanitaire de façon très territorialisée répondrait à ces objectifs localement portés".

M. Djebbari a précisé que selon les compagnies aériennes qui desservent les territoires ultramarins, les demandes de réservations ont grimpé. Elles correspondent "à environ 50% de ce qui était pratiqué l'année dernière". Une résurgence des réservations qui correspond au discours du Premier ministre, prononcé jeudi 14 mai 2020, sur les vacances possibles cet été en France hexagonale et en Outre-mer.