Info

Coronavirus : l'incroyable histoire des Ndiaye, confinés sur un bateau

De gauche à droite, Fatou Ndiaye, Mohamed Ndiaye,  Paya Ndiaye, Arrame Ndiaye et Awa Ndiaye.<br />
Port de Frioul, le 20/03/2020.
De gauche à droite, Fatou Ndiaye, Mohamed Ndiaye,  Paya Ndiaye, Arrame Ndiaye et Awa Ndiaye.
Port de Frioul, le 20/03/2020.
Instagram / @theblacksurvivors

En vacances près de Marseille, dans le sud de la France, la fratrie Ndiaye était loin de s'imaginer la tournure que prendrait son séjour. Confinés sur un petit bateau en pleine pandémie de Covid-19, les cinq membres doivent cohabiter, après des années d'éloignement géographique. Soudés et loin de se morfondre, ils décident d'en tirer le meilleur et de partager leur expérience sur les réseaux sociaux.

À les voir se dorer la pilule au soleil en tenue estivale aux couleurs chatoyantes, on en viendrait presque à les envier. Pourtant, les Ndiaye sont, comme plus de trois milliards de personnes, confinés pour se prémunir de la pandémie de Covid-19 en cours.

Sauf que les cinq frères et sœurs sont coincés sur un bateau dans le port du Frioul au large de Marseille. Un archipel paradisiaque, prisé par les amateurs de plongée sous-marine où vit Awa, 32 ans, aînée de la fratrie.

Tout bascule, quand ses trois sœurs et son frère décident de lui rendre visite. Le 16 mars, Emmanuel Macron annonce des mesures de confinement au niveau national et ils décident de rester.

A lire : Coronavirus, quels sont les pays confinés ? 

La vie en communauté

Prise au dépourvu, la famille décide de voir le bon côté des choses. "Passer les prochaines semaines au soleil dans le sud de la France, il y a pire non ?", ironise Awa. Mannequin et cheffe d'entreprise, Fatou, 31 ans a tout de suite pensé au manque de vêtements : "J'ai failli faire une crise de panique (rires) ! Mais je me débrouille pour innover et faire des combinaisons différentes à chaque fois".

Sur le bateau, le quotidien s'organise très rapidement. Les sept enfants (la fratrie Ndiaye compte au total sept frères et sœurs) ont vécu avec leurs deux parents dans un appartement parisien de 50 m2. "Petits, on vivait à 5 dans la même chambre et nos réflexes sont très vite revenus", raconte Fatou.

Awa et Fatou mettent en place des menus et un planning de répartition des tâches ménagères. "On fait avec les moyens du bord et on partage tout. On est capable de faire un bon "thieb" (plat de riz sénégalais) avec trois fois rien", expliquent-elles. Un moyen de se contenter du minimum et de se recentrer sur l'essentiel, à savoir : "la santé, le temps et les gens que l'on aime".

Arrame Ndiaye est infirmière. Sur le bâteau elle mélange médecine moderne et traditionnelle en utilisant des plantes comme le bissap (feuilles d'hibiscus) ou des feuilles de kikelimba.
Arrame Ndiaye est infirmière. Sur le bâteau elle mélange médecine moderne et traditionnelle en utilisant des plantes comme le bissap (feuilles d'hibiscus) ou des feuilles de kikelimba.
Instagram / @theblacksurvivors


Ayant pour la plupart, mené leur vie à l'étranger, cela fait quinze ans qu'ils ne s'étaient pas retrouvés tous ensemble. Pour eux, c'est le moment de réapprendre à se connaître et de se rapprocher malgré leurs différences.

À 24 ans, Paya est professeure de français, comme Awa et les deux femmes donnent leurs cours à distance. Arame, 29 ans, est infirmière de nuit depuis huit ans. Asthmatique, elle fait partie des soignants à risque et ne peut pas travailler. Grâce à ses collègues, elle reste informée et se dit "atterrée" par la situation des hôpitaux français : "Outre la pénurie de gel et de masques, le personnel n'est pas testé et beaucoup tombent malades".
 

Des identités multiples

De son côté, Mohamed, 22 ans, est le seul garçon à bord ainsi que dans la fratrie. Etudiant en économie internationale, ses grandes sœurs louent "son humour pince-sans-rire". "Je suis le coach sportif du bateau mais je fais aussi beaucoup la cuisine, notamment des pâtisseries", raconte le jeune homme. Il l'assure, pour lui, "pas de différence" entre homme et femme au sein de l'organisation.

