Info

Coronavirus : le variant Omicron gâche les fêtes de fin d'année des Québecois

Le Premier ministre du Québec demande aux habitants de la province canadienne de se faire vacciner.
Le Premier ministre du Québec demande aux habitants de la province canadienne de se faire vacciner.
AP

Comme un peu partout sur la planète, Omicron vient jouer le trouble-fête au Québec pour ce Noël 2021. La province canadienne bat de jour en jour un record de contaminations. Le nombre d’hospitalisations est en hausse. Les hôpitaux craignent une saturation dans les hôpitaux. Le Premier ministre François Legault a donc dû se résigner à imposer aux Québécois de nouvelles restrictions sanitaires pour tenter de freiner cette cinquième vague qui prend des allures de raz-de-marée.

François Legault le dit et le répète depuis bientôt deux ans : « ce qu’on veut, c’est que cela ne déborde pas dans les hôpitaux, qu’on soit capable de soigner tout le monde ».

À partir de dimanche donc, le 26, les rassemblements privés et les restaurants doivent se limiter à 6 personnes ou deux bulles familiales. Pour Noël, la limite reste de 10 personnes. « J’invite tous les Québécois qui sont capables de le faire de reporter les repas de fêtes », insiste le Premier ministre.
 

J'invite tous les Québécois qui sont capables de le faire de reporter les repas de fêtes.
François Legault, Premier ministre du Québec

François Legault conseille surtout aux gens qui ont plus de 60 ans de rester chez eux mais s’ils veulent aller quand même au repas de Noël, il serait préférable de porter le masque, respecter la distanciation physique et aérer la pièce le plus souvent possible. Plus de 70% des personnes hospitalisées ont 60 ans et plus.

« Les mesures qu’on annonce ce soir, on pense que ça va être suffisant pour garder le contrôle dans les hôpitaux, mais on ne va pas hésiter dans les prochains jours, si c’est nécessaire, d’ajouter des mesures », avertit le Premier ministre québécois.

Je vous le demande, restez chez vous si vous ne voulez pas vous faire vacciner.
François Legault, Premier ministre du Québec

Il a aussi passé un message clair aux non-vaccinés qui représentent moins de 10% d’adultes québécois mais qui occupent actuellement 50% des lits d’hôpital consacrés à la COVID : « Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour les autres, restez à la maison parce qu’il y a un risque que vous alliez à l’hôpital et que vous alliez engorger nos hôpitaux, donc je vous le demande, restez chez vous si vous ne voulez pas vous faire vacciner » indique François Legault.

Il a souligné les efforts inestimables que font tous ceux et celles qui travaillent dans le réseau de la santé, avant de conclure : « On passe et on va passer encore une très dure épreuve, mais ce ne sera pas la première fois et on a toujours réussi à se serrer les coudes, alors je suis confiant qu’on va être capable de passer à travers. Mais dans les prochains jours on va avoir besoin les uns des autres : appelez les personnes qui sont seules et prenez soin les uns des autres, je compte sur vous ».

Les tests de dépistage rapide : le saint Graal

 

Plus de 6 300 nouveaux cas mercredi, près de 9 000 attendus jeudi… En une semaine, les contaminations quotidiennes ont plus que doublé ! Elles sont si nombreuses que les centres de dépistage débordent, surtout dans la grande région montréalaise, il est devenu quasi impossible d’aller se faire dépister rapidement, des gens font la queue pendant des heures sans même avoir la garantie d’être testés. Mardi, 50 000 prélèvements ont été faits. C'est un record.
 


Le gouvernement demande donc que seuls ceux et celles qui ont des symptômes aillent se faire tester et que les gens qui le peuvent se testent à domicile. Les kits de dépistage rapide sont distribués gratuitement aux Québécois depuis le 20 décembre mais la demande est si forte versus le nombre de tests disponibles que rares sont les Québécois qui arrivent à mettre la main dessus !

En Ontario, la province voisine, les tests se distribuent gratuitement et en grand nombre depuis des semaines. Pourtant, le gouvernement fédéral a donné 35 millions de tests rapides aux provinces. Les Québécois se demandent eux pourquoi il y en a si peu dans leur province et pourquoi  le gouvernement québécois a tant tardé à les distribuer.

On n’a pas assez de tests rapides pour tout le monde en ce moment

François Legault, Premier ministre du Québec

« On n’a pas assez de tests rapides pour tout le monde en ce moment » a admis le premier ministre Legault, qui attend avec impatience les prochaines livraisons du gouvernement fédéral.

Pourtant, c’est l’une des solutions pour lutter contre Omicron, tout comme la troisième dose du vaccin qui augmente considérablement la protection contre le variant. Pour l’instant, seuls les Québécois-es de plus de 60 ans peuvent recevoir cette troisième dose alors qu’en Ontario, la vaccination est ouverte aux 18 ans et plus. Le problème, c’est qu’au Québec, on manque de bras pour faire les précieuses injections. Le gouvernement a fait un appel à des retraités du système de santé, notamment, pour venir prêter main forte et retrouver le rythme de vaccination de l’été dernier.

La fragilité du réseau de santé du Québec

La pénurie de main d’œuvre, c’est le problème récurrent au sein du système de santé québécois, extrêmement fragilisé par cette pandémie. Il manque actuellement quelque 4 000 employé-es du réseau, atteint-es par la COVID.

Jusqu’ici, la moitié des quelque 800 lits réservés pour les malades de la COVID dans les hôpitaux est occupée, mais le nombre d’hospitalisations augmente régulièrement tous les jours, en lien avec l’augmentation considérable du nombre de contaminations. Omicron est deux à trois fois plus contagieux que Delta, et même s’il semble moins virulent, plus de gens contaminés ça donne forcément plus d’hospitalisation.

Le réseau de santé québécois a donc déjà commencé du délestage, soit l’annulation de chirurgies non urgentes. L’impact de cette cinquième vague et du variant omicron va se faire ressentir longtemps dans les hôpitaux québécois.

Même cas de figure dans tout le Canada

Omicron va gâcher le Noël de tous les Canadiens, car d’un bout à l’autre du pays, le variant contamine à la vitesse grand V et les gouvernements des provinces remettent en place des mesures sanitaires pour lutter contre sa progression. Le Premier ministre Justin Trudeau demande aux Canadiens de réduire au maximum leurs contacts au cours des prochains jours. Il dit comprendre l’exaspération collective mais fait remarquer qu’il ne faut pas oublier le personnel soignant qui lui, est sur le front depuis bientôt deux ans

Le gouvernement canadien remet en branle la machine des programmes d’aide pour soutenir les Canadiens impactés par les nouvelles restrictions avec une aide de 300$ par semaine en moyenne pour les travailleurs. Ottawa va aussi distribuer aux provinces des dizaines de millions de tests rapides. Pas question pour l’instant de refermer les frontières, assure le gouvernement Trudeau. Cette mesure provoquerait trop de perturbations.

Six personnes de l'entourage de Trudeau contaminées


Six personnes de l’entourage du Premier ministre Trudeau ont été infectées par le virus, ainsi que la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly, mais Justin Trudeau n’est pas contaminé pour l’instant. Il promet d’en informer les Canadiens si un jour il le devient. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, est en isolement après avoir contracté la maladie. Omicron frappe sans discrimination. Il n’épargne personne.