Immédiatement, ses sœurs le reprennent : "On a eu une éducation très genrée. A 12 ans, notre mère nous disait que sans savoir faire le ménage ni la cuisine, on ne trouverait pas de mari. De l'autre côté Mohamed s'entendait dire qu'il était le seul garçon, le plus intelligent et qu'il fallait qu'il réussisse mieux que nous". Ce à quoi, le benjamin répond :"Nous avons aussi été élevés dans le respect des aînés, ce qui fait que j'ai toujours écouté mes soeurs".

Arrivés du Sénégal à la fin des années 70, leurs parents s'installent dans le 19ème arrondissement de Paris. "Bien que Français, on a grandi dans un microcosme sénégalais.  A la maison, il fallait parler wolof, manger et écouter sénégalais, mais en dehors c'était la France".

S'ils se disent attachés à leur pays d'origine, ils se revendiquent d'un "peuple toujours à la frontière". Une frontière "floue" et perméable aux influences diverses des deux côtés de l'Atlantique. "Entre les deux chaises, il y a un banc et on est assis dessus", résume Fatou.
 

De gauche à droite : Paya et Awa, les deux professeures de français, préparent leur cours à distance. 
De gauche à droite : Paya et Awa, les deux professeures de français, préparent leur cours à distance. 
Instagram / @theblacksurvivors


La vie dans ce milieu comporte son lot de règles et d'interdits, notamment religieux, ce qui pousse les filles Ndiaye à s'émanciper. Très tôt, l'étranger les tente. En tête, Fatou : "J'ai voyagé dans 52 pays, et c'est mon expérience à Sydney en Australie qui m'a le plus marquée. Là-bas, ce sont les compétences qui comptent : je suis passée de la vente de glaces à un poste de directrice de département dans une boîte de conseil à l'export en peu de temps".

Un constat partagé par Arame. Formée à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), l'infirmière fuit rapidement la France et ses "bas salaires, les conditions de travail indignes et les horaires intenables" pour le Canada et ses "opportunités". Surtout, "à Montréal, il y a une tolérance et une décontraction dingue ! On se tutoie, un cadre de santé peut avoir les cheveux bleus et une soignante voilée ne dérange personne".
 

Une communication bien rodée

Famille, amis, collègues... Selon eux, beaucoup se demandaient à quoi ressemblent leurs journées. Alors, l'envie de partager leur expérience s'impose rapidement. Fatou décide de créer un compte Instagram, sur lequel elle poste des photos glamour à l’esthétique léchée. "On a de bons retours et les gens nous remercient de montrer notre joie".

Consciente que cette façon de romantiser le confinement peut choquer des personnes bien moins loties, l'entrepreneuse rétorque : "J'ai des amis confinés dans des studios et nous sommes conscients du privilège d'être ici au grand air, alors pourquoi ne pas répandre des ondes positives ?".

La récente médiatisation de la famille lui vaut d'être confrontée au racisme. Dans une réponse à une publication Facebook, un internaute les enjoint à utiliser le "bateau pour retourner en Afrique". Présidente d'une association féministe et antiraciste, Paya affirme ne pas être surprise et déplore "l'absence de politique concrète pour lutter contre ces déferlements de haine". Volontairement coupée du flux ininterrompu d'informations, la famille justifie ainsi son choix : "On ne regarde pas la télévision, avec ce décompte macabre tous les soirs, car on veut garder espoir et préparer l'après".

Bien déterminés à tirer le meilleur de cette configuration particulière, tous se consacrent à des projets personnels. Leur leitmotiv : réaliser leurs rêves.
Ouvrir une maison d'hôtes pour Awa, un dispensaire au Sénégal pour Arrame, écrire un livre pour Fatou ou encore parcourir l'Afrique de l'Est pour Paya..."Le monde entier est dans une situation dramatique qui nous amène à repenser nos modes de vie. A l'échelle individuelle, on prend conscience du caractère éphémère de l'existence, alors rêvons !" 

De haut en bas et de gauche à droite : Awa Ndiaye, Mohamed Ndiaye, Arrame Ndiaye, Paya Ndiaye et Fatou Ndiaye. 
De haut en bas et de gauche à droite : Awa Ndiaye, Mohamed Ndiaye, Arrame Ndiaye, Paya Ndiaye et Fatou Ndiaye. 
Instagram / @theblacksurvivors